La chasse au XXIe siècle, tradition ou hérésie ?

sep article

Internationaux de France de patinage du 1er au 3 novembre 2019 à Grenoble

TRIBUNE LIBRE – Dimanche, la saison de la chasse s’est ouverte. Enfin, c’était l’ouverture générale, puisque déjà depuis des semaines, voire des mois, les Nemrod ont le droit de tuer chevreuils, sangliers et canards. Mais il est de tradition que, pour l’ouverture générale, les fédérations de chasse lancent leur grande offensive en matière de communication. Et comme chaque année, la presse régionale, peu regardante sur le sujet, reprend in extenso la propagande du lobby des chasseurs : les chasseurs seraient les meilleurs protecteurs de la nature, la sécurité serait encore mieux prise en compte que les années précédente, etc. etc.

 

 

 

Qu’en est-il vraiment de ce loisir qui se présente comme ayant une mission de service public ? La faune aurait besoin d’être régulée ? Il y aurait, nous disent les communicants des chasseurs, des espèces nuisibles et d’autres qu’il conviendrait de lâcher par millions avant les parties de chasse.

 

Les sangliers auraient besoin que les chasseurs déversent chaque année des tonnes et des tonnes de maïs pour tenir les « cochongliers » loin des cultures. Cette surabondance de nourriture déposée dans les territoires de chasse génère depuis plus de 30 ans une surpopulation de sangliers qui fait le bonheur des chasseurs, la fortune des sociétés de chasse mais désespère les agriculteurs…

 

 

PIERRE ATHANAZE

 

Pierre Athanaze, président de l'association Action Nature – Rewilding France. DR

Pierre Athanaze.

Forestier de métier, Pierre Athanaze a été membre du Conseil national de la chasse et de la faune sauvage et administrateur de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) pendant dix ans.

 

Engagé de longue date dans des associations de protection de la nature, il a créé le label Réserve de Vie Sauvage, en tant que président de l’Association pour la protection des animaux sauvages (Aspas), et préside aujourd’hui l’association Action Nature – Rewilding France. Il est l’auteur des ouvrages Le livre noir de la chasse (Sang de la Terre, 2011) et Le retour du sauvage (Buchet Chastel, 2015).

Et tout cela se passe avec l’assentiment des pouvoirs publics qui cautionnent les massacres et les dérives de ce loisir pourtant pratiqué par de moins en moins de monde. S’ils étaient 2,4 millions à la fin des années 70, ils ne sont plus désormais que 900 000. Et la chute des effectifs de chasseurs ne fait que s’accélérer.

 

 

La France, seul pays d’Europe où la chasse est ouverte tous les jours de la semaine

 

Chaque année, ce sont 30 millions d’animaux* qui sont abattus par les pratiquants de ce loisir ! Cela sans compter quelque 15 millions d’animaux abattus dans les enclos de chasses commerciales, où toute l’année ils peuvent abattre faisans, perdrix ou sangliers dans des conditions dantesques. Les chasseurs français, à eux seuls, tuent tous les ans 25 millions d’oiseaux* ! Soit le quart du tableau de chasse de l’ensemble des pays européens ! Tout y passe. Avec 91 espèces chassables, la France a, de très loin, le plus grand nombre d’espèces « gibier » d’Europe, en moyenne plus de trois fois plus que le reste des pays européens !

 

Si notre pays détient le record du nombre d’espèces chassées, celui où on tue le plus d’animaux, il a également d’autres records, dont celui de la période d’ouverture de la chasse la plus longue. Il est également le seul pays d’Europe où la chasse est ouverte tous les jours de la semaine ! Dans tous les autres pays européens, la chasse se limite à quelques jours par semaine, et à une seule journée du week-end. Inimaginable pour le chasseur français, trop attaché à ses privilèges.

 

Inimaginable également pour nos parlementaires, de droite et de gauche, qui de conserve, ont voté en 2003 la fin de la journée sans chasse qui avait été décidée trois ans avant sous l’impulsion de Dominique Voynet, la courageuse ministre de l’Environnement, qui s’était vu traitée de tous les noms (et pas seulement d’oiseaux…) pour avoir imposé une journée sans chasse par semaine. Il s’agissait alors du mercredi.

 

De fait, la France détient un autre sinistre record, celui des accidents de chasse. Chaque année, des randonneurs, ramasseurs de champignons, vététistes, agriculteurs sont blessés ou tués par des chasseurs. Si les non chasseurs représentaient 10 % des victimes des accidents de chasse il y a quelques années, ils représentent maintenant près de 20 %  des morts et des blessés à la chasse ! Cela sans que les pouvoirs publics ne prennent la moindre mesure.

 

 

Pas de limite d’alcoolémie pour les chasseurs

 

Pas de visite médicale, donc de contrôle de la vue, pour ces personnes qui se servent pourtant de leur arme dans des milieux fréquentés par d’autres usagers de la nature ! Cette mesure est pourtant obligatoire pour les tireurs sportifs qui pratiquent leur loisir dans des enceintes sécurisées…

 

La France est le seul pays d’Europe où la chasse est pratiquée pendant les deux jours du week-end. Le seul également où la chasse est ouverte tous les jours de la semaine.
L’an dernier, en Isère, un jeune randonneur de 20 ans a perdu la vie d’un coup de fusil de chasse. De l’avis de tous, hormis des chasseurs, il fallait faire quelque chose. Il était inadmissible que la chasse puisse se pratiquer ainsi sur un départ très fréquenté de randonnées.

 

Qu’à cela ne tienne, à grand renfort de communication, M. Le Préfet de l’Isère a annoncé qu’il réunirait toutes les parties prenantes afin de mettre en place les indispensables, et bien tardives, mesures de sécurité qui s’imposent. Malheureusement, après l’annonce préfectorale, les choses allèrent moins bien.

 

La toute puissante fédération des chasseurs de l’Isère a choisi ses interlocuteurs, refusant tour à tour la présence autour de la table (pourtant préfectorale) de Moutain Wilderness, puis de la LPO, puis d’autres. Invitée par Montagnes Magazine a participer à un débat avec des représentants du monde de la montagne et de la protection de la nature, la peu courageuse fédération des chasseurs a tout bonnement, et très lâchement, refusé de participer.

 

Mais sous les lambris préfectoraux, la fédération de chasse y est allée de sa toute puissance, et a obtenu du préfet de l’Isère qu’il ne prenne aucune mesure de sécurité que celles déjà obligatoires. C’est donc un arrêté de façade qui ne fait que rappeler des mesures déjà obligatoires et qui croule sous le bon sens : interdiction de tirer en direction d’une maison, d’un stade, d’une route ou d’une ligne électrique. Rien ! Pas la moindre mesure pour éviter que le drame qui s’était déroulé à Revel le 10 octobre 2015 ne se renouvelle.

 

Pas de jours sans chasse, pas de périmètre où la chasse ne pratiquerait pas afin de laisser des espaces de tranquillité et de sécurité pour les autres usagers de la nature. Et comble de la provocation et du cynisme, le préfet s’est félicité, dans son indécent communiqué de presse, des mesures qu’il avait prises ! Combien de drame, comme celui qui à coûté la vie du jeune Samuel Rinaudo, faudra-t-il pour qu’enfin les pouvoirs publics et le personnel politique prennent de vraies mesures ?

 

 

« En 35 ans, les chasseurs ont multiplié par 10 les populations de sangliers »

 

Fort du soutien d’une classe politique bien peu courageuse, et des pouvoirs publics laxistes, les chasseurs tentent par une imposture intellectuelle de plus, de justifier la pratique de la chasse comme étant une indispensable « régulation » des espèces.

 

Pourtant, l’alouette, la bécasse ou la sarcelle ont-elles besoin de régulation ?
Des espèces menacées de disparition (Grand tétras, tétras lyre, lagopède, etc.) sont toujours chassées en France ! Y compris au cœur même des réserves naturelles du Vercors et de la Chartreuse !

 

Chaque année, 20 millions de faisans, perdrix et autres animaux « de tir » sont lâchés par les sociétés de chasse pour être abattus quelques heures ou quelques jours après. Est-ce là de la régulation ou un sordide jeu de massacre pour assouvir un loisir dont la seule finalité est de tuer ?

 

En 35 ans, les chasseurs ont multiplié par 10 les populations de sangliers dont ils entretiennent la surpopulation pour satisfaire leurs adhérents ou actionnaires. Ils pourchassent les prédateurs naturels qu’ils considèrent comme des concurrents: mustélidés, renards, loups et blaireaux provoquant ainsi des déséquilibres extrêmement préjudiciables à la biodiversité.

 

Des solutions pourtant simples peuvent être mises en place pour cohabiter intelligemment avec la faune de notre pays qui subit les contraintes du développement continu des activités humaines. Ces solutions peuvent nous permettre d’en finir avec ce loisir d’un autre âge, pour le respect du vivant et pour que chaque citoyen puisse enfin bénéficier de la nature sans craindre de se faire tirer dessus. Dans le canton de Genève, la chasse a été abolie depuis plus de 40 ans pour le plaisir de tous, et sans que cela ne génère les troubles écologiques ou économiques que les chasseurs avaient prédit. Cette mesure peut donc s’étendre à de plus vastes territoires encore.

 

Aussi, le samedi 1er octobre de 10 heures à 13 heures, à l’appel de 80 associations de protection de la nature et de défense de l’animal, une grande manifestation aura lieu à Paris, appelant les dirigeants de notre pays à un peu de bon sens et de courage politique. Pour qu’enfin, soit mis un terme au scandale cynégétique instauré par une ultra minorité (moins de 1% des français) qui a acquis une toute puissance inégalée dans tout autre pays.

 

 

 

***

* Chiffre ONCFS

 

 

Rappel : Les tribunes publiées sur Place Gre’net ont pour vocation de nourrir le débat et contribuer à un échange constructif entre citoyens d’opinions diverses. Les propos tenus dans ce cadre ne reflètent en aucune mesure les opinions des journalistes ou de la rédaction et n’engagent que leur auteur.

Vous souhaitez nous soumettre une tribune ? Merci de prendre connaissance de la charte les régissant, au préalable.

 

 

commentez lire les commentaires
16877 visites | 20 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 20
  1. Bonjour Place Grenet,
    je ne suis pas chasseur.
    je n’aime pas ne pas pouvoir ma balader avec mon garçon le dimanche en dessus du murier et je stress à chaque détonation.
    Il faut en effet revoir le partage de l’espace au détriment des chasseurs.
    Simplement votre article et le partit pris me mettent VRAIMENT mal à l’aise.
    Au début j’appréciais votre apparition avec un ton différent du DL (ouf!) et une vision qui accompagnait l’aspiration de changement. Mais avec ce type d’article à un seul angle, avec vos charge pro nuit debout (je n’ai rien contre, et pas grand chose pour) je décroche complément.
    c’en est gênant. et c’est dommage, car vous virez en DL avec une autre ligne éditoriale, ce qui vous réduit.
    En espérant que la diversité – même non partagée – soit dans vos pages.
    Bonne continuation

    sep article
    • PT

      15/09/2016
      13:07

      Bonjour,
      Merci pour votre interpellation. Il semblerait toutefois qu’il y ait une incompréhension. En effet, vous réagissez à une tribune (nouvelle rubrique depuis ce mois de septembre) qui n’a rien à voir avec les articles classiques que vous pouvez trouver d’ordinaire sur Place Gre’net. Nous avions justement prévu d’expliquer à nos lecteurs que les propos qui y sont tenus ne reflètent en aucune mesure les opinions des journalistes ou de la rédaction et n’engagent que leur auteur. Toutes les sensibilités ont ainsi vocation à s’exprimer dans le but d’un débat constructif.

      Pour ce qui concerne Nuit Debout, il s’agit avant tout de présenter l’esprit du mouvement ou des participants, sans se prononcer sur le bien-fondé ou non de la démarche. Cela étant, comme il ne s’agit-là que d’une toute petite partie de l’ensemble du contenu, vous êtes libres de passer votre tour sur ces articles. 😉
      Espérant avoir répondu à vos interrogations.
      Bien cordialement,

      Paul Turenne, cofondateur

      sep article
      • Merci de votre retour Monsieur TURENNE,
        Je n’avais pas vu que cette rubrique était nouvelle – je clic sur l’onglet qui défile sur la page d’accueil, rien ne distinguait cet article d’un autre.
        Mais remarques tenaient aussi au fait…. que j’aime bien votre contenu et la démarche, et que certaines tendance prenaient à mon gout (avis on ne peut plus personnel) trop d’importance.
        Merci encore pour la réponse et bonne continuation!

        sep article
        • PT

          15/09/2016
          15:25

          Effectivement, il n’est pas étonnant que vous ayez pu passer à côté du fait qu’il ne s’agissait pas d’un article classique. Nous allons essayer de mieux différencier les tribunes lorsqu’elles sont ainsi en une, au milieu des autres articles. Merci encore pour votre fidélité.
          Au plaisir,

          Paul Turenne

          sep article
  2. Un article courageux et éclairant. Merci pour votre courage, pour votre investissement personnel, merci de mettre au jour l’aberration qu’est la chasse. J’y serai, à la manif, à Paris, et je compte passer l’info à des proches.

    sep article
  3. Rien à dire de plus tout est dit !! Bravo !!!

    sep article
  4. Tout a été dit sur la chasse et sa nocivité en tant que pratique qui n est plus adaptée au monde dit moderne; Pratique d un autre age avec ses notions de nuisibles, la chasse à la française pose des problèmes de sécurité aux non—chasseurs

    sep article
  5. On est au XXIe siècle, certainement pas le siècle des « lumières » car avoir comme passion dans la vie de traquer, torturer, blesser ou tuer des animaux qui n’ont que si peu de territoires à cause de l’urbanisation, c’est tout simplement abject….Elever des animaux, les nourrir, puis les relâcher avant la période de la chasse, et les abattre à ses pieds car ils n’ont pas peur de l’homme, c’est abject…..Avoir ainsi aseptisé la faune sauvage, avoir éradiqué tant de merveilles qu’on ne reverra jamais, chasser par tous les temps, en demander toujours davantage, même en période de reproduction, même des espèces en voie de disparition, c’est abject……Blesser ou tuer tant d’humains parce qu’on a bu, parce qu’on a une mauvaise vue, parce qu’on est imprudent, c’est impardonnable……La Chasse, ça suffit…….et les chasseurs qui se disent « les régulateurs de la nature » avec fusils et 4X4, mais comment donc faisait la nature avant ? Je me gausserais si cela n’était pas si triste. Merci Pierre

    sep article
  6. merci à Pierre Athanaze pour cette tribune implacable sur la réalité de la chasse en France; tout est dit sur ce loisir de mort qui détruit la faune sauvage, est responsable de nombreux morts et blessés parmi les amoureux de la nature; il est impératif d’ABOLIR totalement la chasse dans notre pays

    sep article
  7. la chasse??? une tradition de barbares sadiques et pervers, des bipedes nuisibles qui prennent leur pied a tuer des innocents!!

    sep article
  8. Un aléas évolutif nourricier en son temps devenu un loisir qui entretien une pulsion mortifère archaique sous des alibis de régulation et amour de la nature
    L homme à fusil montre chaque jour ses limites ,mais le lobbies est si bien courtisé par des politiques à la pèche aux voix que cette pression infâme sur les biotopes a encore de beaux jours devant elle ,tant qu il restera un animal à abattre.

    sep article
  9. La chasse fut un aléas évolutif nourricier qui a perdu son essence et son âme avec en devanant un loisir qui ne sert plus qu à l exercice de pulsions mortifères sous de beaux alibis du nom de régulation ,amour de la nature.
    L homme à fusil montre chaque jours sa nuisance et ses limites.Mais lobbie oblige il est courtisé politiquement
    Triste France

    sep article
  10. Merci bien pour votre combat permanent et votre implication totale.
    Bon courage et bonne réussite

    sep article
  11. sep article
  12. Comment cet article peut-t-il être autrement qu’exagérer et mensonger lorsque l’on voit la qualité de l’intervenant ??? C’est un peu comme si on demandait à un terroriste sa vison des choses !!! Cet homme, ancien membre de l’oncfs à surtout compris que pour lui et certains de ses amis, l’anti chasse est un bizness, on fait des livres, intervient dans les films de ses amis, créer des associations pour se financer un revenu confortable etc……. Et pour la manif anti chasse de Paris, monsieur se plaint que les chasseurs ne sont pas nombreux, ses copains les extrémistes encore moins !!! D’ailleurs, lui et ses amis n’ont jamais été élus, preuve qu’il ne représentent rien !

    sep article
    • Aucun respect de la personne.
      Comment espérer mieux d’un chasseur qui de toute manière ne respecte pas la vie d’autrui.

      sep article
      • Il traite les anti chasse d’extrémistes, cependant ce ne sont pas ceux qui ont les armes …….

        sep article
    • Chasseur vous même ? Menteur donc ?
      On est au XXIe siècle, certainement pas le siècle des « lumières » car avoir comme passion dans la vie de traquer, torturer, blesser ou tuer des animaux qui n’ont que si peu de territoires à cause de l’urbanisation, c’est tout simplement abject….Elever des animaux, les nourrir, puis les relâcher avant la période de la chasse, et les abattre à ses pieds car ils n’ont pas peur de l’homme, c’est abject…..Avoir ainsi aseptisé la faune sauvage, avoir éradiqué tant de merveilles qu’on ne reverra jamais, chasser par tous les temps, en demander toujours davantage, même en période de reproduction, même des espèces en voie de disparition, c’est abject……Blesser ou tuer tant d’humains parce qu’on a bu, parce qu’on a une mauvaise vue, parce qu’on est imprudent, c’est impardonnable……La Chasse, ça suffit…….et les chasseurs qui se disent « les régulateurs de la nature » avec fusils et 4X4, mais comment donc faisait la nature avant ? Je me gausserais si cela n’était pas si triste.

      sep article
  13. LB

    12/09/2016
    9:12

    Merci pour ce papier très sérieux sur l’absurde à la française. A minima, la chasse représentant 1% des Français, devrait être sectorisée pour garantir un peu de sécurité. Des zones de non-chasse communale devrait être obligatoire pour qu’on puisse se promener ou ramasser des châtaigne sans se faire tirer dessus. Les battues devraient être réduites des 2/3 car ce n’est pas de la chasse, juste de la récupération de gibier. Dans les zones ouvertes, toute introduction de gibier devrait entraîner une non-chasse sur l’année en cours pour que le gibiers à plume se régénère et parce que, en tout état de cause, tirer sur des poulets d’élevage qui ne savent pas voler ne peut pas être baptiser chasse. La réintroduction des espèces soi disant en excédent tel que le sanglier ou le chevreuil devrait être interdite dans les zones ouvertes. Bref, que ces viandards en mal de meurtre restent enfermés derrière des grillages et cesse de mettre nos vies en danger, qu’ils cessent de déambuler dans les espaces publics. Et que les gros cochons de parlementaires arrêtent de couvrir une activité de meurtre qu’ils aiment trop, donnant d’eux-mêmes la juste image de ce qu’ils sont: des prédateurs, et pas seulement pour le gibier mais également pour ceux qui les mettent au pouvoir.

    sep article
  14. La chasse en France et ailleurs est une honte , un scandale politique, écologique , humain . Comment maintenir cette pratique destructrice des équilibres alors que la biodiversité s’effondre , que nous sommes devant la 6 ème extinction des espèces ? Maintenir cette activité ou y participer relève du crime , cessons de minimiser les conséquences graves , d’utiliser des mots tolérants à l’égard de ces monstrueux criminels , le temps presse , il faut que cela cesse au plus vite ! Les élections approchent , disons haut et fort que nous ne voterons que pour celui qui abolira cette pratique honteuse !

    sep article