Le député socialiste de l’Isère Michel Issindou signataire d’une tribune anti-Hamon

sep article

Le journal Le Monde a publié ce 31 janvier une tribune émanant de “l’aile droite” du Parti socialiste, dans laquelle les signataires revendiquent leur droit à ne pas soutenir la candidature de Benoît Hamon. Parmi ces nouveaux frondeurs, le député de la 2e circonscription de l’Isère Michel Issindou.

 

 

Rédigée par deux anciens sou­tiens de Manuel Valls, les dépu­tés Christophe Caresche et Gilles Savary, la tri­bune met en avant un « droit de retrait de la cam­pagne pré­si­den­tielle », faute « d’élé­ments pour […] ras­sem­bler ». Les signa­taires attendent en somme de Benoît Hamon qu’il édul­core le pro­jet exposé durant sa cam­pagne de la pri­maire.

 

 

Le revenu universel en ligne de mire

 

 

Michel Issindou. DR

Michel Issindou. DR

Dans la ligne de mire, le “revenu uni­ver­sel”, pour­tant d’ores et déjà repoussé à 2022 en cas de vic­toire à la pré­si­den­tielle du can­di­dat Hamon. « Nous ne pou­vons nous sen­tir liés par un “pro­jet de société” fondé sur une logique d’assistance géné­ra­li­sée et de dépré­cia­tion de la valeur tra­vail », affirme ainsi la tri­bune.

 

Parmi les vingt signa­taires, un séna­teur et 19 dépu­tés socia­listes, dont Michel Issindou. Âgé de 54 ans, l’an­cien maire de Gières est député de la deuxième cir­cons­crip­tion de l’Isère depuis 2007. Il a d’ores et déjà fait savoir qu’il ne se pré­sen­te­rait pas aux élec­tions légis­la­tives de 2017.

 

 

L’attachée parlementaire de Michel Issindou soutien de Benoît Hamon

 

 

Si le député émet à tra­vers sa signa­ture des réserves vis-à-vis de Benoît Hamon, les deux hommes par­tagent une pas­sion com­mune pour le rugby. Tous deux appar­tiennent ainsi à l’é­quipe du XV par­le­men­taire, le can­di­dat à la pré­si­den­tielle en tant que joueur et Michel Issindou en qua­lité d’an­cien rug­by­man.

 

Autre amu­sante coïn­ci­dence : l’at­ta­chée par­le­men­taire de Michel Issindou n’est autre que Soizic Loquet-Naël, man­da­taire de… Benoît Hamon en Isère. « Nous n’a­vons jamais pensé au concept des deux gauches irré­con­ci­liables », esti­mait-elle au micro de Place Gre’net au soir de la vic­toire de son cham­pion. La tri­bune publiée ce mardi est-elle en passe de lui don­ner tort ?

 

 

FM

 

 

commentez lire les commentaires
4747 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. oula, c’est trop tech­nique.
    Qui fait 5% et où ?

    OK avec Caro, il faut que les notions de gauches et droites évo­luentn le bipar­tisme de grand papa semble vécu, entre les extrêmes gauches et droites, les par­tis tra­di­tion­nels se font débor­der à coup de sur­en­chères far­fe­lues (pour ne pas dire trum­piennes).. Au centre, rien, et l’es­poir porté en local par du dif­fé­rent s’st fait dou­cher à coup de prin­cipe de réa­lité.

    croi­sons les doigts et soyons bien­veillant, je ne sais pas ce que ca va donner…en évi­tant les extremes

    sep article
  2. Il y a bien long­temps que ces nou­veaux « fron­deurs » auraient dû réagir !!! com­ment un mon­sieur 5 %, score ver­ti­gi­neux de valls aux pri­maires de 2011 pour nom­mer le can­di­dat à l’é­lec­tion pré­si­den­tielle de 2012, a‑t-il pu deve­nir ministre de l’in­té­rieur puis 1er ministre ?
    Ces « fron­deurs » sont des oppo­sants aux idées de gauche, puis­qu’ils ont voté le 49.3, la loi du tra­vail qui casse le code du même nom, le code d’en­trée et de séjour des étran­gers, véri­table machine à expul­ser, les répres­sions contre les mani­fes­tants, le délit de soli­da­rité revenu etc etc etc
    Si le PS doit écla­ter, car Macron n’est pas de gauche, au moins les idées seront plus claires.
    Salut la fausse gauche.

    sep article
  3. J ai du mal à com­prendre pour­quoi ça choque, les fron­deurs ont défié la ligne de leur parti, il s’est à peu près rien passé à ma connais­sance – je lis le Dauphiné, le Monde, le Canard et Place Gre’net rien de plus.
    Bon Hamon a gagné, que ça gueule et que les membres du PS ne rentrent pas dans le rang c’est pareil que les fron­deurs non ?
    À part le fait que la pré­si­den­tielle va être peut être très ouverte, rien de neuf sous le soleil. Expliquez moi svp.

    sep article
  4. Michel Issindou ne se repré­sen­tant pas, l’a­vis d’un fabiu­sien importe encore mois 😀

    L’appareil qui refuse le ver­dict des urnes, c’est une atti­tude indé­nia­ble­ment à gauche…

    sep article