Recul des glaciers des Kerguelen : la sécheresse plus que le réchauffement

sep article
2,50 € par mois pour prendre le bus et le tram : et si c

La sécheresse qui sévit depuis le milieu des années soixante expliquerait en grande partie le recul record qu’ont enregistré les glaciers de l’archipel des Kerguelen au cours des dernières décennies.

 

 

Ce n’est donc pas tant la hausse des températures que la baisse des précipitations qui fait fondre le plus gros glacier français au rythme d’1 m 50 par an. En quarante ans, celui-ci a perdu 40 % de sa surface. Une sécheresse liée à un déplacement des dépressions se propageant sur l’Océan indien, conséquence du changement climatique et du trou d’ozone, tous deux d’origine anthropique.

 

Les chercheurs qui ont participé à ces travaux, dont le laboratoire de glaciologie et géophysique de l’environnement de Grenoble (LGGE/OSUG, CNRS/UGA), jettent ainsi un pavé dans la mare : si le réchauffement atmosphérique concomitant aux Kerguelen a aggravé le processus, il n’a joué que pour un quart dans la perte de glace de la calotte depuis les années 1960.

 

 

commentez lire les commentaires
941 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.