Campagne de collecte de la Banque alimentaire les 25 et 26 novembre

sep article



Les 25 et 26 novembre, la Banque alimentaire procédera à sa 33e collecte nationale. En Isère, ses bénévoles seront présents dans plus de 125 magasins. « Le succès de cette collecte est l’affaire de tous, sachant que 5 500 personnes comptent sur cette solidarité dans l’Isère », rappelle l’association.

 

 

L’an der­nier sur l’Isère, la col­lecte a per­mis, grâce aux efforts de 3 000 béné­voles, de récol­ter 200 tonnes de den­rées ali­men­taires. Et, pour cette édi­tion 2016, la Banque ali­men­taire de l’Isère constate une aug­men­ta­tion de 17 % de la demande sur le dépar­te­ment, contre 10 % à l’é­chelle natio­nale.

 

Une aug­men­ta­tion de la pré­ca­rité ali­men­taire qui pousse l’as­so­cia­tion à lan­cer cet appel à l’aide : « Les Banques ali­men­taires ont besoin de la géné­ro­sité de tous pour assu­rer leur mis­sion : aider l’homme à se res­tau­rer. »

 

Les col­lectes annuelles auprès du public viennent com­plé­ter, en période hiver­nale, celles réa­li­sées quo­ti­dien­ne­ment auprès des dif­fé­rentes sources d’ap­pro­vi­sion­ne­ment que sont les pro­duc­teurs, la grande dis­tri­bu­tion ou même l’in­dus­trie agroa­li­men­taire, sans oublier l’Europe et l’État.

 

 

Solidarité trois étoiles

 

 

Les besoins , pré­sen­tés sur les flyers don­nés aux clients à l’en­trée des maga­sins, res­tent les mêmes : les conserves de légumes et de pois­sons, les plats cui­si­nés, les fécu­lents ou le café sont les pro­duits deman­dés en prio­rité pour répondre aux besoins.

 

Particularité isé­roise : la Banque ali­men­taire dis­pose – dans les locaux du col­lège Marc Sangnier de Seyssins – d’une cui­sine Trois Étoiles soli­daires, per­met­tant de cui­si­ner les ali­ments dont la date limite de consom­ma­tion approche, en s’ap­puyant sur les béné­voles et des étu­diants de l’é­cole hôte­lière.

 

L’initiative – unique en France – se pré­sente autant comme « un enjeu envi­ron­ne­men­tal » qu”« une façon ori­gi­nale et effi­cace de lut­ter contre le gas­pillage ali­men­taire ». Transformée en plats pré­pa­rés, la viande proche de sa date d’ex­pi­ra­tion peut en effet gagner cinq jours de consom­ma­tion sup­plé­men­taire.

 

 

FM

 

 

commentez lire les commentaires
2013 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.