Une avalanche à Tignes a causé la mort de quatre skieurs

sep article



Une avalanche meurtrière est survenue ce lundi 13 février au matin à Tignes, en Savoie, emportant quatre skieurs*. L’avalanche de 400 mètres de large s’est déclenchée sur le secteur hors-piste de Tovière. Une plaque à vent semble s’être décrochée suite au passage du groupe, explique la station dans un communiqué.

 

 

 

Ce nou­vel acci­dent de ski est sur­venu ce lundi matin, à Tignes, en Savoie. Vers 10 h 30, une ava­lanche a emporté les skieurs qui fai­saient du hors-piste sur le sec­teur de Tovière. Le groupe, en vacances dans la sta­tion, était enca­dré par un pro­fes­sion­nel.

 

Le  bilan est de quatre morts : le moni­teur âgé de 59 ans, un père de famille de 48 ans, son fils de 15 ans et le demi-frère de ce der­nier âgé de 19 ans. Le signa­le­ment ini­tial de neuf per­sonnes empor­tées par l’a­va­lanche semble avoir été dû à des dou­blons sur la liste de l’école de ski.

 

 

Une avalanche de 400 mètres de large

 

 

L’avalanche de 400 mètres de large a eu lieu sur la pente du Lavachet, à 2 100 mètres d’al­ti­tude. Il semble qu’une « plaque à vent » se soit « décro­chée suite au pas­sage d’un groupe de skieurs », explique la sta­tion de Tignes dans un com­mu­ni­qué de presse. C’est le per­son­nel de la sta­tion qui a donné l’a­lerte et « immé­dia­te­ment pré­venu les secours », après avoir « aperçu la cou­lée », ajoute-t-elle.

 

Les recherches ont mobi­lisé 150 per­sonnes dont des pis­teurs secou­ristes de Tignes, plu­sieurs équipes cyno­philes, du per­son­nel de la sta­tion et des moni­teurs de ski.
Ce lundi, le risque d’avalanche était de 3 sur une échelle de 5, selon la sta­tion de Tignes.

 

 

MM

 

 

* L’article a été modi­fié le 14 février, le nombre ini­tial de neuf per­sonnes dis­pa­rues annoncé par les secours ayant été ramené à quatre.

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
3381 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. j’ai cru que je m’é­tais trom­pée et me retrou­vais sur le site du DL rela­tant un mal­heu­reux fait divers (d’hi­ver ?) avec des morts et aucune ana­lyse de la vraie situa­tion qui a pu déclen­cher l’a­va­lanche, par exemple.
    Un DL suf­fit. Merci

    sep article
    • MB

      14/02/2017
      10:05

      Pour rap­pel, Caro, il s’a­git là d’un fil info (comme l’i­mage l’in­dique clai­re­ment, d’ailleurs) et non d’un article de fond. Un fait divers, certes, mais le nombre élevé de vic­times et les condi­tions dans les­quelles elles ont trouvé la mort (en fai­sant du hors-piste) jus­ti­fiaient à nos yeux ce trai­te­ment. Notre cor­res­pon­dante en Savoie n’a pas obtenu plus d’in­for­ma­tions, hier, quand elle a rédigé l’ar­ticle, alors qu’elle avait pour­tant sol­li­cité dif­fé­rents inter­lo­cu­teurs.

      sep article
      • Cher MB,
        « le nombre élevé de vic­times .…. » effec­ti­ve­ment, c’est ce qui m’en­nuie dans les motifs pour les­quels vous avez retenu cette info dans le fil. Or tous les médias natio­naux en ont parlé. Ce n’est pas vrai­ment un scoop.
        Pourquoi ne pas avoir parlé de ce pauvre skieur débu­tant bré­si­lien, aban­donné par ses « amis » au som­met d’une piste verte aux 2 alpes et inca­pable de la des­cendre ? Tant et si bien qu’il a passé la nuit dehors, dans des four­rés, avant de pou­voir réen­tam­mer une des­cente vers la sta­tion, skis à l’é­paule.
        Il y avait tout un déve­lop­pe­ment sur la soi-disant faci­lité des pistes vertes, sur la notion de « cama­ra­de­rie », sur la pru­dence de ce débu­tant qui a pré­féré se mettre à l’a­bri plu­tôt que des­cendre dans le noir, sur les énormes dameuses qu devant des­quelles le pauvre gar­çon n’a pas osé aller de peur de se faire écra­ser etc.
        Seulement, voilà, l’his­toire se ter­mine bien, le jeune bré­si­lien ayant été retrouvé par les sau­ve­teurs, enfin aver­tis, pas loin de la sta­tion qu’il rejoi­gnait à pied.
        Bien à vous, bonne jour­née 😉

        sep article
        • MB

          14/02/2017
          11:42

          Chère Caro, je vois que vous avez beau­coup d’i­ma­gi­na­tion. Vous devriez vous lan­cer dans le roman. 😉
          Bonne jour­née,
          Muriel Beaudoing

          sep article
      • sep article