mairie de Grenoble

Services publics à Grenoble : le plan passe, la concer­ta­tion trépasse

Services publics à Grenoble : le plan passe, la concer­ta­tion trépasse

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

DÉCRYPTAGE - En économisant 14 millions d’euros sur ses services publics, la Ville de Grenoble se donne deux ans pour échapper à une éventuelle mise sous tutelle. Mais le plan d’austérité passe mal auprès de l’opposition municipale, qui dénonce des mesures prises sans concertation, une absence de chiffrage et de calendrier. Sans réelle prise sur un plan qui, désormais lancé, ne sera pas rediscuté et voté avant le débat d'orientations budgétaires en novembre.

 

 

 

Eric Piolle lors de la présentation du plan d'austérité de la ville et la refonte des services publics.

Eric Piolle lors de la présentation du plan d'austérité de la Ville et la refonte des services publics. © Patricia Cerinsek

C’est donc parti pour 14 millions d’économies ! Le cadre du plan de refondation des services publics est posé. Reste à le mettre en œuvre. La Ville de Grenoble s’est donné deux ans pour commencer à se serrer la ceinture. Pour redresser la (mauvaise) pente sur laquelle elle est engagée.

 

Un plan d’économies préparé depuis deux ans par la majorité municipale, en concertation avec les cadres de la Ville. Mais sans les usagers, dont certains ont exprimé leur mécontentement lundi 20 juin 2016 en manifestant bruyamment devant les portes de l'Hôtel-de-ville lors du conseil municipal. Sans les élus de l’opposition non plus qui, lors de l’examen du compte administratif de la Ville, ont tenté de replacer la question au cœur du débat municipal.

 

 

Reportage : Joël Kermabon

 

Mais le plan de sauvegarde des services publics, qui ne faisait pas l’objet d’un vote ce soir-là, devra attendre novembre et la tenue du débat d’orientation budgétaire. Déjà serré, le calendrier se resserre un peu plus…

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 83 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Patricia Cerinsek

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Plainte, contre-plainte… le tor­chon brûle entre la Ville de Grenoble et l’Alliance citoyenne

  FOCUS - À Grenoble, le torchon brûle entre la Ville et l'Alliance citoyenne depuis l'intrusion de l'association dans les locaux de Grenoble Habitat, bailleur Lire plus

Subventions aux asso­cia­tions : à Grenoble, le Printemps répu­bli­cain remonte au créneau

  EN BREF - Faute de charte de la laïcité, le Printemps républicain milite à Grenoble pour la mise en place d'un conseil local des Lire plus

Le maire de Grenoble Eric Piolle annonce l'arrêt de tous les chantiers portés par la ville pour éviter la propagation de l'épidémie de covid-19.
Le maire de Grenoble sus­pend tous les chan­tiers por­tés par la Ville pour évi­ter la pro­pa­ga­tion de l’épidémie

  FIL INFO - Le maire de Grenoble Éric Piolle annonce l'arrêt de tous les chantiers portés par la Ville pour éviter la propagation de Lire plus

En 2020, la Métropole de Grenoble entend limiter l'affichage publicitaire à un format de 4m2 maxi. Et limiter l'emprise du numérique.
Affichage publi­ci­taire dans l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise : coup de balai en 2020 ?

DÉCRYPTAGE - Demain, la Métropole de Grenoble aura-t-elle un seul et unique règlement local de la publicité ? Et surtout sur quel modèle ? Celui Lire plus

TéléGrenoble est autorisée à émettre jusqu'en 2025. Le CSA lui a renouvelé le sésame sans s'interroger sur un modèle maintenu à grand coup d'argent public
TéléGrenoble va tou­cher 1,425 mil­lion d’eu­ros sur trois ans de la Ville de Grenoble et de la Métro

EN BREF - Pendant trois ans, la Métro va verser chaque année 375 000 euros à TéléGrenoble, la Ville de Grenoble près de 100 000 Lire plus

La ville de Grenoble a-t-elle fait une fleur au président de l'union de quartier rive droite ? Un élu de l'opposition croit y voir un délit de favoritisme.
La Ville de Grenoble vend 50 m2 de ter­rain au prix de 5 000 euros : régu­la­ri­sa­tion ou favoritisme ?

FIL INFO - La vente par la Ville de Grenoble au président de l’union de quartier rive droite, de 50 m2 de terrain au prix Lire plus

Flash Info

|

17/08

11h57

|

|

17/08

11h17

|

|

16/08

18h38

|

|

16/08

17h06

|

|

16/08

10h10

|

|

13/08

8h35

|

|

13/08

1h08

|

|

12/08

20h21

|

|

12/08

17h28

|

Les plus lus

Environnement| L’Isère de nou­veau pla­cée en vigi­lance jaune cani­cule à comp­ter du mer­credi 10 août

Abonnement| Îlots de cha­leur : Grenoble, mau­vaise élève et sous les cri­tiques de l’op­po­si­tion, veut faire mieux

Flash info| L’incendie qui a ravagé 100 hec­tares de végé­ta­tion entre La Buisse et Voreppe est « maî­trisé mais pas éteint » selon la pré­fec­ture de l’Isère

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin