Opération rachat pour la mêlée du FCG à Clermont

sep article

FOCUS – La lourde défaite du FC Grenoble rugby à Toulon (12−42), le 29 octobre dernier, s’explique en bonne partie par les énormes difficultés rencontrées par son pack dans le secteur de la mêlée. Samedi 5 novembre (18 h 30) à Clermont, le huit de devant se doit une revanche pour que le FCG, premier relégable, évite une nouvelle déconvenue.

 

 

 

« No scrum, no win », disent les Anglo-Saxons. Samedi 29 octobre à Toulon, Grenoble a pu consta­ter une nou­velle fois à ses dépens que, sans une mêlée cor­recte, il est très dif­fi­cile de gagner un match. Et même d’espérer ne serait-ce qu’un point de bonus.

 

Le FCG a énor­mé­ment souf­fert dans ce sec­teur de jeu, comme ce fut déjà le cas au Stade Français (54−20), à Lyon (32−13), à Castres (46−9) et à Toulouse (31−3) cette sai­son.

 

Chez le leader Clermont, samedi (18h30), le huit de devant grenoblois se doit une revanche après avoir énormément souffert en mêlée à Toulon le 29 octobre.

Déjà empor­tée par Lyon en match ami­cal au mois d’août, la mêlée de Grenoble a subi le même sort à Toulon (12−42) le 29 octobre. © Laurent Genin

 

Dans le Var, les Isérois ont concédé deux essais de péna­lité et la der­nière réa­li­sa­tion tou­lon­naise vient direc­te­ment d’un bal­lon gagné sur une intro­duc­tion pour le FCG. La mêlée leur a ainsi coûté 19 points. Beaucoup trop péna­li­sant pour espé­rer riva­li­ser avec une équipe du calibre de Toulon.

 

 

 

Une blessure pénalisante du pilier Alisona Taumalolo

 

 

Quand le FCG a eu le bal­lon, il s’est mon­tré dan­ge­reux, ins­cri­vant deux essais. L’ailier Eddie Sawailau et l’arrière Gio Aplon ont été à la conclu­sion de ces beaux mou­ve­ments. Mais la plu­part du temps, c’est Toulon qui avait la pos­ses­sion. Quand une faute de main inter­ve­nait, sur la mêlée ordon­née qui sui­vait, Grenoble était en souf­france. Un seul bal­lon a pu être joué par le FCG der­rière sa mêlée en seconde période.

 

Préparation physique

Forfait de der­nière minute à Toulon pour une bles­sure à un pied, le pilier Alisona Taumalolo a man­qué à la mêlée de Grenoble. Il sera de nou­veau absent à Clermont samedi. © Laurent Genin

La bles­sure à l’échauffement de son pilier gauche Alisona Taumalolo a fra­gi­lisé le huit de devant isé­rois. « On avait vrai­ment tra­vaillé avec Sona pour notre tac­tique, pour le match », indi­quait mardi à l’entraînement Bernard Jackman.

 

« À l’échauffement, il déclare for­fait. Je ne dis pas que, s’il avait joué, on aurait dominé mais ça a ampli­fié le pro­blème. Tu as un joueur très fort, très expé­ri­menté et tu changes avec un jeune (Denis Coulson, ndlr). Pour nous, ce n’était pas idéal du tout. C’est comme ça, ça arrive… »

 

Mais le patron du spor­tif à Grenoble ne se réfu­gie pas der­rière cette absence pour expli­quer toutes ces dif­fi­cul­tés, et recon­naît la puis­sance supé­rieure des avants varois. Difficile de faire autre­ment.

 

Chez le leader Clermont, samedi (18h30), le huit de devant grenoblois se doit une revanche après avoir énormément souffert en mêlée à Toulon le 29 octobre.

Les avants gre­no­blois (à droite), ici face à Pau, doivent se reprendre à Clermont après leur décon­ve­nue tou­lon­naise. © Laurent Genin

 

Il y a eu une franche expli­ca­tion, en début de semaine, du côté de Lesdiguières, au moment du retour vidéo du match. Mardi, les pre­mières lignes ont eu droit à une séance sur le ter­rain à 8 h 30. Puis dans la mati­née, tous les avants ont tra­vaillé ce sec­teur. À la fin de l’entraînement de l’après-midi, des échanges ont encore eu lieu avec le staff pour trou­ver des solu­tions. Enfin, jeudi, après la séance col­lec­tive, les avants ont de nou­veau enfilé le bleu de chauffe pour peau­fi­ner les ultimes réglages.

 

 

 

« Il faut qu’on puisse se regarder dans le miroir »

 

 

Samedi (18 h 30), c’est de nou­veau un énorme défi qui attend le FCG à Clermont, le lea­der du Top 14, qui compte une seule défaite en neuf ren­contres.

 

Si, le 9 octobre, les Auvergnats avaient fait men­tir l’adage en l’emportant (29−25) face à Toulouse avec une mêlée domi­née, ils ont depuis bien rec­ti­fié le tir. À Brive, dimanche der­nier, avec un pack rema­nié dont un talon­neur de 20 ans, qui était titu­laire pour la pre­mière fois en Top 14, Clermont a été domi­nant. Et s’est imposé lar­ge­ment au final (40−16).

 

Mêlée

Travail de mêlée pour les avants gre­no­blois avec Bernard Jackman à l’in­tro­duc­tion, la sai­son der­nière. © Laurent Genin

Bernard Jackman confiait que les avants gre­no­blois « avaient un peu honte » après Toulon. Au micro de France 3 Alpes, Laurent Bouchet l’a confirmé. « On a envie de retrou­ver notre iden­tité là-des­sus. On a un sen­ti­ment de honte par rap­port à ce qui s’est passé. Je ne sup­porte pas ça. Il faut qu’on puisse se regar­der dans le miroir, qu’on envoie d’autres signaux ce week-end », exhorte le talon­neur.

 

À Clermont, c’est le moment du rachat pour la mêlée du FCG. Aux Grenoblois, cette fois, de faire hon­neur à la devise du club : « Force et fierté ».

 

 

Laurent Genin

 

 

commentez lire les commentaires
1757 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.