Une cérémonie des « Chaisars » dénonce l’évasion fiscale devant une agence BNP de Grenoble

sep article



EN BREF – Nouvelle action pour condamner l’évasion fiscale, samedi 10 décembre : différents collectifs, parmi lesquels Attac et Alternatiba, organisaient devant l’agence BNP Paribas Lafayette de Grenoble une cérémonie d’un genre particulier, la remise des « Chaisars 2016 » pour récompenser l’établissement le mieux implanté dans les paradis fiscaux.

 

 

« Qui est le gagnant de la banque ayant le plus de filiales dans les para­dis fis­caux ? Roulements de tam­bour… La BNP Paribas ! » Sous les applau­dis­se­ments d’un public conquis, une fausse pré­si­dente de la BNP Paribas vient rece­voir son « chai­sar » et pro­cède aux remer­cie­ments d’u­sage.

 

La Cérémonie des Chaisars 2016 © Florent Mathieu - Place Gre'net

La Cérémonie des Chaisars 2016. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« Je tiens tout d’a­bord à remer­cier le gou­ver­ne­ment fran­çais qui, depuis qua­rante ans, s’ef­force de créer un envi­ron­ne­ment favo­rable à l’é­va­sion fis­cale. Même si, de temps en temps, cer­tains juges prennent des liber­tés… Je tiens bien sûr à remer­cier nos riches clients, qui nous poussent à être tou­jours plus inven­tifs dans nos mon­tages finan­ciers pour opti­mi­ser leurs impôts, afin qu’ils en payent le moins pos­sible… »

 

 

 

Carmagnole et accordéons

 

 

C’est devant l’a­gence BNP Paribas Lafayette, rue de la République à Grenoble, que des membres d’Attac, d’Alternatiba ou encore d’ANV Cop21 orga­ni­saient cette paro­die de remise de prix, samedi 10 décembre. Mais pour­quoi les « Chaisars » ? Le terme fait réfé­rence à l’ac­tion des fau­cheurs de chaises et au pro­cès de John Palais qui se tien­dra à Dax en jan­vier 2017, suite à l’ac­tion en jus­tice de la BNP.

 

« Ce qui est révol­tant, c’est de pen­ser qu’un tri­bu­nal accepte le qua­li­fi­ca­tif de vol en réunion. Ça ne tient pas debout. Ils savent bien que cela n’a rien à voir ! », s’a­gace Gérard Collet, membre d’Attac. Qui consi­dère avant tout, à l’ins­tar de ses cama­rades, les fau­cheurs de chaises comme des lan­ceurs d’a­lerte.

 

Militants devant la BNP Paribas Lafayette de Grenoble © Florent Mathieu - Place Gre'net

Militants devant la BNP Paribas Lafayette de Grenoble. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Comme à leur habi­tude, les pour­fen­deurs de l’é­va­sion fis­cale ont fait preuve d’hu­mour. Ils ont ainsi inter­prété, comme récem­ment devant l’a­gence BNP de la place Victor-Hugo, une pièce muette en six scènes dénon­çant « une jus­tice à deux vitesses », avant de récla­mer « le pro­cès de l’é­va­sion fis­cale ».

 

Et sans craindre la pol­lu­tion qui menace actuel­le­ment les bronches gre­no­bloises, les mili­tants n’ont pas hésité à dan­ser au son de l’ac­cor­déon entre faux direc­teurs de banque et éva­dés fis­caux, avant de se livrer à une joyeuse faran­dole sur une variante de la Carmagnole. « Dans la Grande ville de Paris / Il y a des bour­geois bien nour­ris / Il y a des misé­reux qui ont le ventre creux / Dansons la Carmagnole, vive le son de nos chan­sons. »

 

 

 

Le chat et la souris

 

 

L’opération sur­prise d’une tren­taine de minutes a, comme sou­vent, été bien accueillie par les pas­sants, qui ont volon­tiers pris des tracts et se sont par­fois arrê­tés pour dis­cu­ter avec ceux qui le leur ten­daient. Seul regret des mili­tants ? Ne pas avoir pu entrer dans les locaux mêmes de la BNP. Si l’a­gence était bien ouverte, sa grille était bais­sée depuis le début de la mati­née, les clients entrant par une petite porte sur la gauche.

 

Une farandole sur l'air de la Carmagnole © Florent Mathieu - Place Gre'net

Une faran­dole sur l’air de la Carmagnole. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« C’était une action natio­nale et, for­cé­ment, ils l’ont appris par la presse et ont fermé la grille », explique Christophe, un jeune mili­tant. Et cela mal­gré une autre action, la veille, dans les locaux de la BNP Victor-Hugo, « pour faire diver­sion », confie Gérard Collet. L’action a donc eu lieu à l’ex­té­rieur.

 

Un jeu du chat et de la sou­ris, en somme, auquel semblent com­men­cer à s’ha­bi­tuer les éta­blis­se­ments ban­caires. Mais peut-être pas avec le même sens de l’hu­mour que les acteurs des scé­nettes et autres paro­dies orga­ni­sées devant leurs locaux pour dénon­cer leurs filiales dans les para­dis fis­caux…

 

 

Florent Mathieu

 

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
4531 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.