Mesure des polluants sur les trams : des capteurs qui tombent à pic

sep article

Notre indépendance c

FOCUS – La qualité de l’air dans la métropole grenobloise peut être désormais mesurée en déplacement et à grande échelle, grâce à dix microcapteurs installés sur les toits de tramways de la ligne A depuis le 19 décembre. Une première en France. Mené par le Laboratoire d’expérimentation des mobilités de l’agglomération grenobloise (Lemon), ce projet nommé GreenZen Tag tombe à pic après les derniers épisodes de pollution dans l’agglomération.

 

 

 

Présentation de l'expérimentation. De gauche à droite : Yann Mongaburu (SMTC), Philippe Chervy (Semitag) et Francis Chaput (Transdev). © Joël Kermabon - Place Gre'net

Présentation de l’ex­pé­ri­men­ta­tion. De gauche à droite : Yann Mongaburu (SMTC), Philippe Chervy (Semitag) et Francis Chaput (Transdev). © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Il ne faut pas relâ­cher l’ef­fort. Tous les outils qui peuvent nous aider à atteindre une qua­lité de l’air qui res­pecte la régle­men­ta­tion euro­péenne d’ici 2020 sont bons à prendre », explique Yann Mongaburu, le pré­sident du Syndicat mixte de trans­ports en com­mun (SMTC).

 

Ce der­nier pré­sen­tait, le 19 décembre der­nier, au sor­tir d’un dis­po­si­tif anti-pol­lu­tion qui avait duré treize jours, l’ex­pé­ri­men­ta­tion GreenZen Tag – fruit d’un par­te­na­riat entre le SMTC, Transdev et la Semitag – confiée au Laboratoire d’ex­pé­ri­men­ta­tion des mobi­li­tés de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise (Lemon[1]).

 

 

 

Une première en France

 

 

Durant près de trois mois, dix cap­teurs mobiles – mis au point par la start-up EcoLogicSense –, ins­tal­lés sur le toit de dix tram­ways de la ligne A vont détec­ter simul­ta­né­ment, en temps réel durant le par­cours des rames, les par­ti­cules fines PM10 et PM2,5 en sus­pen­sion dans l’air que nous res­pi­rons. Des valeurs dont l’exac­ti­tude sera véri­fiée par deux sta­tions fixes ins­tal­lées sur le par­cours. Une pre­mière en France pour un test à grande échelle, après dix-huit mois de mise au point qui ont mobi­lisé huit par­te­naires[2] – dont deux star­tups – dans une démarche de copro­duc­tion.

 

L'emplacement du coffret contenant le capteur sur une rame en exploitation. © Joël Kermabon - Place Gre'net

L’emplacement du cof­fret conte­nant le cap­teur sur une rame en exploi­ta­tion. © Joël Kermabon – Place Gre’net

C’est ainsi que, chaque jour, 5 700 mesures seront col­lec­tées, horo­da­tées et géo­lo­ca­li­sées via une appli­ca­tion déve­lop­pée par la star­tup Zenbus tout au long de la ligne de tram­way la plus longue de l’ag­glo­mé­ra­tion, reliant Fontaine à Échirolles.

 

Pourquoi cette ligne plu­tôt qu’une autre ? « Parce que c’est celle qui par­court des ter­ri­toires qui, aujourd’­hui, ne sont pas équi­pés de cap­teurs fixes », explique Yann Mongaburu. Qui pré­cise qu’il existe par ailleurs douze sta­tions de mesures fixes gérées par Air Rhône-Alpes dans l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise.

 

Les don­nées ainsi acquises seront ensuite hié­rar­chi­sées, clas­sées et ana­ly­sées pour être confron­tées à celles four­nies par le réseau des sta­tions de mesures fixes de la métro­pole et aux modé­li­sa­tions de l’ob­ser­va­toire pour la sur­veillance et la qua­lité de l’air Atmo Auvergne-Rhône-Alpes.

 

 

 

Affiner la modélisation des niveaux de polluants

 

 

Quid des objec­tifs de cette expé­ri­men­ta­tion ? En pre­mier lieu, géo­lo­ca­li­ser la qua­lité de l’air en offrant, à terme, une meilleure repré­sen­ta­ti­vité spa­tiale de la pol­lu­tion atmo­sphé­rique et en amé­lio­rant la modé­li­sa­tion des niveaux de pol­luants.

 

Installation du coffret contenant le capteur à l'atelier. © Media Conseil Presse

Installation du cof­fret conte­nant le cap­teur à l’a­te­lier. © Media Conseil Presse

Ensuite, le dis­po­si­tif pour­rait éga­le­ment deve­nir un outil stra­té­gique en matière de mobi­li­tés pour mieux éclai­rer les col­lec­ti­vi­tés et les ges­tion­naires de réseaux de trans­ports en com­mun dans leurs prises de déci­sions.

 

Ces der­niers pour­raient notam­ment struc­tu­rer leur offres et tarifs de trans­port en fonc­tion de l’ex­po­si­tion aux par­ti­cules pol­luantes de telle ou telle zone d’une agglo­mé­ra­tion. Une manière aussi de « com­plé­ter nos infor­ma­tions pour affi­ner les poli­tiques publiques et pou­voir don­ner plus d’in­for­ma­tions à la popu­la­tion », sou­ligne Yann Mongaburu, le pré­sident du SMTC.

 

 

 

Le chauffage au bois, une source de diffusion des particules fines

 

 

« La Métropole et notam­ment le SMTC sont for­te­ment enga­gés sur cette thé­ma­tique de la qua­lité de l’air. D’autant plus en cette période de pics de pol­lu­tion qui ont vu les seuils atteints pen­dant plus d’une dizaine de jours, explique Jérôme Dutroncy, vice-pré­sident délé­gué à l’en­vi­ron­ne­ment, l’air, le cli­mat et la bio­di­ver­sité à Grenoble-Alpes Métropole […] L’enjeu qui est devant nous, c’est de don­ner à com­prendre à nos habi­tants quelles sont les pro­blé­ma­tiques liées à la qua­lité de l’air qu’ils res­pirent […] et com­ment on peut par­ve­nir, col­lec­ti­ve­ment, à régler la ques­tion. »

 

La Prime Air Bois bénéficiera aux particuliers souhaitant renouveler leurs appareils de chauffage au bois. © Grenoble-Alpes Métropole

La Prime Air Bois béné­fi­cie aux par­ti­cu­liers sou­hai­tant renou­ve­ler leurs appa­reils de chauf­fage au bois. © Grenoble-Alpes Métropole

L’occasion pour Jérôme Dutroncy de rap­pe­ler que la Métropole s’est impli­quée sur la ques­tion du chauf­fage au bois, source impor­tante de dif­fu­sion de par­ti­cules fines dans l’at­mo­sphère en hiver. « Nous avons lancé l’an­née der­nière la prime air bois. Nous sommes la pre­mière grande agglo­mé­ra­tion de France à le faire et il est impor­tant de savoir qu’au-delà des trans­ports il existe aussi d’autres solu­tions ».

 

Quant à la fin de l’ex­pé­ri­men­ta­tion, elle est pro­gram­mée pour avril 2017, date à laquelle ses conclu­sions seront remises au SMTC. Si la fia­bi­lité de GreenZen Tag est vali­dée et que ses résul­tats s’a­vèrent per­ti­nents, son por­tage sur smart­phones sous la forme d’une appli­ca­tion grand public pour­rait être envi­sagé.

 

C’est du moins ce qu’ap­pellent de leurs vœux les par­te­naires du pro­jet. « En mixant les don­nées mesu­rées et géo­lo­ca­li­sées en temps réel avec celles issues de la modé­li­sa­tion, cette appli­ca­tion pourra déli­vrer une connais­sance sus­cep­tible d’in­fluen­cer les modes de dépla­ce­ment et de consom­ma­tion des usa­gers », se prennent-ils à espé­rer.

 

Joël Kermabon

 

 

[1] Lemon est un labo­ra­toire, un incu­ba­teur, au sein duquel le Syndicat mixte des trans­ports en com­mun (SMTC) et Transdev, le par­te­naire indus­triel et com­mer­cial de la Semitag, l’ex­ploi­tant du réseau du SMTC, tra­vaillent de concert sur les pro­blé­ma­tiques de la mobi­lité.

 

[2] Transdev, Tag, SMTC, Lemon, Ecologicsense, Zenbus, Egis Environnement, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes

 

commentez lire les commentaires
4715 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Origine des Particules fines( source, Prev’air, le pré­vi­sion­niste natio­nal de la qua­lité de l’air sous tutelle du Ministère de l’en­vi­ron­ne­ment):
    PM10 : 20% trans­ports (tous les trans­ports, rou­tier, aérien, mari­time); Transports rou­tiers 10%
    PL 2,5 : trans­ports rou­tiers, moins de 8%.

    Donc on fait encore mumuse en cla­quant de l’argent public et sans s’at­ta­quer au fond du pro­blème, la pol­lu­tion du même nom.

    Quant à la modu­la­tion du prix des trans­ports en com­muns en fonc­tion du niveau de pol­lu­tion, on se demande bien quel génie a eu cette idée ? Faire du yeild mana­ge­ment là des­sus est ridi­cule : à 1,50 euros le ticket, cela n’aura aucun impact. Le yeild mana­ge­ment vise a rem­plir un nombre de place fini afin d’op­ti­mi­ser les coûts uni­taires (dans des avions, des hôtels, des trains etc. tout ce qui est sou­mis à réser­va­tion ), ce qui n’est pas le cas dans les TC.
    La gra­tuité dès le pre­mier jour de pic, bien sûr, cela ne leur vient pas à l’i­dée, c’est trop simple et on peut dif­fi­ci­le­ment com­mu­ni­quer avec le mot « inno­vant »…

    On s’a­muse, on fait sem­blant, à grand coup d’argent public qui pour­rait être bien mieux uti­lisé ailleurs…

    sep article
  2. Ce qui ne ser­vira stric­te­ment à rien car mesu­rer la pol­lu­tion n’est pas la réduire. La qua­lité et le volume de don­nées exis­tants sont lar­ge­ment suf­fi­sants et plus don­nés ne veut pas dire de meilleures déci­sions, car une fois encore c’est la pol­lu­tion de fond qui pose pro­blème, et qu’elle dif­fuse. Le plus drôle c’est l’application mobile qui à l’o­ri­gine sert à pla­ni­fier ses voyages dans les TC. Encore une expé­ri­men­ta­tion qui n’a rien d’in­no­vante. Nous avons demandé les mar­chés publics ainsi que le pro­to­cole d’ex­pé­ri­men­ta­tion et, comme d’ha­bi­tude, nous n’a­vons pas de réponse…

    Par ailleurs, des cap­teurs mobiles sur des trams sont peu utiles . Ce qui a été fait à Rennes, avec des cap­teurs indi­vi­duels sur des volon­taires génèrent des don­nées net­te­ment plus inté­res­santes à tous point de vue, puisque c’est l’ex­po­si­tion d’in­di­vi­dus qui est mesu­rée.

    Encore une opé de com­mu­ni­ca­tion dont les don­nées seront sans doute res­sor­ties (et car­viar­dées par les élus) pour jus­ti­fier CVCM…

    2017 s’an­nonce déci­dé­ment comme allant être très drôle.

    sep article