Kadebostany. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Bilan positif pour la formule 100 % gratuite du Cabaret frappé

Bilan positif pour la formule 100 % gratuite du Cabaret frappé

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

REPORTAGE VIDÉO – La 18e édition du Cabaret frappé qui s’est déroulée du 11 au 16 juillet au Jardin de ville a étrenné cette année une nouvelle formule : la gratuité totale des concerts et une configuration scénographique différente. Une formule qui a largement contribué au succès populaire de cet événement estival majeur de la ville de Grenoble. Retour en forme de bilan sur six jours de musique sous les marronniers.

 

 

 

Nouvelle configuration scénique. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Nouvelle confi­gu­ra­tion scé­nique. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Le Cabaret frappé a une mis­sion d’a­ni­ma­tion qui est de rendre aux Grenoblois un temps de ren­contres, de convi­via­lité. C’est l’été et c’est bien aussi que, dans ce contexte tendu et dif­fi­cile, on puisse conti­nuer d’être ensemble dans des ras­sem­ble­ments paci­fiques où tout le monde peut se retrou­ver », explique Loran Stahl, le direc­teur de la pro­gram­ma­tion du Cabaret frappé dont la 18e édi­tion s’est dérou­lée du 11 au 16 juillet sous les fron­dai­sons du Jardin de ville.

 

Sur les mots, pesés, du direc­teur plane l’ombre du ter­rible atten­tat per­pé­tré à Nice en plein fes­ti­val. Mais the show must go on et cette édi­tion 2016 a battu son plein jus­qu’à samedi.

 

 

 

Une année charnière avec la gratuité totale des concerts

 

 

Cette 18e édi­tion fai­sait figure de test sur bien des aspects. Le pre­mier enjeu, de taille, était l’ins­tau­ra­tion de la gra­tuité totale. L’événement esti­val majeur de la ville de Grenoble étren­nait en effet cette année sa nou­velle for­mule 100 % gra­tuite. Mais pas seule­ment. Une nou­velle confi­gu­ra­tion spa­tiale des lieux et des concerts était aussi pro­po­sée aux Grenoblois.

 

Finis les concerts de pre­mière par­tie sur le kiosque à musique du Jardin de ville. Tous se déroulent désor­mais sur la grande scène ados­sée à l’é­cole pri­maire, face à un large espace où le public peut prendre ses aises.

 

Koudlam. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Koudlam. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Pour ceux qui sirotent leur bière sur les tables situées en contre­bas de la buvette cir­cu­laire ins­tal­lée sur le kiosque, pas de souci : l’angle est cal­culé pour qu’ils puissent  suivre le concert depuis leur place. Et, cerise sur le gâteau : l’é­cran géant sur lequel sont pro­je­tés en direct tous les concerts.

 

De l’a­vis de beau­coup, la magie com­bi­née de la pro­gram­ma­tion et de cette nou­velle dis­po­si­tion a opéré.

 

Même si la météo s’est mon­trée capri­cieuses les tout pre­miers jours, le public ne s’y est pas trompé en venant assis­ter en masse aux concerts. Retour en images sur ces six jours de musique et de convi­via­lité avec Loran Stahl qui dresse un tout pre­mier bilan sur ce renou­veau du Cabaret frappé.

 

 


Reportage Joël Kermabon

 

 

« La gratuité a apporté un plus »

 

 

Quant à la gra­tuité totale, Laurent Stahl réfute l’ar­gu­ment selon lequel elle pour­rait nuire à la qua­lité de la pro­gram­ma­tion du Cabaret frappé. « C’est une légende urbaine ! Qu’elle soit payante ou gra­tuite, la pro­gram­ma­tion doit conte­nir une inten­tion. L’intention au Cabaret frappé a tou­jours été de sou­te­nir le pro­pos des artistes, de par­ti­ci­per à leur déve­lop­pe­ment, d’ap­por­ter de la diver­sité et de ne pas offrir que le jeu du cou­rant convenu », conteste-t-il.

 

La buvette en arc de cercle sous le kiosque. © Joël Kermabon - Place Gre'net

La buvette en arc de cercle sous le kiosque. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Pour le direc­teur de la pro­gram­ma­tion, la gra­tuité des concerts oblige les artistes à don­ner le meilleur d’eux-mêmes.

 

« Quand un artiste joue dans des salles avec billet­te­rie, c’est un public qui le connaît et qui lui est, la plu­part du temps, acquis. Avec la gra­tuité, il est obligé “d’y aller” et d’y mettre une éner­gie pre­mière. Pour le coup, la gra­tuité, même pour l’é­tat d’es­prit des artistes quand ils arrivent, a apporté un plus. »

 

Quid des têtes d’af­fiche ? « Beaucoup de gens conti­nuent de dire, après dix-huit ans d’exis­tence, qu’il n’y a pas de vedettes au Cabaret frappé. Il y a des vedettes au Cabaret frappé ! », affirme péremp­toi­re­ment Loran Stahl. Et de nuan­cer : « Mais ce sont des vedettes en deve­nir. On s’est sou­vent retrou­vés à l’été avec des artistes qui explo­saient à la ren­trée ! », pré­cise le déni­cheur de talents. Et ce der­nier de citer Fauve, groupe révélé au public suite à son pas­sage – entre autres fes­ti­vals – par le Cabaret frappé.

 

 

 

Un budget en baisse de 20 %

 

 

Là où le Cabaret frappé était un peu attendu au tour­nant, c’é­tait sur son bud­get, en baisse de 20 %. Cette 18e édi­tion se démarque en cela assez net­te­ment, selon les orga­ni­sa­teurs, de celle de 2015 où elle s’é­tait pour­tant déjà amor­cée. « En 2016, nous avons réussi à bais­ser les dépenses à 440 000 euros envi­ron et à aug­men­ter les recettes à 106 000 euros. La charge de la Ville retombe cette année à 334 000 euros », annonce l’organisation.

 

Backstage... © Joël Kermabon - Place Gre'net

Backstage… © Joël Kermabon – Place Gre’net

Toutefois, ce chiffre n’est pas défi­ni­tif, des dépenses sup­plé­men­taires de 2 000 à 3 000 euros ayant dû être consen­ties pour amé­lio­rer la sécu­rité, après l’at­ten­tat de Nice.

 

D’où pro­viennent les éco­no­mies ainsi réa­li­sées ? Exit les frais liés à l’ins­tal­la­tion d’un cha­pi­teau géant avec, dans la fou­lée, moins de pres­ta­tions liées.

 

Notamment l’ins­tal­la­tion d’une billet­te­rie et le paie­ment d’heures sup­plé­men­taires. Les frais de com­mu­ni­ca­tion ? Du fait qu’il n’é­tait plus néces­saire de cibler des publics pour vendre des billets, ils ont baissé de 65 %, pas­sant ainsi de 30 000 à 10 000 euros.

 

Question res­sources humaines, c’est une baisse de 24 % sur la masse sala­riale qui est enre­gis­trée. Les frais de res­tau­ra­tion ont éga­le­ment été réduits, grâce à moins d’in­vi­ta­tions et de passe-droits. Enfin, les recettes pro­ve­nant du par­te­na­riat ont aug­menté de 19 %, tan­dis que celles de la buvette vont rap­por­ter quelques 40 000 euros.

 

Kadebostany. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Kadebostany. © Joël Kermabon – Place Gre’net

De quoi satis­faire l’or­ga­ni­sa­tion, qui se féli­cite au pas­sage « d’a­voir accueilli plus de monde, d’a­voir conçu un évé­ne­ment plus adapté au public et aux habi­tants, avec moins de dépenses et ainsi d’a­voir réin­venté le Cabaret frappé pour ses dix-huit ans ».

Loran Stahl se dit, pour sa part, ravi de « consta­ter que les Grenoblois ont appré­cié cette nou­velle pro­po­si­tion ». Et leur donne ren­dez-vous l’an pro­chain pour un Cabaret encore plus frappé.

 

 

Joël Kermabon

 

 

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Yann Mongaburu, président du SMTC lors de la "Rentrée des mobilités" vendredi 1er septembre 2017. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
PDU 2030 : Yann Mongaburu réagit à l’avis favorable mais nuancé de la commission d’enquête

DÉCRYPTAGE - La commission d'enquête donne son feu vert au projet de plan de déplacements urbains (PDU) 2030 de l'agglomération grenobloise, peu convaincue toutefois qu'il Lire plus

Virginie Despentes et Béatrice Dalle © Frederic Lemaitre
Saison de transition prometteuse à La Source avec Loran Stahl, son nouveau programmateur

FOCUS – Loran Stahl signe sa première programmation à La Source de Fontaine. Le nouveau programmateur de la salle de concert fontainoise a présenté sa Lire plus

© Joël Kermabon - Place Gre'net
Nouveau départ pour La Source à Fontaine, avec l’arrivée de Loran Stahl, responsable du spectacle vivant

REPORTAGE VIDÉO - La nouvelle équipe de la salle de concerts La Source à Fontaine a présenté, non sans humour, la programmation de sa saison Lire plus

© Joël Kermabon - Place Gre'net
Le Cabaret frappé a soufflé ses vingt bougies en pleine forme à Grenoble

FOCUS - Le Cabaret frappé, qui fêtait cette année ses vingt ans, s'est achevé ce samedi 21 juillet, après avoir accueilli plus de 50 000 spectateurs. Lire plus

Le groupe Deyosan sur la petite scène du Cabaret frappé. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Cabaret frappé : une pépinière de futurs talents de la scène locale grenobloise

REPORTAGE VIDÉO - Le Cabaret frappé, festival musical de centre-ville de Grenoble entièrement gratuit bat son plein depuis ce lundi 16 juillet. En partenariat avec Lire plus

Grenoble : 20e lever de rideau pour le Cabaret frappé, festival “dénicheur de talents”

FOCUS - Temps fort de la saison estivale, le Cabaret frappé, festival musical du centre-ville de Grenoble 100 % gratuit se déroule du 16 au Lire plus

Flash Info

|

18/10

11h04

|

|

17/10

22h06

|

|

16/10

22h21

|

|

16/10

14h42

|

|

16/10

7h48

|

|

15/10

23h27

|

|

15/10

10h12

|

|

15/10

9h14

|

|

14/10

12h03

|

|

13/10

22h57

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

SDH - Le futur compte sur nous

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin