L’automobiliste piètre consommateur ? Les drôles de chiffres de CVCM…

sep article

Festival oenologique et musical Le Millésime à Grenoble du 5 au 20 octobre 2019

EN BREF – L’automobiliste est-il un piètre consommateur ? Pour appuyer cette affirmation, et étayer le projet Cœurs de ville, cœurs de métropole, qui prévoit la fermeture d’axes aux voitures, la Métro et la ville de Grenoble se sont inspirées d’une étude. Mais, réalisée en 2003 par la fédération des usagers de la bicyclette, cette étude ne dit pas tout à fait la même chose…

 

 

 

Illustration extraite du dossier de concertation Cœurs de ville, cœurs de métropole.

Illustration extraite du dossier de concertation Cœurs de ville, cœurs de métropole.

Le projet Cœurs de ville, cœurs de métropole est-il bon pour le commerce ? En fermant certains axes, dont les boulevards Sembat-Rey à la circulation automobile, la Métro et la ville de Grenoble sont formelles : plus de piétons, plus de cyclistes et moins d’automobilistes vont booster l’activité commerciale.

 

Eric Piolle l’a répété le 3 octobre dans les colonnes du Dauphiné Libéré : « les piétons sont les premiers acheteurs, les usagers des transports en commun et les cyclistes ensuite, les automobilistes très loin derrière ». La Métro l’a, chiffres à l’appui, écrit noir sur blanc dans son dossier de concertation.

 

Sur quoi se basent de telles affirmations ? Le collectif Grenoble à cœur, opposé au projet de la Métro et de la ville de Grenoble, a remonté le fil. A l’origine, il y a une étude. Du solide a priori. En passant sur le fait qu’elle a été réalisée en… 2003, on y apprend que, bien que financée par l’Ademe, elle a été réalisée par la fédération des usagers de la… bicyclette.

 

 

 

Erreur ? Mauvaise retranscription ?

 

 

L’association qui dit agir pour « promouvoir l’usage du vélo comme mode de déplacement quotidien » et qui milite notamment pour « réduire la vitesse des véhicules motorisés en ville grâce aux zones 30 et zones de rencontre », est-elle la mieux placée pour conduire une telle enquête ?

 

Etude_Ademe_CVCMToujours est-il que les usagers de la bicyclette ont, en 2003, enquêté dans six agglomérations, dont Grenoble. Pour en tirer des conclusions chiffrées. Dont celle, dont se sont inspirés Eric Piolle et les rédacteurs du dossier de concertation, qui mesure les dépenses des clients dans les magasins à l’aune des modes de déplacement.

 

Ainsi, apprend-on qu’un piéton dépense chaque semaine 40,4 euros, un cycliste 24,4 euros, un usager des transports en commun 22,4 euros et un automobiliste 21,7 euros. Et non 12 euros, comme rapporté par les promoteurs de CVCM et repris depuis dans les discours.

 

Contactés, les services de la Métro plaident l’erreur. Quant au maire de Grenoble, ses services n’ont pas donné suite à notre demande de réaction. On voudrait réhabiliter la voiture, on ne s’y prendrait pas mieux…

 

 

 

Patricia Cerinsek

 

 

commentez lire les commentaires
4255 visites | 10 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 10
  1. Merci pour la correction apportée au chiffre de consommation hebdomadaire pour les clients automobilistes. C’est vraiment pas de chance, cette erreur dans la documentation cvcm, qui tombe par hasard sur les clients automobilistes…
    Se référer à une étude de 2003, c’est quand même un peu léger. En 13 ans, pas mal de choses ont bien changé dans notre agglo, que ce soit au plan de la démographie ou au plan de la structuration du commerce. En particulier, les zones de chalandise ont beaucoup évolué: celle des grandes surfaces de la périphérie s’est sans doute stabilisée, voire réduite, du fait de la multiplication de ces centres commerciaux , celle des commerces centraux indépendants s’est, elle, considérablement agrandie.

    Sur le sujet de la consommation moyenne hebdomadaire en fonction du profil des clients, cette ëtude ne donne pas d’indications sur le « panel » des commerces qui a été considéré pour l’enquête. C’est ennuyeux, car clairement, les fréquences de visites ne sont pas les mêmes selon les types de commerces. (Ce n’est pas parce que je peux aller chez mon cordonnier à pied que je vais y aller deux fois par semaine !)

    On peut faire une lecture des résultats de cette étude très différente de ce que dit la fubicy : le « client automobiliste » est celui qui consomme le plus à chaque visite (50% de plus que les autres catégories). Et s’il fréquente moins les commerces du centre, c’est peut-être que l’accès à proximité du centre ville est difficile pour lui. En poussant le bouchon, on pourrait donc conclure que l’étude montre que « davantage de places de parking sera très bénéfique aux commerces » et non que le « client automobiliste » est volage !

    sep article
    • Je ne pense pas que ces chiffres aient été bidonnés, car le bon chiffre de 21 euros apparaît sur d’autres documents de concertation (que j’ai en ma possession).
      Par ailleurs, de mémoire, il semble que ces chiffres aient également été repris ultérieurement, y compris par l’association des maires de france et une association représentant le commerce de détail.
      Enfin, l’adage « no parking, no business » n’est pas valable partout, puisqu’il s’avèrerait, toujours selon le document en ma possession, que le taux de vacances des commerces est plus élevé dans certaines rues circulées que dans des rues piétonnes…

      sep article
      • Cette grosse erreur figure sur le dossier officiel de concertation disponible en ligne sur le site dédié à ce projet cvcm, ce n’est pas rien !! Et il ne s’agit pas d’une simple coquille, le texte accompagnant les chiffres est lui aussi erroné.
        Une erreur sur un document informatique diffusé en ligne peut être corrigée facilement, en quelques clics!

        De plus, la journaliste rapporte aussi les propos du maire de Grenoble dans le DL, qui propagent la même erreur «les piétons sont les premiers acheteurs, les usagers des transports en commun et les cyclistes ensuite, les automobilistes très loin derrière»

        Une simple erreur?

        sep article
    • Peu de chose a changé en 13 ans : l’adage « no car, no business » a du plomb dans l’aile. Par exemple ces deux études récentes :
      https://www.fastcoexist.com/3067515/why-local-businesses-shouldnt-worry-about-eliminating-on-street-parking
      http://www.citylab.com/cityfixer/2015/03/the-complete-business-case-for-converting-street-parking-into-bike-lanes/387595/

      D’autre part, s’il fallait offrir une place de stationnement à chaque automobiliste soit 10m2, euh, franchement, vous y pensez vraiment ??? Sachez que sur 10m2, on y place 4 à 5 arceaux pour stationnement de bicyclette. Cela représente donc non pas 1 client mais 8 à 10 clients potentiels. Alors, vaut-il mieux pour le commerce local 1 automobiliste qui va dépenser 21 euros ou bien 8 à 10 cyclistes qui vont dépenser la même somme. Et si vous faites le calcul avec des piétons, c’est encore mieux. Donc il vaut mieux attirer les piétons et les cyclistes que les automobilistes.

      sep article
  2. Email envoyé au Présidents de Groupe à la Métro

    Chers Messieurs les Présidents,

    L’étude du Pr. Slama de la relation entre mortalité par cancer du
    poumon, pollution et défaveur sociale a démontré que les quartiers les
    plus pollués étaient également les plus défavorisés dans la Métro. Elle
    montrait également que ces quartiers, qui sont ceux identifiés par la
    Commission Européenne comme étant la cause de sa procédure d’infraction
    contre la France pour non-respect des seuils de polluants
    atmosphériques, sont ceux qui vont subir les 20 000 reports/jour de
    circulation.

    Après la nocivité de ce projet sur la santé publique, il est maintenant
    démontré par des journalistes qui ont fait leur travail ,c’est à dire
    enquêter, vérifier les faits et non pas simplement reproduire les
    communiqués et dossiers de presse qu’on leur donne, que CVCM va être
    nocif pour le tissus économique.
    http://www.placegrenet.fr/2017/02/01/l-automobiliste-dernier-de-classe-droles-de-chiffres-de-cvcm/120449

    Ne croyez-vous pas qu’il est temps d’arrêter les frais? Ne croyez vous
    pas que, vu ces informations, étant donné le manque total d’étude
    sérieuses, les illégalités (pas de PDU, pas d’enquête publique etc.),
    qu’il est de votre devoir d’imposer au Président de Grenoble Alpes
    Métropole d’accorder le moratoire demandé par les habitants, les
    commerçants et les acteurs économique et sociaux, le temps de reprendre
    tout au début, dans le bon ordre et dans la légalité? CVCM a été conçu
    selon la méthode idéologique: voici les conclusions, trouvons maintenant
    les faits les corroborant. Ce que tout le monde demande pour réduire
    l’emprise de la voiture est l’utilisation de la méthode scientifique:
    voici les faits, quelles conclusions pouvons-nous en tirer?

    Ne voyez vous pas que ce projet est une sinistre farce, conçu de manière
    hors-sol, bâti sur des mensonges, ayant donné lieu à des manœuvres
    délétères par des élus pour circonvenir certaines obligations légales
    et qui pratiquent une distorsion des faits comparable à celle de
    l’administration Trump? Une étude financée par l’ADEME de 2003 et
    réalisée par l’association des utilisateurs de bicyclettes… Un peu de
    sérieux tout de même! Ne commencez-vous pas à ressentir cette lancinante
    et désagréable impression qu’on se moque de vous? A moins que vous
    jugiez le mensonge et la farce comme des méthodes légitimes de
    gouvernance, ce qui serait votre droit le plus absolu (et le nôtre
    serait alors de faire en sorte que les menteurs et le farceurs n’aient
    plus de carrière politique le plus rapidement possible).

    Nous vous rappelons que votre vote importe, car il aura des
    conséquences, en bien comme en mal, que nous vous avons déjà exposées.

    Nous vous prions de recevoir, Chers Messieurs les Présidents de groupe,
    l’assurance de notre haute considération.

    Le Groupe d’Analyse Métropolitain

    sep article
  3. où est le problème ? même s’il y a une erreur, le piéton dépense presque 2 fois plus qu’un automobiliste : 40,4 € pour le premier contre 21,7 € pour le second … il y a donc bien loin à vouloir réhabiliter la voiture !!!!!

    sep article
    • Ou est le problème?
      Chère Caro, vous êtes compétentes en matière de réfugié mais vous ne connaissez visiblement rien au commerce.

      Les commerces de centre-ville sont particulier car ce ne sont majoritairement pas des commerces alimentaires et que leur zone de chalandise est bcp plus grande. A Grenoble c’est la zone du SCOT, soit 700 000 personnes.

      Il est bien évident que les gens de résidant pas en centre-ville ne vont pas faire leurs « grosses courses alimentaires » en centre-ville.

      C’est par ailleurs cohérent avec l’étude ménage réalisée en 2014, par des gens sérieux, pas par l’association des usagers de bicyclettes, qui montre que 48% du chiffre d’affaire des commerces de centre ville est réalisé par des gens qui viennent de l’extérieur. Ces 48%, ça représente plus 300 millions d’euros , soit le budget de la ville de Grenoble – (et plus de 10 000 emplois.

      Alors les farces, ça suffit!

      sep article
      • vous croyez que les 48 % qui font leurs courses en ville sont des automobilistes ? ça m’étonnerait beaucoup, vu que de plus en plus de gens en ont marre de tourner pour chercher une place. Si ce sont des automobilistes, j’espère pour eux qu’ils utilisent un parking relai et viennent en transports en commun en centre ville.
        Vous ne devez jamais vous promener à pieds en ville, ni le mercredi ni le samedi après-midi notamment quand les rues et les magasins sont blindés de monde.

        sep article
      • N’est-ce pas vous la farce de cette histoire ? Essayez de vous documenter également !
        Je vous recopie un message de Frédéric Héran (source ici : http://www.gre-mag.fr/actualites/projet-coeur-de-ville-coeur-de-metropole-pas-de-concertation-loyale-et-sincere/) :
        « Cette étude a été réalisée à mon initiative. Je suis un chercheur à l’université de Lille et indépendant de tout lobby. Je me demandais si les résultats étranges mais concordants observés avec régularité dans d’autres pays, concernant les dépenses des piétons et des cyclistes dans les commerces de centre-ville et de proximité étaient aussi valables en France où aucune étude de ce type n’existait à l’époque (en 2002). J’ai donc imaginé un protocole d’enquête rigoureux pour interroger 1 300 clients sortant de ce type de commerces. L’étude a été financée par l’ADEME et réalisée par des enquêteurs issus d’associations de la FUB (fédération française des usagers de la bicyclette), d’où son portage par la FUB. J’ai particulièrement veillé, comme l’ADEME, à ce qu’il n’y ait pas de biais dans cette enquête. L’exploitation des données nous a permis de retrouver des résultats concordant parfaitement avec ceux existant alors dans les enquêtes réalisées dans d’autres pays. Et à la réflexion, il est logique que des clients peu mobiles dépenses moins par visite mais reviennent plus souvent et dépensent finalement plus par période que les automobilistes. Bien d’autres enquêtes en Europe et dans le monde ont depuis lors retrouvé ces résultats.

        Bref, cette étude n’est ni partiale, ni obsolète. Je suis à votre disposition pour tout complément. »

        Et pour vous, qui sont des gens sérieux ? On est toujours le c… de quelqu’un d’autre, n’est-ce pas ?
        Bien évidemment, vous privilégiez les déplacements automobiles au détriment de la santé des habitants, vous êtes contre une massification des déplacements à pied et à vélo bref, vous ne rêvez la ville que comme un réseau de tuyaux à voitures. On vous entend beaucoup mais bon, vous n’êtes qu’une minorité bruyante.

        sep article
    • Entièrement d’accord ! Une voiture, c’est 10m2 de stationnement avec 1 client qui va dépenser 22 euros. Sur le même emplacement, on peut y stationner entre 8 et 10 bicyclettes soit 8 à 10 clients qui vont dépenser *chacun* la même somme. Et on ne parle pas des piétons qui n’ont pas besoin de stationnement.
      Les commerçants seraient donc bien inspirés d’attirer au maximum piétons et cyclistes qu’automobilistes.

      sep article