Deux morceaux de prairie alpine testent les effets du changement climatique

sep article

Deux morceaux de prairie alpine, de 40 m2 chacune, vont jouer les cobayes et tester les effets du réchauffement climatique. L’une, prélevée à 2 500 mètres sur les pentes du Galibier (Hautes-Alpes) a été redescendue par hélicoptère 600 mètres plus bas. L’autre a fait le chemin inverse. Elle a été remontée 600 mètres plus haut.

 

Il s’agit là d’un projet lancé par le laboratoire d’écologie alpine (Léca) de Grenoble et la station alpine Joseph-Fourier en vue de mieux comprendre comment les alpages vont répondre au changement climatique.

 

La descente quelque peu forcée doit venir simuler un réchauffement climatique brutal de 3 °C, la parcelle passant ainsi de l’étage alpin, surtout constitué de pelouses, à l’étage subalpin où dominent les forêts de résineux.

 

Une fois la prairie « en bas », les chercheurs, botanistes, zoologues, écologues et modélisateurs vont pendant une dizaine d’années y étudier comment les plantes, les insectes et autre micro-organismes s’acclimatent à leur nouvel environnement.

 

commentez lire les commentaires
1270 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.