Ouvrez les yeux : l’avenir des centres-villes pédale, et il est devant vous !

sep article



TRIBUNE LIBRE – Jérôme Cucarollo, « jeune entrepreneur à vélo et amoureux de sa ville » réagit suite à la manifestation de commerçants qui s’est tenue le lundi 5 décembre dernier à Grenoble contre le projet de piétonnisation Cœurs de ville, cœurs de métropole (CVCM) et l’un de ses axes forts : la fermeture à la circulation du boulevard Agutte-Sembat.

 

 

 

Jérôme Cucarollo, 29 ans, cofondateur de la Scop Toutenvélo Grenoble, et, par ailleurs, porte-parole d'EELV Rhône-Alpes. DR

Jérôme Cucarollo, 29 ans, cofon­da­teur de la Scop Toutenvélo Grenoble, et, par ailleurs, porte-parole d’EELV Rhône-Alpes.

Lundi 5 décembre, dès 8 heures, de 200 à 300 com­mer­çants (500 selon les orga­ni­sa­teurs), étaient pré­sents pour blo­quer le centre-ville, sui­vis d’une tren­taine de camions et leur concert de klaxons.

 

Des mobi­li­sa­tions de ce type, Grenoble en a connues, par exemple contre la construc­tion des lignes A et C de tram­way.

 

 

 

Mais aujourd’hui, qui remet­trait en cause ces amé­na­ge­ments et pré­fè­re­rait des Grands Boulevards à 2 x 3 voies et une Rocade Nord au lieu du tram C ? Personne. Alors, pour une fois, en tant qu’acteurs éco­no­miques, soyons tous intel­li­gents, évi­tons-nous cet inutile gas­pillage d’énergie, et ne lais­sons pas les ten­ta­tions minables de récu­pé­ra­tion poli­ti­ciennes nous pol­luer.

 

N’oublions pas que ceux, PS, LR, qui font sem­blant de vous sou­te­nir aujourd’hui, sont des hypo­crites qui encou­ra­geaient hier l’installation de grandes sur­faces en péri­phé­rie, puis les ont lais­sées ouvrir le dimanche, fra­gi­li­sant tou­jours plus le com­merce de centre-ville.

 

 

 

« Vélo, marche à pied ou transports en commun sont vos amis »

 

 

Vous aimez vos com­merces, vos entre­prises. Vous leur avez tout donné, vos soirs, vos week-ends, votre temps libre, par­fois quelques che­veux et bien plus encore. Votre objec­tif est de les faire vivre, en ren­dant les clients aussi satis­faits que pos­sible, et vous avez rai­son. Vous faites la vita­lité et l’animation des centres-villes. Mais ne vous y trom­pez pas : le vélo, la marche à pied ou les trans­ports en com­mun sont vos amis.

 

Selon un récent rap­port du Gart (Groupement des auto­ri­tés res­pon­sables des trans­ports), qu’on ne pourra pas taxer de dan­ge­reux éco­lo­giste car pré­sidé par un séna­teur LR : « Associer la vita­lité des com­merces à la capa­cité d’y accé­der en voi­ture est une idée reçue dont le moins que l’on puisse dire est qu’elle a la vie dure. Celle-ci ne résiste pas à l’épreuve des faits. Les consom­ma­teurs des com­merces de centre-ville viennent majo­ri­tai­re­ment faire leurs achats à pied ou à vélo et, si l’on ajoute les usa­gers des trans­ports publics, la pro­por­tion atteint 80 %. »

 

Il est donc temps de faire quelques constats de bon sens.
La mul­ti­pli­ca­tion des centres com­mer­ciaux géants et des auto­routes pour y accé­der a tué les centres-villes. Croire que favo­ri­ser encore plus la cir­cu­la­tion auto­mo­bile inver­sera la ten­dance est une affir­ma­tion pour le moins étrange.

 

La pol­lu­tion atmo­sphé­rique tue une per­sonne tous les trois jours à Grenoble. C’est tout sim­ple­ment inad­mis­sible. Plus per­sonne ne veut vivre dans une ville lacé­rée par des auto­routes urbaines bor­dées de façades salies par la pol­lu­tion et de trot­toirs minus­cules où une pous­sette cir­cule à peine.

 

Partout en Europe, les centres-villes des com­munes qui ont fait le choix de réduire for­te­ment la place de l’automobile voire de la sup­pri­mer, se revi­ta­lisent et leurs com­merces se portent mieux que les autres.

 

 

 

« Le temps du tout-voiture est désormais totalement dépassé »

 

 

Des solu­tions existent déjà ! Libérés de l’agression auto­mo­bile, les nou­veaux axes réser­vés aux trans­ports doux seront peu­plés de citoyens déten­dus, se sen­tant en sécu­rité et pre­nant le temps de regar­der les vitrines, d’entrer dans les maga­sins ou de prendre un verre en ter­rasse avec toute la famille. Les gens, l’environnement, l’économie des centres-villes : tout le monde a à y gagner !

 

Partout en France, sans pétrole et sans pol­luer, on sait déjà trans­por­ter de la mar­chan­dise ou des per­sonnes sur plu­sieurs kilo­mètres, laver des vitres, répa­rer des fuites d’eau, refaire l’électricité, vendre de la nour­ri­ture, répa­rer des vélos ou des voi­tures… et sou­vent de manière moins chère et plus rapide qu’avec des trans­ports moto­ri­sés ! Il faut main­te­nant don­ner sa chance à cette nou­velle éco­no­mie du vélo, qui ne peut être que béné­fique pour les centres urbains, tant pour ses habi­tants que pour l’ensemble de l’activité éco­no­mique.

 

Il suf­fit d’ouvrir les yeux, de faire un pas de côté et d’être prêt à expé­ri­men­ter. Aucun moyen de trans­port n’a à lui seul toutes les solu­tions, mais le temps du tout-voi­ture est désor­mais tota­le­ment dépassé.

 

La Ville de Grenoble et la Métropole sou­haitent s’engager dans cette voie. Toutes et tous, acteurs éco­no­miques autant que poli­tiques, et plus lar­ge­ment citoyennes et citoyens, ne gâchons pas cette chance et sou­te­nons cette dyna­mique.

 

 

***

 

 

* Rappel : Les tri­bunes publiées sur Place Gre’net ont voca­tion à nour­rir le débat et à contri­buer à un échange construc­tif entre citoyens d’o­pi­nions diverses. Les pro­pos tenus dans ce cadre ne reflètent en aucune mesure les opi­nions des jour­na­listes ou de la rédac­tion et n’engagent que leur auteur.

Vous sou­hai­tez nous sou­mettre une tri­bune ? Merci de prendre au préa­lable connais­sance de la charte les régis­sant.

 

 

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
12700 visites | 17 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 17
  1. Ping : Article de Grenet sur le Centre Ville |

  2. Sinon c’est bien aussi, en vertu de la liberté indi­vi­duelle et de la liberté de cir­cu­la­tion, de lais­ser les gens qui veulent se dépla­cer en voi­ture, le faire.
    Ok pour déve­lop­per les infra­struc­tures de TC et de vélos mais ne pen­sez pas qu’à vous. La cir­cu­la­tion auto­mo­bile est res­pon­sable d’en­vi­ron 1/4 de la pol­lu­tion totale, alors mes­sieurs les éco­los dic­ta­teurs, arrê­tez d’im­po­ser votre mode de pen­sée et de dépla­ce­ments à ceux qui ne se déplace pas comme vous, ça devient gro­tesque.
    On est en France et si on veut se dépla­cer en voi­ture on a le droit de la faire donc votre dic­ta­ture écolo allez la faire ailleurs.
    Cordialement, un auto­mo­bi­liste qui aime­rait qu’on nous foute la paix

    sep article
  3. Bravo, j’a­dore votre tri­bune, tout est dit 🙂

    sep article
  4. Rajoutons que M. Cucarollo est non seule­ment l’an­cien atta­ché du groupe écolo au Conseil Départemental mais aussi le pote parole d’EELV en Rhône-Alpes. Il avance donc caché en se fai­sant pas­ser pour un « entre­pre­neur »

    Ca serait peut-être bien de le pré­ci­ser dans le cha­peau de l’ar­ticle.

    sep article
    • PT

      13/12/2016
      17:18

      M. Cucarollo a indi­qué au préa­lable que sa tri­bune n’é­tait pas rédi­gée en tant que porte parole d’EELV Rhône-Alpes. C’est son droit le plus strict, les tri­bunes étant ouvertes à tous. Par ailleurs, la men­tion de sa fonc­tion poli­tique figure déjà dans la légende photo en haut de page. Il n’y a donc rien de caché.

      sep article
    • Cher GAM, ce mon­sieur est libre d’a­voir des opi­nions et de les expri­mer, tout en étant entre­pre­neur et en ayant un enga­ge­ment poli­tique dans un parti éco­lo­giste, tout comme d’autres com­mer­çants ou membres de la CCI membres d’autres par­tis. Selon vous, un com­mer­çant devrait for­cé­ment être de droite et encarté LR ? Par ailleurs, merci de médi­ter les conclu­sions du GART citées dans l’ar­ticle en faveur des modes de dépla­ce­ments doux, ce GART étant pré­sidé par un séna­teur LR…

      sep article
  5. Cher GAM, une mafia c’est un réseau ou un groupe d’in­di­vi­dus ou d’or­ga­ni­sa­tions qui rackettent les autres et leur imposent leurs condi­tions. Donc aujourd’­hui, on peut par­ler de la mafia de l’au­to­mo­bile. L’état pousse les gens à ache­ter du die­sel, les gens de cette mafia auto­mo­bile achètent du die­sel et nous niquent les pou­mons non stop. L’état dépense des sommes fara­mi­neuses dans des auto­routes et autres ins­tal­la­tions hors de prix pour pol­luer et tuer tou­jours plus. L’état sub­ven­tionne les construc­teurs auto qui ferment des usines, délo­ca­lisent, font des plans sociaux et ne paient pas d’im­pôt. L’état encou­rage les gens a uti­li­ser une bagnole, qui prend la place de 6 à 8 vélos. L’état prend bien sa TVA sur les assu­rances, le car­bu­rant.….… et der­rière on dit que les gens qui se déplacent à vélo sont une mafia ? Tu dois être mécham­ment atteint mec ! Tu dis qu’il faut se pré­oc­cu­per de faits et de la réa­lité, tu as rai­son. La voi­ture tue chaque année 5000 à 6000 per­sonnes dans les acci­dents de la route, la pol­lu­tion tue envi­ron 40.000 per­sonnes. Heureusement qu’on ne se pré­oc­cupe tou­jours pas des faits, on pour­rait sau­ver des vies humaines tu te rends compte ? Ah bah non tu t’en rends pas compte, enfin si mais t’as pas envie, tu dois faire par­tie de la mafia voi­ture.
    Au pas­sage en Europe du Nord, je sais pas où t’as vu que les centre-villes étaient réser­vés aux bureaux et com­merces, c’est faux, un peu comme tout ce que tu racontes. En fait t’aimes bien prendre ta bagnole pour rou­ler sur ta route et consom­mer ton essence. Tu vis dans ton petit monde étri­qué, comme un bon esclave des construc­teurs autos et des pétro­liers.

    Et pour reprendre tes écrits, la mafia voi­ture com­mence à nous pom­per l’air sérieu­se­ment en plus de nous le rendre irres­pi­rable. Quant à la parole publique, pour l’ins­tant on entend sur­tout 40 mil­lions de per­fu­sés au die­sel.

    sep article
    • Entièrement d’ac­cord !

      Il fau­drait réel­le­ment arrê­ter de noyer le pois­son. La voi­ture est le pro­blème en ville.
      Rien qu’à Lyon, 23% de part modale, occupe 70% de la voi­rie.

      Alors, qui est le nui­sible ?

      sep article
    • Entièrement d’ac­cord ! Depuis que je suis à vélo, je consomme davan­tage en centre-ville.

      sep article
  6. Qu d’é­vi­dences !
    Petit détail de voca­bu­laire, les trans­ports non moto­ri­sés ne sont pas « doux », ils sont « actifs » (déco­lo­ni­sons nos ima­gi­naires).

    sep article
  7. Le pro­jet CVCM est un pro­jet hors conçu afin d’é­vi­ter un cer­tain nombre d’o­bli­ga­tion légales et qui donne lieu à des sau­cis­son­nages de mar­chés publics.

    20 000 véhi­cules jour vont se repor­ter du centre-ville sur des zones tout aussi den­sé­ment peuples et sur des axes déjà conges­tion­nés, obé­rant la santé des habi­tants, ce qui rend obli­ga­toire une étude d’im­pact envi­ron­ne­men­tale et de santé publique. la Commission Européenne a par­ti­cu­liè­re­ment appré­ciée la démons­tra­tion ‚sur­tout avec les don­nées issues de l’é­pi­sode de pol­lu­tion que nous vivons actuel­le­ment.

    Outre par­fai­te­ment irra­tion­nel et absurde, Il est éga­le­ment enta­ché de très grave illé­ga­li­tés cau­sées par des éco­lo­gistes. Un comble, non ?

    CVCM est une pro­jet de clien­té­lisme poli­tique parce qu’il ne vise pas à amé­lio­rer le cadre de vie de TOUS les gre­no­blois et métro­po­li­tains et fait fis de la réa­lité géo­gra­phique qui – quelle sur­prise ! – condi­tionne les pos­si­bi­li­tés de dépla­ce­ment.

    PERSONNE, nous disons bien PERSONNE, n’est contre une meilleure régu­la­tion de la cir­cu­la­tion en ville et de don­ner plus de place au vélo. PERSONNE.
    Et véhi­cules indi­vi­duels, et pié­tons, et vélo, et che­vaux, cha­meaux etc.

    Vous uti­li­sez la méthode idéo­lo­gique (et les argu­ments de phi­lis­tin qui vont avec): voici les conclu­sion. Recherchons donc ensuite les faut qui vont pou­voir les cor­ro­bo­rer.

    Nous uti­li­sons la méthode scien­ti­fique : voici les faits, quelles conclu­sions pou­vons nous en tirer.

    Vous citez le GART, et de manière insin­cère est orien­tée. Le GART dit bien cela, mais sous réserve que les infra­struc­tures néces­saires – TC, par­kings relais etc. – existent AU PREALABLE. Et comme en Europe du Nord, que la voi­ture soit effec­ti­ve­ment inter­dite y com­pris pour TOUS les rési­dents (ce qui est aisé en Europe du Nord car per­sonne ne vit en centre-ville, consa­cré aux bureaux et com­merces).

    La mafia du vélo (car il s’a­git d’un genre de mafia, nous le démon­tre­rons preuve à l’ap­pui dans un ave­nir très proche) com­mence à gon­fler tout le monde sévère.

    Au lieu d’ins­truire des pro­cès poli­tiques de com­mande, au lieu de dic­ter aux gens com­ment vivre et se dépla­cer (c’est insup­por­table), pré­oc­cu­pez vous de FAITS, de la réa­lité.

    Alors peut-être que le néces­saire, fac­tuel et serein débat incluant tout le monde et pas que qu’une mino­rité de bobos confis­quant la parole à la majo­rité aura lieu.

    sep article
    • mon­sieur GAM, j’es­père que vous êtes allés (au plu­riel des fois que vous soyez plu­sieurs … ?) expo­ser et défendre votre point de vue aux dif­fé­rents ate­liers pro­po­sés par la Métro

      Vous êtes inca­pables d’a­na­ly­ser comme l’a fait l’ADTC
      http://www.adtc-grenoble.org/spip.php?article453
      et elle parle aussi des voi­tures

      A quoi servent vos sem­pi­ter­nelles rodo­mon­tades ?

      Perso, je suis d’ac­cord avec la pié­to­ni­sa­tion et les trans­ports en com­mun. Je ne suis pas la seule, à voir comme les dif­fé­rents mar­chés de Noël sont blin­dés de monde.
      Joyeux Noël 😉

      sep article
      • Tiens, jus­te­ment, par­lons-en de ces  » ate­liers » du pro­jet cvcm. Je peux en par­ler, j’ai par­ti­cipé à l’un des 3.
        Eh bien dans le pré­am­bule de pré­sen­ta­tion, l’or­ga­ni­sa­teur a bien expli­qué que « la fina­lité de cet ate­lier n’é­tait pas de discuter/débattre les pro­po­si­tions du pro­jet de la métro ». Textuellement.
        Voilà, voilà.….

        sep article
    • MB

      14/12/2016
      9:49

      GAM, vous savez qu’on n’en­trave abso­lu­ment rien à votre cha­ra­bias ?
      C’est dom­mage, vous avez l’air sûr de vous mais c’est juste incom­pré­hen­sible…
      Vous par­lez de méthode scien­ti­fique, mais avant cela bos­sez un peu la dia­lec­tique, s’il vous plaît !

      Essai d’in­ter­pré­ta­tion : vous pro­po­sez de ne rien faire temps que les infra­struc­tures ne sont pas prêtes ?
      Donc pour lut­ter contre les pics de pol­lu­tion, pol­luons dès main­te­nant pour que ça aille mieux plus tard ?
      Moi sur le prin­cipe je suis pour de meilleures infra­struc­tures, mais je vois pas en quoi c’est contra­dic­toire avec l’i­dée de faire des efforts dès main­te­nant !

      Bon et pour le côté mafia à vélo,… Bobo… Un argu­men­taire digne de ce nom n’au­rait pas besoin de petits mots « chocs » de la sorte.

      sep article
    • « la réa­lité géo­gra­phique (qui) – quelle sur­prise ! – condi­tionne les pos­si­bi­li­tés de dépla­ce­ment. »

      Ne faîtes pas croire que les auto­mo­bi­listes seraient tous vic­times de la réa­lité géo­gra­phique. En effet, le lieu d’ha­bi­tat est aussi (mais pas tou­jours, j’en conviens!) une affaire de choix. Quand vous choi­sis­sez d’al­ler habi­ter dans un lieu sans prendre en compte l’offre de TC, vous savez que vous aurez besoin de 2 voi­tures et il ne faut pas venir pleu­rer après. Quand (je vais faire dans le cli­ché), un « riche » décide d’ha­bi­ter sur les hauts de Corenc, ce n’est pas pour aller à pied ou en vélo dans le centre-ville. A contra­rio, les per­sonnes pauvres sont pour beau­coup concen­trées, par exemple, dans les quar­tiers sud, pas vrai­ment par choix, mais ces zones sont bien des­ser­vies en TC grâce aux poli­tiques de trans­port et de renou­vel­le­ment urbain. Alors ne faîtes pas de rac­cour­cis en lais­sant pen­ser que les gens seraient vic­times de leur situa­tion géo­gra­phique. Personnellement, j’ha­bite à Vif et la proxi­mité de la ligne 17 pour mes dépla­ce­ments quo­ti­diens, que je ter­mine en vélo (et ça me fait un bien fou!) a joué un rôle fon­da­men­tal dans ce choix. Cette ligne béne­fi­cie d’une bonne fré­quence, et per­met de se rendre à Grenoble en 20 minutes.

      Ensuite, le GART n’est pas le seul à conclure que le vélo et les modes doux en géné­ral favo­risent le com­merce en centre-ville. En effet, d’autres études vont dans le même sens.

      Ensuite, vous sem­blez sous-entendre que l’ag­glo est mal des­ser­vie en TC et P+R (« Le GART dit bien cela, mais sous réserve que les infra­struc­tures néces­saires – TC, par­kings relais etc. – existent AU PREALABLE. »). Or, il est un fait que notre agglo est TRES BIEN DESSERVIE en équi­pe­ments de ce type. Cela pour­rait être encore meilleur, mais je me per­mets de vous rap­pe­ler que le réseau de l’ag­glo vient d’être dis­tin­gué au pal­ma­rès « Ville rail et trans­ports ».

      sep article
    • bon­jour Gam, je trouve votre démarche de pen­sée inté­res­sante. Cycliste par contrainte (une voi­ture c’est trop cher) je me déplace à vélo et en bus. Et j’ob­serve que la sur­face de l’es­pace public occupé par les voi­tures n’est pas pro­por­tionné au nombre de per­sonnes qui y voyagent.
      Pourrions nous en par­ler de vive voix ?
      Bien cor­dia­le­ment

      sep article
      • D’accord avec GAM, la dic­ta­ture du vélo est aussi inac­cep­table que le tout bagnole nous fait ger­ber. La limi­ta­tion des dépla­ce­ments (car c’est bien de cela qu’il s’a­git) est une entrave à la liberté indi­vi­duelle, que je ne suis pas près de lais­ser à des cre­vards aussi égoïstes que moi, voire plus. Développons un vrai pro­jet de tran­si­tion plu­tôt qu’une poli­tique clien­té­liste et vio­lente. Pour info , je ne me déplace qu’en vélo et en train et je bosse à une heure de chez moi.

        sep article