Découverte d’un virus aviaire très pathogène dans des pays voisins de la France

sep article



Suite à la découverte de nouveaux cas de grippe aviaire (virus H5N8 hautement pathogène) dans plusieurs pays voisins de la France, le ministère de l’Agriculture a décidé de mettre en place des mesures destinées à protéger les élevages.

 

 

Le virus qui a été détecté dans plu­sieurs pays d’Europe* touche plus par­ti­cu­liè­re­ment les oiseaux migra­teurs. Ce qui a conduit le minis­tère à rele­ver le niveau de risque dans les zones humides ou zones qui concentrent la faune sau­vage et consti­tuent des aires de repos pour les oiseaux migra­teurs. Dans ces « zones éco­lo­giques à risque par­ti­cu­lier » – voir la carte et la liste des com­munes concer­nées en Isère –, le risque d’in­fluenza aviaire est passé au stade « élevé ».

 

 

Le confinement obligatoire ou la pose de filets

 

 

C’est la rai­son pour laquelle des mesures de bio­sé­cu­rité ren­for­cées, défi­nies par l’arrêté du 16 mars 2016, ont été mises en place sur l’en­semble du ter­ri­toire natio­nal afin d’é­vi­ter toute incur­sion éven­tuelle de ce nou­veau virus.

 

Ces mesures « imposent le confi­ne­ment obli­ga­toire ou la pose de filets per­met­tant d’empêcher tout contact avec les oiseaux sau­vages ». Elles s’ap­pliquent, dans les zones où le niveau de risque est élevé, à tous les éle­vages de volailles non com­mer­ciaux tels les basses-cours et aux éle­vages com­mer­ciaux de volailles, sauf déro­ga­tion telle que pré­ci­sée dans l’ar­rêté.

 

 

Appel à la vigilance

 

 

Ce même arrêté impose éga­le­ment des contraintes spé­ci­fiques concer­nant l’u­ti­li­sa­tion des appe­lants pour la chasse aux gibiers d’eau, les lâchers de gibier à plumes ou de pigeons. Les dépla­ce­ments d’ap­pe­lants sont tout par­ti­cu­liè­re­ment inter­dits dans les zones éco­lo­giques à risque par­ti­cu­lier. Quant aux regrou­pe­ments d’oi­seaux notam­ment dans les foires et salons, ils font éga­le­ment l’ob­jet de res­tric­tions. Les com­pé­ti­tions de pigeons voya­geurs sont ainsi inter­dites.

 

Le minis­tère de l’Agriculture tient à sou­li­gner « l’im­por­tance que revêtent ces mesures obli­ga­toires pour la filière avi­cole » et appelle à « la vigi­lance de cha­cun pour signa­ler toute mor­ta­lité sur des oiseaux sau­vages ».

 

JK

 

 

* Allemagne, Autriche, Croatie, Danemark, Hongrie, Pays-bas, Pologne et Suisse.

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
1725 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.