Les bibliothécaires appellent à de nouvelles manifestations

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

La fronde contre la fermeture de trois bibliothèques de proximité dans le cadre du « plan de sauvegarde » adopté par la Ville de Grenoble ne faiblit pas. Après s’être manifestés durant l’inauguration du Mois de P’tits lecteurs, les syndicats appellent à deux nouvelles manifestations aux mois d’octobre et de novembre.

 

 

« A l’oc­ca­sion de cette neu­vième édi­tion du Mois des P’tits Lecteurs, la muni­ci­pa­lité Piolle offre aux bébés gre­no­blois un livre mais aussi la fer­me­ture de trois biblio­thèques », écrit le syn­di­cat Sud dans un com­mu­ni­qué, fai­sant réfé­rence au livre offert par la muni­ci­pa­lité à tous les Grenoblois nés en 2016.

 

Jugeant que le « plan de sau­ve­garde » est « un plan de réduc­tion du ser­vice public et des per­son­nels », les biblio­thé­caires en lutte, sou­te­nus par les syn­di­cats CGT, FO et Sud, appellent à « rejoindre le 15 octobre à 10 h 00 les habi­tants du quar­tier Alliés-Alpins à la mai­son des ini­tia­tives », ave­nue Blum, ainsi qu’à mani­fes­ter le 7 novembre à 17 h 30 devant l’Hôtel de Ville, à l’oc­ca­sion du conseil muni­ci­pal.

 

Annoncé en juin 2016, le plan d’aus­té­rité adopté par la Ville de Grenoble, qui com­prend notam­ment la fer­me­ture des biblio­thèques Alliance, Hauquelin et Prémol, sou­lève de nom­breuses indi­gna­tions et a donné lieu à une coa­li­tion de Matthieu Chamussy, le pré­sident du groupe Les Républicains – UDI et Société civile, et de Jérôme Safar, le pré­sident du groupe Rassemblement de gauche et de pro­grès.

 

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
2878 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Il est cer­tain que lorsque l’on touche à la culture, on touche à un sym­bole.
    Symbole car le livre, c’est l’é­du­ca­tion, c’est l’ac­cès à tous à un richesse uni­ver­selle.
    Symbole aussi, car c’est à tra­vers le livre que l’on trans­met l’his­toire, les idées, et que l’on arrive à se for­ger ses propres convic­tions.
    Symbole enfin parce que la biblio­thèque est un espace public où l’on se ren­contre.

    Je n’ai pas com­pris cette déci­sion riche de « sym­boles », et qui appau­vrit le citoyen dans sa quête que pro­grès. Là où cer­tains ont fermé l’ac­cès aux livres dans le passé, la société s’est trans­for­mée dans un espace contraint, non démo­cra­tique, et on pro­nait l’in­verse.
    Evidemment, il ne faut pas amal­ga­mer, mais pour­tant c’est l’i­mage qui reste, celle de l’au­to­crate qui décide seul, sans concer­ta­tion citoyenne, sans l’a­voir ins­crit dans des enga­ge­ments de cam­pagne, sur un sujet qui pour­tant nous concerne direc­te­ment.

    Je sou­tiens l’u­nion poli­tique gauche-droite contre le muni­ci­pa­lité, car il ne s’a­git pas de poli­tique, mais bien de choix de société, et dans ces moments les cli­vages n’au­raient aucun sens. Dommage qu’Eric PIOLLE soit si mal conseillé.

    sep article