Ségolène Royal : “je suis sûre que Grenoble peut devenir un exemple mondial”

sep article

TROIS QUESTIONS À – Grenoble ville exemplaire ? Pour la ministre de l’Environnement, la capitale du Dauphiné est, en matière de transition énergétique, sur la bonne voie. Ségolène Royal l’a répété jeudi 9 février lors de sa venue à Grenoble aux côtés du Premier ministre Bernard Cazeneuve. Visiblement emballée après sa visite au CEA, par les technologies déployées autour des transports propres, la ministre veut voir en Grenoble un exemple mondial de la nouvelle civilisation urbaine. Rien de moins…

 

 

 

Place Gre’net : Paris a finalement troqué la circulation alternée pour le dispositif mis en place à Grenoble de circulation différenciée au moyen de la pastille Crit’air. Grenoble est exemplaire ?

 

 

Ségolène Royal à Grenoble le 9 février 2017 avec Bernard Cazeneuve pour la signature du pacte métropolitain d'innovation.

Ségolène Royal à Grenoble le 9 février 2017 pour la signa­ture du pacte métro­po­li­tain d’in­no­va­tion. © Patricia Cerinsek

Ségolène Royal : C’est cou­ra­geux parce que je sais que c’est dif­fi­cile de res­treindre la cir­cu­la­tion. Ici, les élus ont pris l’initiative d’une part d’appliquer le prin­cipe des zones à cir­cu­la­tion res­treinte (ZCR), d’autre part d’inciter l’ensemble des auto­mo­bi­listes à s’équiper de vignettes.

 

J’ai été admi­ra­tive de ce qui a été fait par la Ville de Grenoble et la Métropole sur la qua­lité de l’air. Et je rap­pelle qu’il y a aussi une prime à l’achat de véhi­cules propres : 10 000 euros pour l’achat d’un véhi­cule élec­trique, 1 000 euros pour l’achat d’un scoo­ter élec­trique, 200 euros pour l’achat d’un vélo élec­trique.

 

Il faut abso­lu­ment déployer les nou­velles tech­no­lo­gies des trans­ports propres pour régler ce pro­blème de pol­lu­tion de l’air sans res­treindre la cir­cu­la­tion. En ce sens, ce ter­ri­toire a tous les moyens pour deve­nir un ter­ri­toire exem­plaire, un labo­ra­toire de la ville du futur. Je sens vrai­ment cette volonté.

 

C’est pour cela que j’ai signé la conven­tion « Ville res­pi­rable »*, qui est un appel à pro­jets que j’ai créé dans le cadre des ter­ri­toires à éner­gie posi­tive. Je suis sûre que Grenoble et son agglo­mé­ra­tion peuvent être un exemple mon­dial sur la nou­velle civi­li­sa­tion de la ville. On doit pas­ser à une autre civi­li­sa­tion.

 

 

 

La pas­tille Crit’air est actuel­le­ment mise en place dans trois villes en France, Paris, Lyon et Grenoble, à chaque fois de manière dif­fé­rente. Un dis­po­si­tif pas très lisible…

 

 

Ségolène Royal à Grenoble le 9 février 2017 avec Bernard Cazeneuve pour la signature du pacte métropolitain d'innovation.

Bernard Cazeneuve à Grenoble le 9 février 2017 avec Ségolène Royal © Patricia Cerinsek

A terme, toutes les voi­tures devront avoir le cer­ti­fi­cat Crit’air. Toutes ! C’est pour cela que je demande aussi aux ven­deurs de voi­tures, neuves comme d’occasion, de les équi­per pour que le cer­ti­fi­cat soit sur le pare-brise. A terme, c’est le plus vite pos­sible ! D’ailleurs, un cer­tain nombre de marques auto­mo­biles vont le faire.

 

 

 

Dans les val­lées alpines, on sait que, l’hiver, le chauf­fage au bois est davan­tage res­pon­sable de la pol­lu­tion aux par­ti­cules fines. Est-il, là aussi, prévu un dis­po­si­tif plus coer­ci­tif ?

 

 

Normalement, le chauf­fage au bois au moyen d’un foyer ouvert n’est plus pos­sible. Je rap­pelle qu’il y a un cré­dit d’impôt pour l’installation des inserts. Il y a aussi de nou­velles tech­no­lo­gies de cap­tages des par­ti­cules et une aide finan­cière pour chan­ger de chau­dières, rem­pla­cer les pol­luantes par des chau­dières propres. Je ne suis pas vrai­ment pour les sanc­tions… Les tech­no­lo­gies du futur, et notam­ment le déploie­ment du chauf­fage solaire, c’est la solu­tion du futur.

 

 

Propos recueillis par Patricia Cerinsek

 

 

* La Métropole a, fin 2015, obtenu le label « Villes res­pi­rables en cinq ans » dans le cadre d’un appel à pro­jets lancé par le Ministère de l’environnement. Un conven­tion­ne­ment qui lui per­met de béné­fi­cier d’une aide de l’État d’un mil­lion d’euros.

 

 

Musée de Grenoble et ses artistes du XIXe siècle
commentez lire les commentaires
4344 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Bon, en mai c’est sa retraite. Il était temps.
    Grenoble exemple mon­dial ?
    Dans le déve­lop­pe­ment du vélo élec­trique ?
    Dans les mots magiques et la nov­langue ?
    Dans le men­songe érigé comme seule méthode de gou­ver­nance ?

    Ils en pleurent de rire à Bruxelles

    sep article
    • Flûte alors ! Grenoble est clas­sée 3e ville euro­péenne pour son attrac­ti­vité éco­no­mique
      http://www.enviscope.com/environnement/collectivites_territoriales/grenoble-dans-le-top-3-des-villes-europeennes-du-futur/40692
      Qu’est-ce que les étran­gers peuvent bien lui trou­ver alors que cer­tains gre­no­blois ne font que lui cra­cher des­sus ?
      … « Après Paris, en effet, c’est à Grenoble que l’on dénombre le plus grand nombre de bre­vets déli­vrés en France. Grenoble compte éga­le­ment le plus grand nombre de pro­jets d’Investissement directs à l’Etranger (IDE) en R&D et concep­tion, cri­tères sur les­quels fDi Intelligence la place devant toutes les villes fran­çaises ana­ly­sées. »…

      sep article
      • Effectivement, ce résul­tat est-il attri­buable à une muni­ci­pa­lité qui a dimi­nué les sub­ven­tions aux pôles de com­pé­ti­vité et aux centres de recherche comme d’ailleurs pré­vus dans les enga­ge­ments de cam­pagne ?

        Il faut être lucide, le rayon­ne­ment de Grenoble est notam­ment lié aux tech­no­lo­gies d’a­ve­nir et en condam­nant tout au nom des liber­tés indi­vi­duelles, au nom de big bro­ther, au nom du dogme…la ques­tion de la régu­la­tion est pro­ba­ble­ment cen­trale, mais votre réac­tion Caro n’a pas tou­jours été en faveur de l’at­trac­ti­vité éco­no­mique, vous qui aimez rap­pe­ler que le passé muni­ci­pal est cou­vert d’er­reurs, com­ment aujourd’­hui pou­vez vous vous ser­vir des résul­tats que vous condam­nez par ailleurs ?

        sep article
    • Tout à fait d’ac­cord avec vous ! Mme Royal trie – t elle même ses déchets ? Ou est-ce le petit per­son­nel qui s’en charge ?

      sep article