Légumes debout boucle sa pétition pour des potagers urbains à Grenoble

sep article



FOCUS – La commission d’agriculture urbaine du mouvement Nuit debout s’apprête à remettre une pétition à la ville de Grenoble, vendredi 1er juillet. L’objectif de Légumes debout ? Pouvoir cultiver des fruits et légumes accessibles et gratuits pour tous, dans les espaces urbains. Mais aussi créer un circuit court d’alimentation et « cultiver le lien social ».

 

 

 

Action "légumes debout à grenoble". © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Action Légumes debout à Grenoble. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Ils sont quelques dizaines, en ce soir de mai, à rejoindre le centre-ville de Grenoble pour… plan­ter des comes­tibles dans les espaces publics. Bien que menée à la tom­bée de la nuit, l’o­pé­ra­tion n’a rien de secret.

 

Inhabituelle, l’action sus­cite la curio­sité des pas­sants, qui s’ar­rêtent par­fois pour poser des ques­tions, aux­quelles les par­ti­ci­pants répondent bien volon­tiers. Des pas­sants pour la plu­part enchan­tés par l’i­ni­tia­tive, l’une d’eux rejoi­gnant même le groupe pour plan­ter quelques pousses.

 

Le nom de cette opé­ra­tion ? Légumes debout. Une ini­tia­tive née au sein de la com­mis­sion d’a­gri­cul­ture urbaine, elle-même créée le 17 avril der­nier au cœur du mou­ve­ment Nuit debout Grenoble. Ses par­ti­ci­pants s’en­gagent à plan­ter des comes­tibles dans les espaces verts de la ville de Grenoble. Certains ont déjà une expé­rience en jar­di­nage, d’autres sont plus por­tés par les idées de par­tage et de citoyen­neté. Mais tous sont moti­vés par l’i­dée d’ac­qué­rir de nou­velles com­pé­tences en agri­cul­ture urbaine et de les appli­quer aus­si­tôt.

 

 

 

Des récoltes gratuites, sans pesticides

 

 

Armés d’ou­tils de jar­di­nage, de graines et de pousses, ainsi que de ter­reau et de paille, une cin­quan­taine de per­sonnes ont par­ti­cipé aux dif­fé­rentes actions de plan­ta­tion de comes­tibles : tomates, cour­gettes, navets, basi­lic, salade et choux pour n’en nom­mer que quelques-uns. Certaines pousses pro­viennent de récu­pé­ra­tion auprès de maraî­chers locaux. Mais aussi de maga­sins bio qui ont encou­ragé le pro­jet.

 

Action Légumes debout à Grenoble. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Action Légumes debout à Grenoble. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

En plus des quelques plan­ta­tions dans le centre-ville, “un jar­din de boue” a été ins­tallé aux pieds de la MC2, près de l’an­cien cam­pe­ment de Nuit debout. Une façon de créer un sys­tème alter­na­tif réunis­sant des per­sonnes d’ho­ri­zons très divers autour du jar­di­nage en ville. Tout en fai­sant béné­fi­cier ceux qui en ont besoin de récoltes gra­tuites sans pes­ti­cides. « On s’est rendu compte que beau­coup de gens en situa­tion de pré­ca­rité avait du mal à bou­cler les fins de mois », explique Sylvie, ini­tia­trice de la com­mis­sion d’a­gri­cul­ture urbaine ins­pi­rée du film Demain.

 

« Je me suis dit que si l’on plan­tait des légumes, dont la récolte serait gra­tuite pour tous, cela per­met­trait aux citoyens de ne pas dépen­ser autant pour l’a­li­men­ta­tion et, en plus, d’a­voir des pro­duits sains. En outre, l’i­dée fon­da­trice de ce pro­jet est de faire des choses ensemble, à plu­sieurs. »

 

Pour Olivier – qui a très vite rejoint l’i­ni­tia­tive, en phase avec ses convic­tions et enga­ge­ments per­son­nels –, le but de Légumes debout est même de créer du lien social entre dif­fé­rentes géné­ra­tions réunies autour d’une acti­vité com­mune.

 

 

 

Une pétition pour « cultiver du lien social et créer un circuit local »

 

 

Prochaine étape de l’é­vo­lu­tion de Légumes debout : la sol­li­ci­ta­tion de la muni­ci­pa­lité. Dans le cadre du droit d’interpellation citoyenne, les membres de la com­mis­sion d’a­gri­cul­ture urbaine ont en effet lancé une péti­tion. Leur requête ? Ils demandent à la ville de Grenoble de « mettre mas­si­ve­ment à dis­po­si­tion de la popu­la­tion des espaces qu’elle gère ou pos­sède (parcs, mas­sifs, espaces délais­sés… ) pour que cha­cun puisse y plan­ter des légumes, fruits, aro­ma­tiques, en jar­di­nant au natu­rel via les tech­niques de per­ma­cul­ture. »

 

Action "légumes debout à grenoble". © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Plantations le long du bou­le­vard Gambetta. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

Autre demande : relayer cette sol­li­ci­ta­tion auprès de Grenoble-Alpes Métropole, qui gère cer­tains espaces de Grenoble, comme ceux des­ti­nés aux pié­tons ou des jar­di­nières. La gra­tuité et l’ac­ces­si­bi­lité de ces plan­ta­tions importent beau­coup aux por­teurs du pro­jet. Selon eux, ces jar­dins par­ta­gés doivent être auto-gérés par des habi­tants, « sans qu’il soit néces­saire d’ap­par­te­nir à un col­lec­tif ou une asso­cia­tion ». Le but ? « Cultiver du lien social et créer un cir­cuit local four­nis­sant aux Grenoblois une source de pro­duc­tion ali­men­taire de com­plé­ment. »

 

Action "légumes debout à grenoble". © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

© Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Nuit debout Grenoble, qui a voté pour le texte de la péti­tion, a ini­tié le pro­jet auprès de la mai­rie avec le mou­ve­ment Grenoble Transition 2016 créé par Sylvie Jamet.

 

Le texte ini­tial a dû être revu plu­sieurs fois par des por­teurs du pro­jet et par leur inter­lo­cu­teur à la mai­rie pour le faire entrer dans le cadre du pro­jet des inter­pel­la­tions citoyennes. Notamment en ne dépas­sant pas le nombre de carac­tères pré­vus dans les for­mu­laires.

 

« Les contraintes de temps sont éga­le­ment assez impor­tantes », constate Sylvie. Pour que la péti­tion soit sou­mise au vote en octobre, elle doit en effet être dépo­sée au conseil muni­ci­pal du 11 juillet, avec au moins 2000 signa­tures de sou­tien. Le tout au for­mat papier. « Il n’est donc pas pos­sible de la rem­plir en ligne, ce qui aurait pu accé­lé­rer sa signa­ture. Nous avons voulu récol­ter 20.000 signa­tures pour mon­trer à la mai­rie l’im­por­tance de ce pro­jet, mais j’ai peur qu’a­vec ces deux contraintes, ce ne soit pas pos­sible. On peut cepen­dant consul­ter le texte de la péti­tion et télé­char­ger le for­mu­laire en ligne afin de le signer et le dépo­ser auprès des ini­tia­teurs. »

 

Action "légumes debout à grenoble". © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Sylvie, ini­tia­trice de la com­mis­sion d’a­gri­cul­ture urbaine au sein de Nuit debout. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Le retour des inter­lo­cu­teurs muni­ci­paux sur le pro­jet est posi­tif, à en croire Sylvie. Pas éton­nant, car l’i­ni­tia­tive va visi­ble­ment dans le sens des actions menées par la mai­rie. Qui, rap­pe­lons-le, encou­rage la créa­tion de jar­dins par­ta­gés à tra­vers le dis­po­si­tif « Jardinons nos rues » et sou­tient des citoyens qui portent des pro­jets de plan­ta­tions col­lec­tives dans des espaces urbains. La Ville s’en­gage ainsi à « amé­na­ger des fosses de pleine terre, des jar­di­nières » et, même, à « sub­ven­tion­ner une par­tie des tra­vaux pour les plantes grim­pantes » si le pro­jet est « réa­li­sable tech­ni­que­ment ».

 

Pour ce qui est des détails concrets de mise en œuvre, il fau­dra tou­te­fois repas­ser… Lucille Lheureux, adjointe en charge des espaces publics et de la nature en ville, n’a en effet pas donné suite à nos mul­tiples demandes d’en­tre­tien au sujet des plan­ta­tions de comes­tibles dans les espaces urbains de Grenoble.

 

 

Yuliya Ruzhechka

 

 

 

Réduire ses déchets
commentez lire les commentaires
6778 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. sep article
  2. et le res­pect du tra­vaille des jar­di­nier de la ville dans tout sa ? rien a foutre ?

    sep article