Interventions en direct à la Clinique des Cèdres pour la journée « Live surgery »

sep article



REPORTAGE VIDÉO – La Clinique des Cèdres, acteur majeur de la région en orthopédie et en traumatologie organisait, ce samedi 26 novembre, la première Journée « Live surgery » sur son site d’Échirolles. L’occasion pour les quelque 250 professionnels de la santé présents d’échanger avec les équipes chirurgicales lors d’interventions sur l’appareil locomoteur diffusées en direct.

 

 

 

Les images en provenances du bloc opératoire sont projetées en direct dans la salle de conférences de la clinique. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les images en pro­ve­nances du bloc opé­ra­toire sont pro­je­tées en direct dans la salle de confé­rences de la cli­nique. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Sur l’é­cran, un bloc opé­ra­toire où un chi­rur­gien, un méde­cin anes­thé­siste, un ins­tru­men­tiste et une infir­mière s’af­fairent autour d’un patient dont ils vont « sta­bi­li­ser dyna­mi­que­ment le rachis ». Les gestes sont sûrs, par­fois impres­sion­nants – notam­ment lors­qu’il est fait usage d’un mar­teau – et révèlent une maî­trise assez bluf­fante du geste chi­rur­gi­cal.

 

Plus de deux cents per­sonnes suivent l’o­pé­ra­tion en direct, ce samedi 26 novembre, dans la salle de confé­rences de la cli­nique des Cèdres. Celle-ci a été trans­for­mée en salle de pro­jec­tion, à l’oc­ca­sion de la pre­mière Journée de chi­rur­gie en direct – ou Live sur­gery – orga­ni­sée par l’é­ta­blis­se­ment de soins pri­vés d’Échirolles.

 

 

 

Thème de la journée : la pathologie ostéo-ligamentaire du sportif

 

 

L’assistance, essen­tiel­le­ment com­po­sée de pro­fes­sion­nels de santé, ne perd pas une miette de l’o­pé­ra­tion en cours, grâce aux objec­tifs très indis­crets – mais c’est assumé – de camé­ras judi­cieu­se­ment dis­po­sées dans le bloc. Tout en opé­rant, le pra­ti­cien com­mente les images retrans­mises en direct, tan­dis que des chi­rur­giens posent des ques­tions dans la salle sur l’in­ter­ven­tion en cours. Des échanges pour la plu­part très tech­niques… et par­fai­te­ment inin­tel­li­gibles pour le com­mun des mor­tels. Quatre opé­ra­tions dif­fé­rentes por­tant sur l’ap­pa­reil loco­mo­teur ont ainsi été réa­li­sées par des équipes de la cli­nique au cours de la jour­née,

 

Retour en images sur la mati­née de cette pre­mière Journée de chi­rur­gie live ortho­pé­dique, qui se pro­po­sait d’ex­plo­rer le thème de la patho­lo­gie ostéo-liga­men­taire du spor­tif, une des spé­cia­li­tés de la cli­nique des Cèdres.

 

 


Reportage Joël Kermabon

 

 

Le plus gros service de chirurgie orthopédique de l’Isère

 

 

« Le pôle d’or­tho­pé­die de la cli­nique des Cèdres est un de ses déve­lop­pe­ments majeurs de ces vingt der­nières années avec pour abou­tis­se­ment cette jour­née », se féli­cite Guillaume Richalet, son pré­sident direc­teur géné­ral. L’objectif de cette opé­ra­tion de com­mu­ni­ca­tion ? « Marquer les esprits en fai­sant la démons­tra­tion de ce que nous pou­vons pro­po­ser, de notre savoir-faire de haut niveau, explique un chi­rur­gien qui opé­rait encore, quelques ins­tants plus tôt, sous l’œil des camé­ras. Tout en rap­pe­lant qu’il s’a­git du plus gros ser­vice de chi­rur­gie ortho­pé­dique du dépar­te­ment, sinon de la région. 

 

A droite le Dr Guillaume Richalet entouré des chirurgiens ayant participé à l'événement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

A gauche, le Dr Guillaume Richalet entouré des chi­rur­giens ayant par­ti­cipé à l’é­vé­ne­ment. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Cet évé­ne­ment per­met en outre aux pra­ti­ciens d’é­chan­ger avec les par­te­naires de la cli­nique : méde­cins du sport, rhu­ma­to­logues, internes, kiné­si­thé­ra­peutes et autres spé­cia­listes médi­caux ou para-médi­caux pré­sents dans la salle. « Il peuvent ainsi voir plus pré­ci­sé­ment ce que nous fai­sons ici », pré­cise Guillaume Richalet.

 

Qui ne manque pas de rap­pe­ler que, bien que le centre ostéo-arti­cu­laire ne soit pas uni­ver­si­taire, sa noto­riété est deve­nue telle que l’Agence régio­nale de santé (ARS) lui a accordé la créa­tion d’un poste d’in­terne en ortho­pé­die. Une véri­table consé­cra­tion, qui « conforte les pra­ti­ciens dans leur mis­sion d’en­sei­gne­ment déjà bien éta­blie tant au niveau natio­nal qu’in­ter­na­tio­nal », sou­ligne la direc­tion de la cli­nique.

 

 

 

« Nous voulons ce qu’il y a de meilleur pour le patient »

 

 

Quant aux aspects finan­ciers, ils ne sont pas mis sous le tapis. Si la cli­nique, entre­prise pri­vée, a éprouvé le besoin de com­mu­ni­quer de manière aussi spec­ta­cu­laire sur ses acti­vi­tés, c’est aussi dans le but de convaincre les pres­crip­teurs de conti­nuer à lui envoyer des patients. « Nous sommes une struc­ture libé­rale, nous n’a­vons pas le droit à la faute », expose Guillaume Richalet.

 

De petits coups de marteau... © Joël Kermabon - Place Gre'net

De petits coups de mar­teau… © Joël Kermabon – Place Gre’net

Raison pour laquelle la cli­nique pour­suit en per­ma­nence une poli­tique d’in­ves­tis­se­ment offen­sive et réso­lu­ment moder­niste afin de res­ter à la pointe des avan­cées tech­no­lo­giques dans son domaine.

 

Des exemples ? « Tous les blocs ont été équi­pés en tech­nique de chi­rur­gie 3D et le centre a mas­si­ve­ment investi dans la bio­lo­gie molé­cu­laire », cite le pré­sident direc­teur géné­ral, entre autres ini­tia­tives. Qui fait – chas­sez l’en­tre­pre­neur, il revient au galop – preuve d’un cer­tain prag­ma­tisme. « Ce que nous vou­lons c’est le meilleur pour le patient. Parce que, indi­rec­te­ment, si le patient a le meilleur, nous nous béné­fi­cie­rons des retom­bées après », résume Guillaume Richalet convaincu des ver­tus du bouche à oreille.

 

 

« Ça m’aidera dans le suivi de mes patients »

 

 

Et que pensent de cette jour­née les pro­fes­sion­nels du sec­teur, autres chaî­nons du par­cours de soins ? La plu­part nous ont confié leur satis­fac­tion de ren­con­trer les hommes et les femmes qui com­posent, à leurs yeux, ces équipes d’ex­cel­lence. Autant que d’a­voir pu consta­ter, de visu, leur maî­trise du geste opé­ra­toire, ren­for­çant ainsi, si besoin était, la confiance en ceux à qui ils confient leur patients.

 

Après les interventions en direct, l'occasion d'échanger avec d'autres professionnels de la santé. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Après les inter­ven­tions en direct, un moment d’é­change avec d’autres pro­fes­sion­nels de la santé. © Joël Kermabon – Place Gre’net

L’opération com­porte éga­le­ment un inté­rêt péda­go­gique. « J’ai pu obser­ver des opé­ra­tions et ainsi me faire ma propre idée des pro­blé­ma­tiques qui leur sont liées. Ça m’ai­dera vrai­ment dans le suivi de mes patients et me per­met­tra de mieux leur expli­quer com­ment ils vont être opé­rés », nous confie un méde­cin du sport.

 

Pour d’autres, le côté spec­ta­cu­laire des opé­ra­tions a été une vraie révé­la­tion. Ainsi, cette kiné­si­thé­ra­peute admi­rant le savoir-faire des pra­ti­ciens qui, au détour de la conver­sa­tion, confiera avoir été « très impres­sion­née par la séquence où un chi­rur­gien a uti­lisé un mar­teau pour frap­per sur un os… ».

 

 

Joël Kermabon

 

MC2 - Saison 2020-21
commentez lire les commentaires
5221 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.