La Banque de France installe en Isère un correspondant dédié aux TPE

sep article



FOCUS – Annoncée en janvier dernier par François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France, la nomination des correspondants TPE de la banque nationale est désormais effective. C’est notamment le cas en Isère où le dispositif destiné à accompagner et à orienter les micro-entreprises dans leurs démarches vient d’être mis en place. Tour d’horizon.

 

 

 

 

© Banque de France

© Banque de France

Le dis­po­si­tif de cor­res­pon­dants dépar­te­men­taux dédiés aux très petites entre­prises (TPE*), tout récem­ment mis en place par la Banque de France, devrait chan­ger la vie de nombre de diri­geants de société. Ceux-ci se perdent en effet sou­vent dans la jungle des acteurs sus­cep­tibles d’in­ter­ve­nir, quand ils n’ont pas peur de les sol­li­ci­ter.

 

Notamment sur des thèmes aussi variés que la créa­tion et la trans­mis­sion d’en­tre­prise, la ges­tion, le finan­ce­ment, le déve­lop­pe­ment ou encore le fran­chis­se­ment de caps dif­fi­ciles. En déci­dant ainsi de « com­bler le trou dans la pano­plie de l’é­co­no­mie fran­çaise » que repré­sente l’ac­com­pa­gne­ment du sec­teur de la micro-entre­prise, la véné­rable ins­ti­tu­tion sou­haite s’en­ga­ger « dans une véri­table démarche d’ac­cueil, d’é­coute, de com­pré­hen­sion et d’o­rien­ta­tion des TPE ». Dont acte.

 

 

 

Un centre d’expertise et de dialogue avec les TPE

 

 

De quoi s’a­git-il ? « Nous, Banque de France, pour être crus, n’a­vons rien à vendre mais nous avons une exper­tise et un rela­tion­nel à appor­ter », expose Francis Bénet, direc­teur dépar­te­men­tal de l’ins­ti­tu­tion. Pour ce der­nier, le constat est clair :

 

De gauche à droite : Francis Bénet, directeur départemental de la Banque de France et Arthur Pèes, correspondant départemental TPE. © Joël Kermabon - Place Gre'net

De gauche à droite : Francis Bénet, direc­teur dépar­te­men­tal de la Banque de France et Arthur Pèes, cor­res­pon­dant dépar­te­men­tal TPE. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« À l’é­chelle natio­nale, une TPE sur deux n’a pas pu inves­tir depuis 2013, avec toutes les consé­quences sur l’é­co­no­mie réelle que nous connais­sons au quo­ti­dien. » D’où l’i­dée de créer dans chaque unité dépar­te­men­tale un cor­res­pon­dant TPE formé par la banque cen­trale aux dif­fé­rents outils qui existent pour ce type d’en­tre­prises.

 

Leur chal­lenge ? Devenir des experts dans la connais­sance de tous les acteurs qui peuvent inter­ve­nir dans la vie des quelque trois mil­lions de TPE exis­tantes en France. « Pour nous, il s’a­git de deve­nir un centre d’ex­per­tise et de dia­logue avec les très petites entre­prises, avec pour objec­tif de les orien­ter vers l’in­ter­lo­cu­teur idoine sur le ter­ri­toire en fonc­tion de leur pro­blé­ma­tique », explique le direc­teur dépar­te­men­tal. Au nombre des inter­lo­cu­teurs pos­sibles, les chambres consu­laires, des experts comp­tables, une pla­te­forme de finan­ce­ment voire même une asso­cia­tion en capa­cité d’ac­com­pa­gner l’en­tre­prise.

 

 

 

Orienter l’entreprise dans un délai de 48 heures

 

 

Et en Isère, concrè­te­ment ? Le relais, le contact clé qu’une entre­prise pourra joindre à la Banque de France en cas de ques­tion, de pro­blème à résoudre ? C’est, depuis début sep­tembre, Arthur Pèes qui étrenne ce nou­veau poste de cor­res­pon­dant dépar­te­men­tal.

 

Arthur Pèes, le correspondant départemental TPE de l'Isère. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Arthur Pèes, le cor­res­pon­dant dépar­te­men­tal TPE de l’Isère. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Depuis ma prise de fonc­tions, je m’ins­cris dans des ren­dez-vous régu­liers avec des acteurs locaux comme la Chambre des métiers, le réseau France ini­tia­tive, la fédé­ra­tion du bâti­ment de l’Isère… Autant d’or­ga­nismes qui apportent un méca­nisme de sou­tien, un appui d’in­for­ma­tion et de logis­tique aux chefs d’en­tre­prises qui ont des ques­tions », explique le tout frais émoulu cor­res­pon­dant dépar­te­men­tal auprès des TPE. Pour anti­ci­per un afflux de demandes, ce der­nier sera d’ailleurs très vite secondé par une adjointe ana­lyste finan­cière, sachant que la Banque de France appuiera par un com­plé­ment d’ef­fec­tifs tout sur­plus d’ac­ti­vité.

 

Réactivité garan­tie, donc ? « Il y a un impé­ra­tif qui nous est fixé, c’est d’o­rien­ter l’en­tre­prise, de lui répondre dans un délai maxi­mal de 48 heures », assure, confiant, Arthur Pèes.

 

 

 

En complément, un outil d’analyse et de prospective

 

 

En com­plé­ment, la Banque de France met­tra en place son nou­vel outil de posi­tion­ne­ment en ligne des entre­prises (Opale). Un outil d’a­na­lyse que le chef d’en­tre­prise pourra uti­li­ser de manière à savoir si son entre­prise a des forces, des fai­blesses éven­tuelles. « Il lui sera ainsi pos­sible de savoir, par rap­port aux entre­prises simi­laires de son sec­teur d’ac­ti­vité, com­ment il se posi­tionne de manière pra­tique, avec des ratios clés de comp­ta­bi­lité, de struc­tures finan­cières, d’au­to­no­mie finan­cière, de liqui­di­tés… », énu­mère Arthur Pèes.

 

De gauche à droite : Arthur Pèes, correspondant départemental TPE et Francis Bénet, directeur départemental de la Banque de France. © Joël Kermabon - Place Gre'net

De gauche à droite : Arthur Pèes, cor­res­pon­dant dépar­te­men­tal TPE et Francis Bénet, direc­teur dépar­te­men­tal de la Banque de France. © Joël Kermabon – Place Gre’net

De l’a­na­lyse mais aussi de la pros­pec­tive. Opale per­met­tra au chef d’en­tre­prise d’é­la­bo­rer un cer­tain nombre de scé­na­rios. « Il pourra par exemple simu­ler un sou­hait d’in­ves­tis­se­ment pour accom­pa­gner une démarche de crois­sance. Est-ce qu’il en a la struc­ture finan­cière ? Est-ce qu’il en a la struc­ture adé­quate ? », explique le cor­res­pon­dant dépar­te­men­tal.

 

Opale sera une pres­ta­tion dis­po­nible en ligne à par­tir de décembre 2016 pour les entre­prises qui ont plus de 750 000 euros de chiffre d’af­faires et au deuxième semestre 2017 pour celles qui sont en-des­sous de ce seuil. Cependant, contrai­re­ment aux conseils et à l’ac­com­pa­gne­ment, cette pres­ta­tion sera payante. L’entrepreneur devra ainsi s’ac­quit­ter de la somme de 200 euros pour l’as­pect ana­lyse et de 300 euros pour la par­tie pros­pec­tive. Pour autant, pas de panique, l’u­ti­li­sa­teur ne sera jamais tout seul devant l’ou­til. « Il sera sys­té­ma­ti­que­ment appuyé par un ana­lyste finan­cier ou par moi-même », tente de ras­su­rer Arthur Pèes.

 

 

 

Comment procéder ?

 

 

Et en pra­tique, com­ment contac­ter le cor­res­pon­dant de l’Isère ? Un numéro vert (0 800 08 32 08) a été mis en place à l’é­chelle natio­nale depuis le 29 sep­tembre. Pour l’Isère, le choix a été fait d’un numéro spé­ci­fique, à savoir le 04 76 86 95 78, pour évi­ter d’a­voir à pas­ser par le numéro natio­nal. Une adresse de cour­riel est éga­le­ment dis­po­nible : TPE38@banque-france.fr.

 

Agence de la Banque de France à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Agence de la Banque de France à Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Et bien sûr, les chefs d’en­tre­prise pour­ront se rendre aux gui­chets de la Banque de France. « Quelle que soit sa pro­blé­ma­tique, sys­té­ma­ti­que­ment le chef d’en­tre­prise sera reçu. Pour la simple rai­son que nous pri­vi­lé­gions le contact de visu qui apporte réel­le­ment quelque chose en terme de valeur ajou­tée pour la pour­suite de l’ac­com­pa­gne­ment », sou­ligne Arthur Pèes.

 

« Nous créons ce ser­vice. Maintenant, reste à savoir si les chefs d’en­tre­prise vien­dront frap­per à notre porte », conclut, quant à lui, Francis Bénet, le direc­teur dépar­te­men­tal de la Banque de France.

 

 

Joël Kermabon

 

 

* TPE ou micro-entre­prise : entre­prise dont le chiffre d’affaires ou le total du bilan est infé­rieur à 2 mil­lions d’eu­ros et le nombre de sala­riés infé­rieur à 10.

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
4098 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.