Le vélo pour se rendre au travail : Grenoble en tête selon l’Insee

sep article

Une étude de l’Insee publiée mardi 17 janvier porte sur les modes de déplacement pour se rendre au travail sur la région Auvergne – Rhône-Alpes. Une étude qui montre notamment que « Grenoble se positionne dans le tiercé de tête des grandes villes françaises où le vélo est le plus utilisé ».

 

 

Sur l’ensemble de la région, le vélo est plus couramment utilisé pour se rendre au travail que sur l’ensemble du pays. Ainsi, 2,2 % des actifs choisissent de jouer de la pédale tous les matins, contre 1,9 % pour la moyenne nationale.

 

Des chiffres qu’il convient de nuancer, en faisant remarquer que le pourcentage de personnes se déplaçant en voiture est, lui aussi, supérieur à la moyenne nationale (74,5 % pour la région, contre 70,6 % pour l’ensemble du territoire). Tandis que les déplacements en transports en commun concernent 10,6 % des personnes en Auvergne – Rhône-Alpes, contre… 14,8 % en moyenne dans l’Hexagone.

 

 

Grenoble très largement en tête pour l’usage du vélo

 

 

Nul doute que Grenoble fait, à elle seule, monter la moyenne régionale en ce qui concerne l’usage du vélo. « Grenoble, entourée de montagnes mais ville la plus plate de France, se distingue particulièrement », indique ainsi l’étude. Elle n’exagère pas : le taux de recours au vélo pour se rendre au travail y est de 15,2 %, devant Lyon avec un taux trois fois inférieur, de 5,9 %. En fin de classement, Saint-Étienne dépasse à peine les 1 %.

 

L’étude montre encore que l’âge n’est pas un élément déterminant, mais que les hommes utilisent plus fréquemment le vélo que les femmes, et que la situation familiale peut également jouer. « En effet, explique l’étude, 1,8 % des adultes en couple dans ce cas vont au travail à vélo, contre 2,1% des adultes en couple sans enfant. »

 

 

Le vélo plus populaire chez les hauts diplômés et les cadres

 

 

Enfin, le vélo n’apparaît pas comme une pratique aussi populaire que certains veulent le laisser penser. « L’utilisation du vélo croît avec le niveau de diplôme », remarque l’Insee : 2 % des actifs de niveau bac se rendent au travail à vélo sur la région, contre… 8,3 % des titulaires d’un doctorat.

 

« De même, les cadres comptent proportionnellement plus d’adeptes du vélo que les autres catégories socioprofessionnelles », note enfin l’Insee. « Les agriculteurs, artisans et commerçants sont les moins enclins à travailler à vélo, lorsqu’ils sont amenés à se déplacer », tandis que 6 % des cadres de la fonction publique et 3 % des cadres d’entreprise font des déplacements professionnels à vélo. Dont le maire de Grenoble en personne.

 

FM

 

 

commentez lire les commentaires
2746 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. L’hirondelle de la transition a du plomb dans l’aile. L’hirondelle de la transition a du plomb dans l’aile.

    Merci à l’INSEE de démontre chiffre à l’appui ce que nous savions déjà: la municipalité mène des politiques uniquement pour une toute petite minorité d’habitants, les plus privilégiés, pour une caste de bobos résidant en centre-ville, 85% des déplacement ne se faisant pas en vélo.

    Ce que l’étude de l’INSEE dit c’est que ce sont les habitants du centre-ville, privilégiés et possédant un haut niveau d’étude, et surtout des hommes, qui utilisent le vélo pour des distance très courtes, moins de 5 KM.

    « L’utilisation d’un vélo pour se rendre à son travail n’est pas réservée aux plus jeunes. La part des adeptes de la bicyclette ne varie pas avec l’âge.

    En revanche, les hommes utilisent plus fréquemment le vélo que les femmes (2,8 % contre 1,6 %).

    Le vélo est aussi davantage utilisé par les personnes qui vivent seules (4,4 %) ou qui, sans conjoint, cohabitent avec d’autres adultes (3,7 %). Avoir des enfants à charge semble être un frein à la pratique du vélo. En effet, 1,8 % des adultes en couple dans ce cas vont au travail à vélo contre 2,1 % des adultes en couple sans enfant.

    L’utilisation du vélo croît avec le niveau de diplôme. Dans la région, alors que moins de 2 % des actifs titulaires au plus d’un baccalauréat vont travailler à vélo, cette part s’élève à 2,8 % pour les titulaires d’un diplôme de niveau bac + 3 ou + 4, à 4,7 % pour les détenteurs d’un Bac + 5 et 8,3 % pour les diplômés d’un doctorat. De même, les cadres comptent proportionnellement plus d’adeptes du vélo que les autres catégories socioprofessionnelles. Ce sont ainsi 6 % des cadres de la fonction publique et 3 % des cadres d’entreprise qui ont recours à ce mode de déplacement pour aller au travail. À l’inverse, les agriculteurs, artisans et commerçants sont les moins enclins à travailler à vélo, lorsqu’ils sont amenés à se déplacer. »

    sep article