Rencontre avec Robert Reed, pionnier du mouvement Zéro déchets

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

FOCUS – Le premier festival de l’association Zero Waste France prônant une démarche zéro déchets se tient à Paris du 30 juin au 2 juillet 2016 avec comme invité d’honneur Robert Reed, représentant du mouvement dans le monde et porte-parole de la coopérative américaine Recology. Avant de rejoindre la capitale, l’intéressé a donné une conférence à l’Institut polytechnique de Grenoble (INP) pour présenter les programmes mis en place par la coopérative et échanger avec le public. Rencontre.

 

 

 

Robert Reed, porte-parole de la coopérative Recology. ©Alexandra Moullec

Robert Reed, porte-parole de la coopé­ra­tive Recology. © Alexandra Moullec – placegrenet.fr

Une cin­quan­taine de per­sonnes de tous âges se sont réunies mardi 28 juin à l’Institut poly­tech­nique de Grenoble (Grenoble INP) pour assis­ter à une confé­rence-débat orga­ni­sée par le col­lec­tif Zero Waste Grenoble (Zéro déchets) et le Laboratoire G‑Scop de Grenoble INP. Invité d’hon­neur de cette soi­rée pla­cée sous le signe de la péda­go­gie, et sur­tout de l’é­change : Robert Reed. Cet ancien jour­na­liste spé­cia­liste des ques­tions envi­ron­ne­men­tales, devenu porte-parole de la coopé­ra­tive amé­ri­caine Recology, œuvre depuis bien­tôt vingt-trois ans à la pro­mo­tion d’un monde sans déchets.

 

Invité à la pre­mière édi­tion du fes­ti­val Zero Waste France se dérou­lant à Paris du 30 juin au 2 juillet 2016, Robert Reed en a pro­fité pour faire quelques arrêts dans cer­taines villes fran­çaises afin de pro­mou­voir la démarche et de déve­lop­per le mou­ve­ment en Europe avant de rejoindre la capi­tale.

 

L’occasion de reve­nir sur l’ex­pé­rience Recology, ini­tiée à San Francisco, et les pro­grammes emblé­ma­tiques déve­lop­pés par la coopé­ra­tive au fil des années. Exemplaire, la ville por­tuaire est deve­nue la réfé­rence en matière de zéro déchets aux États-Unis mais éga­le­ment dans le monde. Russie, Écosse, France, Chine… Des repré­sen­tants de 62 pays s’y sont ren­dus pour voir le tra­vail effec­tué. Et piquer au pas­sage quelques idées à mettre en place dans leur pays.

 

« RECOLOGY » EN BREF

 

© Recology

© Recology

Créée en 1921, Recology est pas­sée du sta­tut de déchet­te­rie à celui de coopé­ra­tive pro­po­sant des pro­grammes et ser­vices pour limi­ter la pro­duc­tion de déchets des par­ti­cu­liers et des pro­fes­sion­nels. Son credo : « Réduire, réuti­li­ser, recy­cler ». Collecte de déchets en porte-à-porte, pla­te­forme de com­pos­tage, pro­grammes de sen­si­bi­li­sa­tion… l’en­tre­prise tra­vaille de concert avec la muni­ci­pa­lité de San Francisco qui finance pour par­tie ses actions, les usa­gers contri­buant pour le reste. Elle emploie au total 173 per­sonnes qui, grâce à elle, béné­fi­cient des régimes de pro­tec­tion sociale, de retraite et gagnent 25 dol­lars de l’heure, soit 22,5 euros.

 

 

 

ROBERT REED : « PLUS VOUS JETEZ, PLUS VOUS PAYEREZ »

 

 

Quels sont les tarifs du service de collecte de Recology ?

 

A San Francisco, une famille lambda paye chaque mois 34 dol­lars [30,51 euros, ndlr] pour le ser­vice de col­lecte. Nous venons quatre fois par mois et nous ramas­sons les trois pou­belles [bleue pour les matières recy­clables comme le verre, le car­ton, l’a­lu­mi­nium…, noire pour les déchets et verte pour le com­post, ndlr]. Cela revient à un peu plus d’un dol­lar [90 cen­times d’euro, ndlr] par jour.

 

Poubelles à San Francisco. © Margo Moritz

Poubelles à San Francisco. © Margo Moritz

Ensuite, nous tri­ons les matières en 14 pro­duits : papier, verre, plas­tique, alu­mi­nium, com­post… que nous ven­dons. Grâce à ces sources de reve­nus, le prix du ser­vice de col­lecte reste rai­son­nable pour les usa­gers. La Ville régule le pro­gramme. Chaque mois, elle est char­gée de faire les comptes pour esti­mer les dépenses concer­nant le car­bu­rant, les salaires, l’as­su­rance, les uni­formes… Les dépenses étant supé­rieures, il y a un écart que les 34 dol­lars men­suels par foyer viennent com­bler.

 

La pou­belle noire coûte 25 dol­lars et les deux autres 4 dol­lars par mois. Si vous recy­clez très bien vos déchets et que l’on ne passe qu’une seule fois dans le mois pour col­lec­ter votre pou­belle noire [au lieu des quatre fois pré­vues, ndlr] alors vous aurez une remise. C’est la poli­tique fixée par la ville « Pay as you throw » (« Payez ce que vous jetez »).

 

Cette poli­tique implique que plus vous jetez, plus vous paye­rez. Si vous pro­dui­sez beau­coup de déchets et qu’il vous faut des pou­belles plus grosses ou si vous avez besoin que l’on se déplace plus sou­vent pour col­lec­ter vos déchets, alors vous uti­li­sez nos ser­vices plus régu­liè­re­ment et il est nor­mal que vous payiez davan­tage. Les tarifs vous donnent deux bonnes rai­sons, finan­cière et envi­ron­ne­men­tale, d’être plus écolo et de pro­duire moins de déchets.

 

 

Comment votre conscience environnementale a‑t-elle été éveillée ?

 

J’ai tra­vaillé comme jour­na­liste pen­dant dix ans avant de me lan­cer dans le recy­clage et j’é­cri­vais des papiers sur l’en­vi­ron­ne­ment dans ce cadre. Mais j’ai vrai­ment com­mencé à m’y inté­res­ser quand j’é­tais petit.

 

Robert Reed, porte-parole de la coopérative Recology. © Margo Moritz

Robert Reed, porte-parole de la coopé­ra­tive Recology. © Margo Moritz

Un jour, à l’é­cole, j’ai ouvert mon livre d’his­toire et j’ai vu un des­sin repré­sen­tant un Indien d’Amérique qui creu­sait un trou dans le sol avec le talon de son pied. Il y dépo­sait des arêtes de pois­sons, des graines de maïs au milieu et recou­vrait le tout avec de la terre. Le pro­fes­seur nous a demandé pour­quoi il fai­sait ça, pour­quoi les Indiens d’Amérique enter­raient des arêtes de pois­son avec des graines de maïs. La réponse était parce qu’ils avaient com­pris que les arêtes four­ni­raient des nutri­ments aux graines de maïs qui, en gran­dis­sant, four­ni­raient davan­tage de maïs.

 

Ainsi, ils pour­raient récol­ter davan­tage de maïs et faire plus de pain. Et ce fut une révé­la­tion pour moi. C’est une leçon impor­tante que la société a oubliée et j’es­saye de faire en sorte qu’on s’en sou­vienne.

 

 

Pensez-vous que les gens se sentent davantage concernés par les problématiques environnementales ?

 

Je pense que Demain est un film très impor­tant, emblé­ma­tique d’un nou­veau mou­ve­ment consis­tant à mettre en lumière des solu­tions.

 

Demain, le film. DR

Problèmes envi­ron­ne­men­taux, aug­men­ta­tion des tem­pé­ra­tures, fonte des gla­ciers… Les gens entendent en per­ma­nence tout un tas de pro­blèmes et en arrivent au point où ils sont las des dis­cours dépri­mants. Du coup, beau­coup de jeunes mili­tants, de jeunes acti­vistes ont clai­re­ment com­pris qu’il est temps de par­ta­ger des infor­ma­tions concer­nant des solu­tions car il en existe de très bonnes.

 

Il faut juste qu’il y ait davan­tage de sen­si­bi­li­sa­tion, que davan­tage de gens s’y inté­ressent afin que l’on puisse exi­ger de nos gou­ver­ne­ments qu’ils les mettent en place et com­mencent à réagir pour ralen­tir le réchauf­fe­ment cli­ma­tique.

 

 

Propos recueillis par Alexandra Moullec

 

 

A Grenoble, des solutions existent aussi

 

DR

DR

L’association Zero Waste France a lancé la démarche zéro déchets, zéro gas­pillage en 2014. Pour démo­cra­ti­ser la démarche dans Grenoble et son agglo­mé­ra­tion, le col­lec­tif Zero Waste Grenoble a été créé il y a six mois. Il orga­nise par ailleurs une réunion le 25 juillet à 19 heures à la Chimère citoyenne.

 

Bacs de com­pos­tage col­lec­tifs, lom­bri­com­pos­teurs pour appar­te­ments, site de don­neurs de lom­brics pour com­pos­teurs, ate­liers Do it your­self (Faites-le vous-même)… Les ini­tia­tives ne manquent pas dans l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise pour déve­lop­per les éco-réflexes.

 

La Métro a même lancé, dans le cadre de sa cam­pagne de com­mu­ni­ca­tion « Moins jeter, la bonne idée », une page Facebook réper­to­riant les bonnes idées et bons plans sur l’ag­glo­mé­ra­tion. En sep­tembre, La bonne pioche, une épi­ce­rie  pri­vi­lé­giant les pro­duits locaux et 100 % sans embal­lages ouvrira ses portes en plein centre-ville.

 

 

MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
3014 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.