Pétition des producteurs contre le grignotage de leur espace

sep article
9,80 € par mois pour prendre le bus et le tram : et si c

Les producteurs locaux présents sur le marché de l’Estacade appellent leurs clients à signer une pétition, à destination des services gérant les emplacements des marchés, contre le “grignotage” de leur espace par les commerçants revendeurs.

 

 

« Initialement, stipule le texte de la pétition, le marché de l’Estacade était réparti en 2 secteurs distincts, un pour les revendeurs, l’autre pour les producteurs locaux qui privilégient la culture résonnée [sic] ou ayant le label bio. »

 

« Depuis plus d’un an, les revendeurs grignotent l’espace, au point d’être majoritaires sur cet espace en reléguant les producteurs de plus en plus en marge du “cœur ” de ce marché très fréquenté ou absents par manque de place ! », relate encore le texte.

 

Les pétitionnaires demandent à ce que cet espace soit exclusivement dédié aux producteurs locaux, au nom notamment de la « protection de l’environnement, la santé et le bien-être animal », mais aussi pour redonner au marché « une ambiance chaleureuse à des prix raisonnables. »

 

 

commentez lire les commentaires
2561 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. Et la reglementation des marchés que notre chere Maire d’ecolo [insulte] veut imposer aux producteurs on en parle ??
    Faire 4 jours de marché obligatoire dans la semaine (donc du lundi au vendredi) sous peine de perdre son emplacement on en parle ????
    Et les producteurs ils bossent quand dans leur champ ??!!!

    Ca va pas se passer comme ca, vous allez tuer le marché et là les producteurs et les clients ne se laisseront pas faire !

    sep article
  2. Ce serait la moindre des choses peut-être de mettre un lien vers la pétition, puisque c’est l’objet de l’article, non ?

    sep article
    • FM

      07/11/2016
      10:22

      Bonjour. La pétition est à signer sur les étals des producteurs locaux du marché de l’Estacade, ce n’est pas une pétition en ligne.

      sep article
  3. lls sont drôles avec leurs contre-feux à deux balles.
    Sur un marché, tout le monde est revendeur qu’on soit commerçant, agriculteur ou artisan.

    Être producteur, bio n’est pas un gage de qualité en soit et le service qu’apporte un commerçant c’est justement à proposer une large éventail de produit de bonne qualité parce qu’il sait les choisir. Il y a des primeurs, des bouchers qui sont meilleurs que d’autres…

    Ca serait drôle de demander à la répression des fraudes de vérifier quelle est la ,proportion des produits vendus par des producteurs qu’ils ne produisent pas, mais proviennent du marché de gros…

    La seule solution légale, c’est de faire un marché dédié uniquement aux producteurs et ça existe déjà à HOCHE, non?

    Avant, tout se passait bien, tout le monde était content. Mais c’était avant que la Municipalité ne dressent les ambulants les uns contre les autres en jouant à la DGCCRF. Le Maire n’a aucun pouvoir de contrôle de la concurrence…

    sep article
    • Un « revendeur/commerçant » est celui qui achète pour revendre. Un agriculteur/cultivateur ou éleveur qui vend SA production est un « producteur ». La distinction est très claire. Les deux « statuts » peuvent largement cohabiter sur un marché, à la seule condition de ne pas tromper le consommateur, ce qui est très loin d’être le cas, autant pour les uns que pour les autres.
      Combien de « producteurs » vendent des tomates provenant… d’Espagne? Combien de « revendeurs » s’affichent comme « producteurs ». C’est le grand bazar, nourri par une certaine incompétence des élus aux commandes qui devraient garantir la distinction par une signalétique identitaire indiscutable, pouvant aussi se matérialiser par un zonage, par exemple, et en commençant déjà par ne pas appeler « marché de producteur », ce qui ne l’est pas (ou plus). Carrefour ou Intermarché pourraient avoir l’idée de se lancer sur les marchés! Ne sont-ils pas des…revendeurs?

      sep article