Opération cheval de Troie contre les accords de libre-échange Tafta et Ceta

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

DÉCRYPTAGE – Comment alerter l’opinion publique sur « les dangers des traités internationaux de libre-échange » ? Telle est la tâche à laquelle s’attellent les militants du collectif stop Tafta. Après avoir sensibilisé les passants de façon ludique, rue Félix-Poulat à Grenoble le 17 juin dernier, ils organisent une réunion d’information à la Maison des associations, ce vendredi 24 juin, afin d’envisager les suites de la mobilisation.

 

 

 

Opération cheval de Troie contre le TAFTA et le CETA. © Alexandra Moullec

Opération che­val de Troie contre le Tafta et le Ceta. © Alexandra Moullec

« Bientôt l’Europe ven­due aux mul­ti­na­tio­nales ! », « Le Tafta est un coup d’État des mul­ti­na­tio­nales sur la démo­cra­tie ! » Les mots des mili­tants du col­lec­tif Stop Tafta (Transatlantic Free Trade Agreement – accord trans­at­lan­tique de libre-échange) ne sont pas tendres.

 

Une tren­taine d’entre eux s’é­taient réunis rue Félix-Poulat, ven­dredi 17 juin, pour dénon­cer les dan­gers du Tafta, mais aussi du Ceta (Comprehensive Economic and Trade Agreement – accord éco­no­mique et com­mer­cial glo­bal), deux trai­tés inter­na­tio­naux de libre-échange. Le tout au tra­vers d’une action visuelle. En l’oc­cur­rence, un che­val de Troie géant gon­flable pour sym­bo­li­ser le dan­ger insi­dieux que repré­sen­te­raient ces trai­tés.

 

Au sein du col­lec­tif Stop Tafta, des mili­tants d’Alternatiba Grenoble, du Collectif Roosevelt Isère, de l’as­so­cia­tion Les Amis de la Terre Isère, d’Attac Isère, d’ANV-Cop21 (Action non vio­lente Cop21). Mais aussi de Nuit debout : « Ces mau­dits trai­tés, on a envie de les dénon­cer, sou­tient Gaël de Nuit debout. La loi Travail, c’est une anti­ci­pa­tion des direc­tives euro­péennes qui vont mettre en place ces trai­tés. On est aussi sur ce coup-là car c’est le même com­bat. » Certains élus gre­no­blois avaient éga­le­ment fait le dépla­ce­ment, à l’i­mage de Bernard Macret, adjoint aux soli­da­ri­tés inter­na­tio­nales, et d’Olivier Bertrand, conseiller muni­ci­pal en charge des ani­ma­tions.

 

Militants du collectif anti-TAFTA simulant les morts provoquées par les traités de libre échange. © Alexandra Moullec

Militants du col­lec­tif anti-Tafta simu­lant les morts pro­vo­quées par les trai­tés de libre-échange. © Alexandra Moullec – placegrenet.fr

Cette opé­ra­tion che­val de Troie s’ins­crit dans le cadre d’une tour­née natio­nale qui a débuté le 4 juin à Paris et devrait se ter­mi­ner le 25 juin après un pas­sage dans une dou­zaine de villes de France.

 

« On veut sen­si­bi­li­ser les gens aux pro­blèmes qui vont être induits par la signa­ture de ces accords, sou­ligne Philippe Coq, béné­vole au sein du col­lec­tif Roosevelt Isère. C’est un peu dif­fi­cile car ce sont des sujets com­plexes et les gens ne sont pas au cou­rant de ce qui se passe. Tout a été négo­cié dans la plus grande opa­cité et on n’en parle jamais dans les médias habi­tuels. »

 

Au pro­gramme de cette après-midi tan­tôt plu­vieuse, tan­tôt enso­leillée : dis­tri­bu­tion de tracts et say­nètes pour sen­si­bi­li­ser les pas­sants aux dan­gers des trai­tés inter­na­tio­naux de libre-échange, chasse aux signa­tures pour la péti­tion euro­péenne ayant déjà récolté près de 3,5 mil­lions de signa­tures et die-in en fin d’a­près-midi. Plusieurs mili­tants se sont ainsi allon­gés pour simu­ler les morts pro­vo­quées par le Tafta et le Ceta.

Retour en images.

 

Reportage : Joël Kermabon.

 

 

 

Tafta-Ceta quésaco ?

 

 

« J’ai l’impression qu’il y a peu de gens qui savent […] le Tafta est un peu connu, le Ceta pas du tout », estime Philippe Coq. Alors pour vul­ga­ri­ser ces notions, les mili­tants du col­lec­tif Stop Tafta ont sorti l’ar­tille­rie lourde. Et mis, entre autres, à la dis­po­si­tion des pas­sants « Petit guide pour tor­piller le Tafta », « Petit guide pour contrer la pro­pa­gande en faveur du Ceta/AECG » ou « 7 rai­sons de se mobi­li­ser contre le Tafta ».

 

Banderole anti-TAFTA, place Félix Poulat. © Alexandra Moullec

Banderole anti-Tafta, place Félix-Poulat. © Alexandra Moullec

Dans leur col­li­ma­teur ? Le Tafta, bien sûr, éga­le­ment appelé TTIP (Transatlantic Trade and Investment Partnership – Partenariat trans­at­lan­tique de com­merce et d’in­ves­tis­se­ment) et le Ceta. Deux accords de libre-échange de l’Union Européenne négo­ciés d’une part avec les États-Unis et d’autre part avec le Canada « pla­çant les mul­ti­na­tio­nales au-des­sus des lois. »

 

« La crainte que nous avons, ce ne sont pas les États-Unis et le Canada contre l’Europe, ce sont les mul­ti­na­tio­nales contre le reste du monde. Elles veulent vrai­ment ne plus avoir à rendre de comptes à per­sonne et cer­tai­ne­ment pas aux citoyens », s’in­digne Olivier Royer, secré­taire de l’as­so­cia­tion Les Amis de la Terre.

 

Et de pré­ci­ser : « Les normes en France empêchent le pou­let au chlore, les OGM […] Nous, on met en avant le prin­cipe de pré­cau­tion. C’est loin d’être le cas pour les États-Unis qui partent du prin­cipe que les entre­prises sont res­pon­sables, qu’elles mettent des pro­duits sur le mar­ché et qu’en cas de pro­blème ils seront reti­rés. On n’aimerait pas qu’il y ait cette inver­sion des normes ».

 

Militante ATTAC, opération cheval de Troie. © Alexandra Moullec

Militante d’Attac, lors de l’o­pé­ra­tion che­val de Troie. © Alexandra Moullec – placegrenet.fr

Les col­lec­tifs fus­tigent des accords qui devraient « sup­pri­mer les droits de douane » entre l’Union euro­péenne et l’Amérique du Nord, « har­mo­ni­ser les régle­men­ta­tions par l’as­sou­plis­se­ment maxi­mal des lois et des normes pro­té­geant la santé publique, les tra­vailleurs, les consom­ma­teurs et l’en­vi­ron­ne­ment » et « confé­rer des droits excep­tion­nels aux mul­ti­na­tio­nales afin d’as­su­rer la mise en œuvre effec­tive des objec­tifs » pré­ci­tés. Parmi ces droits : « la capa­cité juri­dique d’at­ta­quer une déci­sion poli­tique. » Monsanto pour­rait ainsi atta­quer les États refu­sant de com­mer­cia­li­ser du Roundup.

 

La sphère mili­tante n’est pas la seule à s’op­po­ser au Tafta et au Ceta : en témoignent de nom­breux articles parus dans le Monde diplo­ma­tique et dans le blog de Jean Gadrey pour Alternatives éco­no­miques. Plus éton­nant, Hillary Clinton et Donald Trump, can­di­dats aux élec­tions pré­si­den­tielles amé­ri­caines s’y sont tous deux oppo­sés…

 

 

 

« Le Ceta est le cheval de Troie du Tafta »

 

 

« Il y a des dizaines de mil­liers d’entreprises amé­ri­caines qui ont des suc­cur­sales au Canada notam­ment du fait de l’Alena [Accord de libre-échange nord-amé­ri­cain entré en vigueur en 1994, ndlr]. Par ce biais-là, elles pour­raient se ser­vir des clauses qu’il y a dans le Ceta pour atta­quer les États euro­péens sur la défense de l’environnement et le fait qu’on ait des normes ne per­met­tant pas à ces entre­prises d’avoir une concur­rence libre et non faus­sée », ful­mine Olivier Royer.

 

Opération cheval de Troie. © Alexandra Moullec

Opération che­val de Troie. © Alexandra Moullec

Pour Philippe Coq, la chose est enten­due : « Si le Ceta est rati­fié, il y a de grandes chances pour que dans la fou­lée – ou deux ou trois ans après –, le Tafta soit aussi rati­fié. C’est pour cela qu’on dit que le Ceta est le che­val de Troie du Tafta. »

 

Les mili­tants dénoncent en outre l’o­pa­cité entou­rant ces négo­cia­tions : « Le Tafta s’appelle des fois TTIP, d’autre fois GMT [Grand mar­ché trans­at­lan­tique, ndlr]. On le change de nom pour noyer le pois­son […] Tout est très opaque sur ce type de traité », estime Olivier Royer.

 

Olivier Bertrand, conseiller muni­ci­pal abonde en ce sens : « Tout est fait pour qu’on n’ait aucun élé­ment de la négo­cia­tion […] On a un élu euro­péen [Yannick Jadot, ndlr] qui a accès aux docu­ments. Il n’a pas le droit de les sor­tir de la salle, ne peut les consul­ter que sur place, n’a pas le droit de prendre de pho­tos… C’est hyper ver­rouillé. […] Comme il s’agit de négo­cia­tions, l’argument qui est uti­lisé est que ça ne doit pas être public avant qu’il n’y ait quelque chose d’acté. »

 

Autre point de dis­corde, l’exa­men du texte par le Conseil euro­péen ras­sem­blant uni­que­ment les diri­geants des pays membres de l’Union euro­péenne. La Commission euro­péenne com­po­sée de com­mis­saires euro­péens (un par État membre) sou­hai­te­rait que le texte soit adopté à l’au­tomne pour le sou­mettre au Parlement euro­péen en hiver. Or, bon nombre de par­le­men­taires euro­péens n’ap­pré­cient guère la manière dont les négo­cia­tions ont été conduites.

 

Stop TAFTA. © DR

Stop Tafta. © DR

« Aujourd’hui, il y a de plus en plus de gou­ver­ne­ments et de régions qui se posi­tionnent contre, mais on n’est pas encore cer­tains de savoir com­ment il [le Ceta, ndlr] va se mettre en œuvre, déplore Olivier Royer. Est-ce que la Commission euro­péenne – qui a un man­dat pour la négo­cia­tion – va pas­ser outre le Parlement pour qu’il soit mis en œuvre ? Est-ce que les par­le­ments natio­naux et euro­péen vont être inter­ro­gés sur la vali­dité de cet accord ? »

 

Une soixan­taine d’é­lus socia­listes ont d’ailleurs signé, en avril 2016, une tri­bune dénon­çant le manque de trans­pa­rence et défen­dant le rôle du Parlement fran­çais dans les négo­cia­tions.

 

Olivier Royer accuse tout de même le gou­ver­ne­ment fran­çais de jouer double jeu : « D’un côté il se dit très atten­tif à défendre le modèle fran­çais et euro­péen, notam­ment aux niveaux sani­taire et envi­ron­ne­men­tal, et der­rière c’est le pre­mier à deman­der à ce que les négo­cia­tions accé­lèrent. […] Mais bon, je crois que depuis 2012 on est habi­tués au double dis­cours de ce gou­ver­ne­ment… »

 

 

 

Une seule solution : « la mobilisation »

 

 

« Seule une mobi­li­sa­tion des col­lec­ti­vi­tés et des citoyens per­met­tra de faire recu­ler les mul­ti­na­tio­nales ! », s’ex­clame Olivier Royer. Et d’a­jou­ter : « C’est impor­tant que les col­lec­ti­vi­tés se mobi­lisent là-des­sus. C’est comme ça que l’AGCS [Accord géné­ral sur le com­merce des ser­vices, ndlr] a été retiré dans les années 2000 et que l’Ami [Accord mul­ti­la­té­ral sur l’in­ves­tis­se­ment, ndlr] a été retiré dans les années 1990. »

 

Opération cheval de Troie. © Joël Kermabon

Opération che­val de Troie. © Joël Kermabon

« L’expérience a prouvé, il y a une dizaine d’années pour un accord sem­blable, que lorsque les négo­cia­teurs se sont aper­çus que l’opinion publique était contre, ils ont reculé et l’accord n’a pas été jusqu’au bout. C’est pour ça qu’on essaye de mobi­li­ser les gens, pour qu’ils signent des péti­tions et montrent qu’il y a des mil­lions de per­sonnes contre le Tafta dans les pays de l’Union euro­péenne. » Philippe Coq tient, lui, à rap­pe­ler qu’il n’y a pas qu’en Europe que l’op­po­si­tion existe, mais aussi aux États-Unis.

 

Alors que la mobi­li­sa­tion est forte à Bordeaux et à Marseille d’a­près Olivier Royer, les mili­tants du col­lec­tif Stop Tafta Grenoble ont dû redou­bler d’ef­forts ce ven­dredi 17 juin pour inter­pel­ler les pas­sants. Le trac­tage à l’ar­rêt de tram­way Victor-Hugo et les ani­ma­tions rue Félix-Poulat – deux zones de pas­sage – n’y auront rien changé : l’in­dif­fé­rence domi­nait.

 

« On reste sur le coup, on essaie d’interpeller des pas­sants mais c’est pas simple. On ne déses­père pas et on conti­nuera », estime Gaël de Nuit debout. Et ce mal­gré les quelques remarques déso­bli­geantes et autres moque­ries en tous genres enten­dues ce jour-là : « Allez les hip­pies ! », ou « Ils ont décidé de venir s’allonger dans la rue en pen­sant que ça chan­gera les choses, sauf que ça chan­gera pas grand-chose. »

 

Militante du collectif STOP TAFTA distribuant des tracts. © Alexandra Moullec

Militante du col­lec­tif Stop Tafta dis­tri­buant des tracts. © Alexandra Moullec

« Les gens n’ar­rivent pas non plus à s’en­ga­ger sur la loi Travail, pour­tant à plus petite échelle. Ça, c’est un traité d’ampleur gigan­tesque qui nous dépasse clai­re­ment », estime Gaël de Nuit debout. Et d’a­jou­ter : « On ne sait pas com­ment s’engager concrè­te­ment, […] même les États sont clai­re­ment dépas­sés. »

 

Pour Philippe Coq du col­lec­tif Roosevelt Isère : « Si on parle accord trans­at­lan­tique et libre-échange ce n’est pas très par­lant, sauf pour les gens qui s’intéressent un peu à tout ça. »

 

 

Olivier Bertrand, conseiller muni­ci­pal abonde en ce sens : « Il y a des sujets comme ça. Tafta en est un, 90 % de la popu­la­tion ne connaît même pas l’a­cro­nyme. C’est quelque chose qui ne fait pas beau­coup de vagues média­tiques […] La plu­part des gens qui passent ne savent même pas de quoi on parle en fait. Ce sera un vrai tra­vail déjà péda­go­gique avant même d’attaquer la par­tie plus posi­tion­ne­ment poli­tique. »

 

Philippe Coq ne déses­père pas : « On va mul­ti­plier les actions jusqu’à la fin de l’année. À force, peut-être que les gens vont en entendre par­ler… »

 

 

Alexandra Moullec avec Joël Kermabon

 

 

D’AUTRES ACTIONS AU PROGRAMME

 

Suite à l’o­pé­ra­tion che­val de Troie, les mili­tants du col­lec­tif Stop Tafta ont rejoint, à l’Hôtel de ville de Grenoble, les élus Bernard Macret et Alan Confesson pour déter­mi­ner les futures actions à mener. Il a été décidé que la capi­tale des Alpes accueille­rait la pro­chaine ren­contre des col­lec­ti­vi­tés anti-Tafta dans les mois à venir.

 

Pour l’heure, plu­sieurs col­lec­ti­vi­tés se sont d’ores et déjà décla­rées hors Tafta et il est pos­sible d’in­ter­pel­ler les maires res­tants avec la décla­ra­tion de Barcelone. Une réunion d’in­for­ma­tion sera orga­ni­sée à la Maison des asso­cia­tions de Grenoble ven­dredi 24 juin à 17 h 30 pour envi­sa­ger loca­le­ment les suites de la mobi­li­sa­tion contre le Tafta et le Ceta et pré­pa­rer la semaine euro­péenne d’ac­tions pré­vues entre les 11 et 15 juillet 2016.

 

 

 

MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
2300 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.