Le CEA, en tête du classement européen en matière d’innovation

sep article



La classement « Top 25 Global Innovators – Government », publié le 1er mars dernier par Reuters/ Clarivate, place le CEA en tête des organismes publics européens les plus innovants dans le domaine de la recherche scientifique. Le centre de recherche atteint aussi la deuxième place du podium mondial, mais il était premier en 2016. 

 

 

 

© Clinatec

© Clinatec

Le Commissariat à l’énergie ato­mique et aux éner­gies alter­na­tives (CEA), ins­ti­tu­tion phare dans le domaine de la recherche scien­ti­fique en France, a ainsi été classé pre­mier orga­nisme public euro­péen en matière d’innovation et de recherche et deuxième au niveau mon­dial.

 

Ce clas­se­ment « Top 25 », publié le 1er mars 2017 par Reuters/ Clarivate, éva­lue notam­ment le dyna­misme de la pro­duc­tion scien­ti­fique et de la pro­priété intel­lec­tuelle. Entre ainsi en compte l’im­pact des bre­vets, des publi­ca­tions et des articles scien­ti­fiques sur la recherche mon­diale. Selon Reuters / Clarivate, ce clas­se­ment Top 25 vise à mettre en valeur et à récom­pen­ser les orga­nismes publics, acteurs incon­tour­nables de la recherche et de l’é­vo­lu­tion tech­no­lo­gique et scien­ti­fique.

 

« Le clas­se­ment Top25 Reuters/Clarivate sou­ligne à la fois l’excellence de la recherche scien­ti­fique menée par nos équipes, sou­vent avec des par­te­naires du monde aca­dé­mique, mais aussi leur audace tech­no­lo­gique qui conduit à des déve­lop­pe­ments indus­triels fruc­tueux », a com­menté Daniel Verwaerde, admi­nis­tra­teur géné­ral du CEA.

 

 

 

Le CEA récompensé pour sa capacité d’innovation 

 

 

C’est la poli­tique volon­ta­riste du CEA en matière de dépôts de bre­vets et sa forte capa­cité d’innovation qui lui ont valu la tête du clas­se­ment. Reuters/Clarivate s’est ainsi référé au nombre de bre­vets accep­tés en fonc­tion du taux de bre­vets dépo­sés. Plus de 4 900 articles publiés dans des revues à comité de lec­ture et près 1 300 doc­to­rants et post-doc­to­rants ont éga­le­ment contri­bué à faire le pres­tige du CEA.

 

À la pointe de l’innovation mon­diale, le CEA a par ailleurs déve­loppé de nom­breux par­te­na­riats, notam­ment avec 53 uni­ver­si­tés et écoles à tra­vers le monde. Il béné­fi­cie aussi d’un fort sou­tien indus­triel et compte plus de 500 entre­prises par­te­naires, dont Areva, Safran ou encore Renault.

 

Néanmoins le CEA, qui était classé au pre­mier rang mon­dial en 2016, vient de perdre la pre­mière place, détrôné par le minis­tère de la Santé et des Services sociaux amé­ri­cain (HHS).

 

 

 

Trois autres organismes publics français dans le top 25

 

 

Dans le Top 25 des orga­nismes mon­diaux, figurent aussi trois autres ins­ti­tu­tions fran­çaises : le CNRS rem­porte la hui­tième place, l’Inserm la neu­vième et l’Institut Pasteur la quin­zième.

 

En tout, onze ins­ti­tu­tions euro­péennes, huit orga­nismes de l’Asie-Pacifique et six d’Amérique du Nord figurent dans le clas­se­ment. Les États-Unis et l’Allemagne comptent cinq de leurs orga­nismes publics dans le top 25 ; la France et le Japon, quatre. L’Australie, le Canada, la Chine, Singapour, la Corée Sud, l’Espagne et la Grande Bretagne ont quant à eux cha­cun un orga­nisme public de recherche récom­pensé par ce clas­se­ment.

 

 

AMa

 

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
3759 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.