Insécurité et terrorisme : importantes opérations de contrôles en Isère

sep article

REPORTAGE VIDÉO – Dans un contexte de lutte contre l’insécurité et le terrorisme, d’importantes forces de police ont été mobilisées ce mercredi 27 juillet entre 21 heures et minuit. Positionnés aux abords de trois péages majeurs des autoroutes iséroises, gendarmes et douaniers ont procédé à des contrôles et à des fouilles inopinés de véhicules et de leurs passagers. Leurs objectifs ? Interpeller les auteurs d’infractions en matière d’actes de terrorisme, d’armes et de munitions, de trafics de stupéfiants ainsi que de vols et de recels.

 

 

 

SerieContrôleDesFluxCreditJoelKermabon-6

Contrôles d’identité et de permis de conduire. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« La période est critique. Ces fouilles peuvent permettre de découvrir des armes, des stupéfiants, mais ce que nous cherchons tout particulièrement c’est à créer un effet de nasse pour interpeller des malfaiteurs », déclare Olivier Nagabbo, procureur adjoint au parquet de Grenoble. De fait, dès le crépuscule de ce mercredi 27 juillet, les pièges sont en place. En témoignent, visibles de loin, les très nombreux gyrophares bleus clignotants aux abords du péage de la barrière de Voreppe sur l’A48.

 

 

 

« La pêche n’a pas été miraculeuse »

 

 

Les militaires des forces de gendarmerie et des douanes n’ont pas mis tous leurs œufs dans le même panier. Misant sur la simultanéité des opérations de contrôle, les autorités ont démultiplié le dispositif – pour le rendre encore plus efficace – en investissant également les péages de Chatuzange-le-Goubet et de Saint-Quentin Fallavier, situés respectivement sur les autoroutes A49 et A43.

 

Fouille des véhicules. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fouille des véhicules. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Contrevenants et malfrats de tous poils peuvent à juste titre s’inquiéter. A moins d’avoir de la chance, il va être difficile de passer à travers les mailles du filet.

 

C’est bien ce qu’escomptent les services du groupement de gendarmerie de l’Isère qui vont ainsi procéder au contrôle des plaques d’immatriculation de près de huit cents véhicules assortis de plus de deux cents contrôles d’identité. Mais pas seulement.

 

S’en référant à leur fameux flair, les douaniers fouillent les coffres et l’intérieur de certains véhicules, tandis qu’une équipe cynophile tente de détecter des traces de stupéfiants. Ces contrôles aléatoires ont-ils porté leurs fruits ? « La pêche n’a pas été miraculeuse mais elle n’en est pas moins importante », se félicite, visiblement satisfait, Lionel Beffre, le préfet de l’Isère.

 

 

 

Une opération d’envergure

 

 

Retour en images sur une opération d’envergure à l’occasion de laquelle les pouvoirs publics – chose assez rare – avaient choisi de communiquer. Au delà de la recherche de délits et d’infractions, tout porte à croire que l’objectif était également de rassurer la population, eu égard à la période critique que traverse le pays.

 

 


Reportage Joël Kermabon

 

 

 

La lutte contre le terrorisme en toile de fond

 

 

Les forces de police n’étaient pas là que pour contrôler les permis de conduire, rechercher des stupéfiants ou vérifier si certains véhicules n’étaient pas volés. Quid en l’occurrence des objectifs – affichés – de lutte contre le terrorisme ? « On ne peut pas saucissonner la nature des contrôles. Dès lors que nous disposons du pouvoir de fouiller, ces contrôles visent plusieurs choses » – entendez des indices d’implication terroriste –, explique quelque peu sibyllin, Lionel Beffre.

 

SerieContrôleDesFluxCreditJoelKermabon-2Quant au repérage et au suivi des personnes « fichées S », il n’entre pas, à proprement parler, dans le cadre de ces contrôles.

 

« Ce n’est pas mon domaine que celui du renseignement mais celui de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) », explique Olivier Nagabbo, l’adjoint au procureur de la République de Grenoble.

 

« Bien évidemment, ces contrôles permettent aussi de repérer des gens, de contrôler avec qui ils sont et de les suivre… Mais on est là dans le pré-judiciaire », conclut le magistrat du parquet.

 

 

Joël Kermabon

 

 

commentez lire les commentaires
2820 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Non seulement ça ne rassure pas, ça n’a que peu efficacité, mais ça énerve l’automobiliste…Ce sont les terroristes ou les go-fast qu’ils recherchent? Quand à l’effet de nasse, à part les go-fasts, ça fait bien longtemps que les cibles de ce genre d’opération prennent les routes de campagne ou possèdent des informateurs,voitures ouveruses etc. les tenant au courant des check-points… Ca nous paraît quand même bizarre: nous croyions naïvement qu’ont attrapait les trafiquants d’armes de drogues ou les voleurs après des enquêtes, des planques, des écoutes – à moins de tomber sur un flag’ …
    Opération de relation publique qui contribue à encore épuiser les forces de l’ordre qui seraient mieux employées ailleurs… Économie et concentration des forces, certains n’en ont pas entendu parler.

    sep article