Rencontre dans son atelier avec Sibylle Traynard, créatrice de bijoux inspirés de la nature

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

REPORTAGE – Si le salon Artisa présente, du 30 novembre au 4 décembre à Alpexpo, de beaux objets d’art tous plus originaux les uns que les autres, il est difficile d’imaginer le processus de création à l’œuvre en amont. Nous avons rencontré dans son atelier de La Tronche une exposante, Sibylle Traynard. Cette créatrice de bijoux crée « des sculptures dans l’espace » inspirés de la nature et des montagnes environnantes. Découverte du métier minutieux, mais aussi de la philosophie de cette artiste.

 

 

 

Dans l'atelier de Sibylle Traynard, créatrice de bijoux. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

© Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

La créa­trice de bijoux nous accueille dans son ate­lier de la Tronche. Dans cet endroit entouré de ver­dure aux pieds des mon­tagnes, on entend des oiseaux, un coq… Une ambiance pai­sible, pro­pice à la créa­tion. « La créa­tion est un moment où tout est lié : la contem­pla­tion, la spi­ri­tua­lité… On est dans une bulle. »

 

 

« Il faut arri­ver à entrer dans cette bulle pour pro­duire ce qu’on res­sent », pré­cise Sibylle Traynard, qui crée des bijoux depuis qua­rante ans. Deux maîtres-mots expliquent son par­cours : la nature et la créa­tion. La dureté et la dou­ceur y sont com­plé­men­taires.

 

Grâce à ses parents mon­ta­gnards, elle a décou­vert très tôt la mon­tagne. « Je n’ai pas tou­jours eu une vie facile. La mon­tagne m’a beau­coup aidée à per­cer dans ce métier et à per­sé­vé­rer », confie-t-elle. Depuis sa tendre enfance, Sibylle baigne par ailleurs dans la créa­tion : « J’ai fabri­qué plein des choses. Par exemple, je fai­sais des maquettes de refuges en mon­tagne, des petits tableaux avec des clous, avec n’im­porte quoi… »

 

Dans l'atelier de Sibylle Traynard, créatrice de bijoux. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

© Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

Ses études à l’École des beaux arts et des arts déco­ra­tifs de Genève lui offrent une for­ma­tion géné­ra­liste en art, mais sur­tout beau­coup de cours de des­sin : nature-morte, nu, géo­mé­trie dans l’es­pace, des­sin de bijoux, etc. À ce moment-là, ce n’est pas le bijou qui l’at­tire, mais la céra­mique. « Je vou­lais être potière », confie Sibylle. « Lorsque je visi­tais des ate­liers, une fois j’ai vu une bijou­te­rie et j’ai eu un déclic : “je vais faire des bijoux”, me suis-je dit. »

 

 

 

Métier d’harmonie et d’indépendance

 

 

Grâce à des connais­sances acquises lors de ses études, Sibylle s’ins­talle « petit à petit » dans son ate­lier et déve­loppe sa propre tech­nique. « C’est le fait que ce métier soit très minu­tieux et très posé qui m’a plu. Et cela me convient bien, alors que je ne porte pas du tout de bijoux, ce qui fait le déses­poir de mes clients et de mes amis, dit-elle en riant. Par contre, j’aime les voir por­tés, avec beau­coup de pas­sion et d’har­mo­nie. »

 

Dans l'atelier de Sibylle Traynard, créatrice de bijoux. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

© Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

Pendant treize ans, Sibylle a éga­le­ment été accom­pa­gna­trice de mon­tagne, mais « à un moment donné, il a fallu choi­sir entre ce métier et la créa­tion ». Malgré leurs dif­fé­rences évi­dentes, il y a éga­le­ment des points com­muns entre les deux pro­fes­sions : tous deux exigent une grande indé­pen­dance, de l’au­to­no­mie et un esprit d’i­ni­tia­tive. « Et il ne faut pas être malade ! », ajoute-t-elle avec un sou­rire, en évo­quant la fra­gi­lité de sta­tut d’ar­ti­san ou d’auto-entre­pre­neur.

 

 

 

Un bijou comme une sculpture dans l’espace

 

 

Dans l'atelier de Sibylle Traynard, créatrice de bijoux. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

© Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Pour Sibylle, un bijou est « une sculp­ture dans l’es­pace » : « En com­men­çant la créa­tion dans ma tête, je sais déjà ce qui sera plat, ce qui aura du volume, ce qui va être mis en avant, etc. »

 

Inspirée par la mon­tagne et la musique,  Sibylle retrouve dans la créa­tion des moments de calme et de concen­tra­tion. « J’ai une ten­dance spi­ri­tuelle. Quand je vois un cou­cher de soleil, je suis scot­chée. C’est tel­le­ment beau ! Je peux res­ter des heures à le regar­der. Cela fait par­tie de ma spi­ri­tua­lité. La nature est une grande cathé­drale. La beauté de la nature, voilà ce que je veux trans­mettre avec mes créa­tions. »

 

Ses bijoux ne copient cepen­dant pas des formes de la nature : « Lorsqu’un peintre des­sine une fleur, il s’en imprègne, la regarde très long­temps avant de des­si­ner, tout seul devant cette fleur et la nature qui l’en­toure. C’est comme de la médi­ta­tion. Une fois que tout est impré­gné dans sa tête, il peut se mettre à l’œuvre. Moi, c’est pareil. »

 

Le bijou est pour l’ar­tiste quelque chose d’abs­trait : « Je ne repré­sente pas de petits che­vaux, des petits chiens… Cela ne m’in­té­resse pas : les bijoux comme ça, on en voit par­tout. » La créa­trice tra­vaille sans moule et fait ses construc­tions avec un cha­lu­meau. « Mais, tout d’a­bord, je fais mon cro­quis avec une tech­nique de super­po­si­tion : je fais un des­sin, puis je reco­pie sur un calque les élé­ments qui me plaisent et ainsi de suite. Au final, j’ar­rive ainsi à quelque chose qui me plaît vrai­ment. »

 

Dans l'atelier de Sibylle Traynard, créatrice de bijoux. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

© Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

Yuliya Ruzhechka

 

 

« Il faut être curieux de tout »

 

Quelles sont les qua­li­tés requises dans ce métier ? Être très dyna­mique, minu­tieux, ordonné, avoir de la patience et être concen­tré, selon Sibylle… Mais pas seule­ment. « Il faut avoir beau­coup de culture visuelle, être curieux de tout : de la nature, de la pein­ture, de la sculp­ture, de l’ar­chi­tec­ture et de l’art en géné­ral. Après, l’imaginaire, on l’a ou on ne l’a pas… Quant à la tech­nique, cela s’acquiert. »

 

Mais sur­tout, comme tout métier d’ar­ti­sa­nat d’art, la créa­tion de bijoux est un métier de com­mu­ni­ca­tion. « C’est impor­tant qu’il y ait une entente entre l’ar­ti­san et la per­sonne qui vient dans son ate­lier ». Et dans ce métier, les arti­sans ont besoin de visi­bi­lité et doivent donc par­ti­ci­per à les salons et expo­si­tions.

 

 

 

Découvrez les cou­lisses de l’a­te­lier de Sibylle Traynard dans notre dia­po­rama.

 

 

 

 

Comment crée-t-on un bijou ?

 

La ren­contre avec le client est la pre­mière étape du tra­vail de bijou­tier. Ensuite, à par­tir de cette dis­cus­sion, l’ar­ti­san com­mence à éla­bo­rer une esquisse. « À par­tir du cro­quis, je réflé­chis à com­ment je vais pro­cé­der. Je décide du volume », pré­cise Sibylle.

 

Ensuite, elle pro­cède à la fabri­ca­tion avec un fil ou une plaque et com­mence l’ou­vrage. « Cela peut être de la découpe avec la scie. Parmi mes outils, j’ai aussi des limes, des pinces pour don­ner une forme. Mais mon outil prin­ci­pal est un cha­lu­meau. Il sert à faire de la construc­tion. Comme je n’ai pas de moule, je construis mes bijoux en sou­dant des plaques. »

 

Sibylle Traynard tra­vaille l’or et l’argent, des matières pre­mières fran­çaises : « Ici, on a une bonne qua­lité de métal. La créa­tion de bijoux est très sur­veillée en France. On a un cahier de police où l’on note tout ce qui concerne le bijou, avec le poids, la nature du métal et de la pierre. Tous ces bijoux sont réfé­ren­cés et, à n’im­porte quel moment, des bijou­tiers peuvent se faire contrô­ler par des doua­niers qui sur­veillent l’en­trée et la sor­tie du métal. »

 

MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
4096 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Bonsoir Sibylle,

    Je viens de lire cet article qui parle de toi. La pré­sen­ta­tion de ton tra­vail, tes sources d’ins­pi­ra­tion, ta rela­tion avec tes ache­teurs, … me per­mettent de mieux te connaître.
    Sur Montbonnot nous rece­vons deux maga­zines où tu pour­rais appa­raître. Il s’a­git de Beaux Quartiers et de Capiv. Ils jouent dans le luxe. Je ne sais s’ils ont déjà parlé de toi. Dans notre sec­teur ils sont lus. Continu à créer et prends soin de toi. Bon Noël aussi.
    Roger

    sep article