Rassemblement contre les expulsions ce lundi matin à Grenoble

sep article

Un collectif d’associations organise ce lundi 12 septembre, dès 7 heures, un rassemblement devant le 62 rue des Alliés à Grenoble pour protester contre les expulsions de familles roms.

 

Une mobilisation qui fait suite au décès par électrocution, le 6 septembre dernier, d’une jeune fille Rom de 14 ans dans un local squatté par sa famille. Cette dernière, comme d’autres, avait été expulsée du Camp Esmonin, puis du Camp Flaubert en juillet, et occupait depuis ce local insalubre après quelques nuits passées à l’hôtel.

 

 

commentez lire les commentaires
1266 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Non mais ça va pas? Il y eu un mort, bien sûr qu’il faut faire évacuer les lieux.

    Et surtout que les résultats de l’enquête judiciaire soient rendus publics une fois achevée, car il s’agit d’un bâtiment municipal, comme apparemment la plupart des squats, avec intervention du CCAS et d’associations etc.

    Rappelons également que la municipalité grenobloise a fait des pieds et des mains pour conserver la compétence d’hébergement qui devait être transférée à la Métro. C’était donc après les nuits d’hôtels relevant de l’hébergement d’urgence à la ville de trouver les solutions d’hébergement.

    Si jamais l’enquête établi que la Mairie connaissait cette occupation et l’approuvait, alors il s’agit d’un délit. Il y a eu un mort.

    Le maire a l’obligation de par ses pouvoirs de police spéciale de la salubrité de faire évacuer cet endroit impropre à l’habitation. S’il ne fait pas, alors il devient personnellement responsable, tout comme il est responsable du relogement de ces gens qui sont présents dans la commune depuis très longtemps.

    La jeune fille décédée étaient scolarisée à Europole et habitait auparavant au campement d’Esmonin, évacué il y un an.

    sep article