Une pétition pour demander des périmètres de sécurité autour des habitations

sep article

Festival oenologique et musical Le Millésime à Grenoble du 5 au 20 octobre 2019

« Cessez le feu », tel est le nom adopté sur change.org par les pétitionnaires réclamant l’instauration de périmètres de sûreté autour des habitations, des lieux de vie ou des voies de circulation se trouvant à proximité de zones de chasse.

 

 

La pétition cite trois exemples récents de balles de chasseurs de sangliers ayant pénétré dans des habitations, dont une à Renage en Isère où, le jeudi 1er décembre : « Une balle a pénétré par le toit d’une maison située en contrebas, et fini sa course dans la chambre d’une fillette âgée de trois ans. »

 

Les auteurs de la pétition notent que le législation actuelle permet à un chasseur de tirer en direction d’une habitation s’il estime être à une distance suffisante. Une réglementation insuffisante puisque « les armes utilisées pour la chasse au gros gibier sont équivalentes à des armes de guerre », considèrent-ils.

 

« Nous n’admettons pas d’attendre, les bras croisés, la mort prochaine annoncée d’une ou d’un de nos concitoyens pour agir », indique encore le texte de la pétition, qui va être adressée à Bruno Le Roux, ministre de l’Intérieur, et Ségolène Royal, ministre de l’environnement.

 

 

 

Une restriction du droit de chasse ?

 

 

Lancée une semaine auparavant, la pétition a déjà enregistré plus de 1 850 signatures ce samedi 24 décembre en milieu de journée. Reprise en intégralité en page 35 de l’hebdomadaire Marianne dans sa rubrique “Chiche !”, elle n’a probablement pas fini de susciter l’adhésion.

 

Reste à savoir si l’instauration de périmètres de sécurité pourra se concrétiser. La réglementation actuelle repose notamment sur une décision du tribunal de Rennes rendue en 1982, qui estimait que l’interdiction de faire usage d’une arme à feu dans un rayon de 150 mètres autour des habitations constituait une « restriction du droit de chasse et de destruction des nuisibles ».

 

Le 10 octobre 2015, un étudiant grenoblois de 20 ans avait trouvé la mort sur la commune de Revel, tué accidentellement par un coup de fusil de chasse alors qu’il se promenait sur un chemin forestier.

 

 

FM

 

 

commentez lire les commentaires
2685 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Ca nous fait penser à es crétins qui hurlent parce que les abeilles des apiculteurs viennent boire dans leurs piscines l’été.

    Elle existe déjà cette réglementation. Et non, les armes utilisées pour la chasse au gros gibier ne sont pas des armes de guerre. On va les amener faire un stage en Afghanistan ,en Syrie ou au Soudan du Sud pour qu’ils comprennent ce que sont ces armes de guerre…

    La réglementation existe déjà et IL EST INTERDIT DE TIRER EN DIRECTION D’HABITATIONS, bande de gnous! L’usage d’armes à feu est proscrit à partir d’une certaine distance par arrêté préfectoral pris tous les ans. Et les maires peuvent aller plus loin s’ils le souhaitent. C’est aux maries qu’il faut s’adresser.

    Voilà ce que dit l’ONCFS http://www.oncfs.gouv.fr/Fiches-juridiques-chasse-ru377/La-chasse-a-proximite-des-habitations-ar1035

    sep article
    • Réponse pleine de nuance et de délicatesse. « Crétins », « bande de gnous », invitation à aller faire un stage dans les pays à feu et à sang. Quel respect pour ses contradicteurs !
      Quant à avancer que « les armes utilisées pour la chasse au gros gibier ne sont pas des armes de guerre », ça élude totalement le fait que ces armes-là tuent bel et bien des hommes (l’étudiant à Freydières, un trailer au Semnoz…).

      sep article