Guy Janet-Maître, délégué Savoie de France Parkinson (1er en partant de la gauche), Hervé de Dave Davy, délégué Isère et Christiane Gachet, déléguée Rhône-Alpes Auvergne. © Véronique Magnin – Place Gre’net

Maladie de parkinson : des patients neurostimulés à Grenoble témoignent

Maladie de parkinson : des patients neurostimulés à Grenoble témoignent

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – Alors que le professeur Alim-Louis Benabid, fondateur de Clinatec, vient de recevoir le prix de l’inventeur européen 2016, dans la catégorie recherche, pour ses travaux sur la stimulation cérébrale profonde, des centaines de patients ont déjà bénéficié de ses recherches. Parmi eux, Guy Janet-Maître atteint de la maladie de Parkinson à l’âge de 42 ans, qui s’est fait implanter un pacemaker cérébral il y a quinze ans au CHU de Grenoble, et Hervé de Save Davy qui vient tout juste de se faire opérer.

 

 

 

« Je lui dois tout ! », s’en­thou­siasme Guy Janet-Maitre à l’évocation du Pr Benabid, qui l’a opéré voilà quinze ans. « Vous me ren­con­trez dans la rue, vous ne vous dou­tez pas que je suis par­kin­so­nien ! », pour­suit-il, non sans une cer­taine fierté.

 

Guy Janet-Maître, délégué Savoie de France Parkinson (2e en partant de la gauche), entouré de José Courbis, délégué de la Drôme, Hervé de Save Davy, délégué Isère et Christiane Gachet, déléguée Auvergne-Rhône-Alpes. © Véronique Magnin – Place Gre’net

Guy Janet-Maître, délé­gué Savoie de France Parkinson (2e en par­tant de la gauche), entouré de José Courbis, délé­gué de la Drôme, Hervé de Save Davy, délé­gué Isère et Christiane Gachet, délé­guée Auvergne-Rhône-Alpes. © Véronique Magnin – Place Gre’net

Effectivement, on ne se doute de rien : aucun trem­ble­ment, aucune rai­deur, encore moins de mou­ve­ments invo­lon­taires visibles. Le pace­ma­ker céré­bral est aussi indé­ce­lable à l’œil. Et pour cause : le dis­po­si­tif est interne. Des élec­trodes de 10 cm de long et 20 mm de dia­mètre sont enfon­cées dans le cer­veau de Guy, reliées par d’insoupçonnables fils à un petit sti­mu­la­teur à pile, logé sous sa cla­vi­cule droite.

 

Les pre­miers symp­tômes de la mala­die de Parkinson sont appa­rus très tôt, alors que Guy n’a­vait que 42 ans.

 

Cela fait donc vingt ans qu’il vit avec cette patho­lo­gie dont l’o­ri­gine n’est pas élu­ci­dée. Aucun anté­cé­dent fami­lial. Si encore il était agri­cul­teur, peut-être aurait-il pu au moins com­prendre, à défaut d’ac­cep­ter ! Depuis le 7 mai 2012, un décret recon­naît en effet la mala­die de Parkinson comme mala­die pro­fes­sion­nelle pour les agri­cul­teurs, éta­blis­sant expli­ci­te­ment un lien de cau­sa­lité entre cette patho­lo­gie et l’u­sage des pesticides.

 

 

 

« J’ai été dans le déni au début »

 

 

C’est le coup de grâce lorsque le diag­nos­tic tombe, après six mois d’er­rance médi­cale. « Comme la majo­rité des malades, j’ai été dans le déni au début », avoue-t-il. Ainsi, Guy met deux ans avant d’en par­ler à son employeur, mal­gré un accom­pa­gne­ment psy­cho­lo­gique. Son métier ? Acheteur chez Schneider Electric à Grenoble. Le moment reste gravé dans sa mémoire, tant l’enjeu était important.

 

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 65 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Véronique Magnin

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Clinatec reçoit 1 million d’euros de don de l’assureur Covéa pour financer ses recherches

FOCUS - Fin mars, le groupe d’assurance Covéa, via la mutuelle Maaf Santé, a signé une convention de mécénat sur trois ans avec le Fonds Lire plus

Pr Berger, ex-directeur de Clinatec : “La banalisation actuelle du transhumanisme est sidérante !”

CLINATEC ÉPISODE 7 | Les possibilités d’intervention sur le système nerveux au moyen de neuroprothèses sont aujourd’hui multiples. Quelles autres technologies de rupture développées à Grenoble Lire plus

Expérimentation animale : Clinatec face aux défenseurs des animaux

CLINATEC ÉPISODE 6 | L'expérimentation animale fait l’objet d’un débat récurrent. Faut-il l'interdire ? À Clinatec, centre de recherche biomédicale grenoblois, médecins, scientifiques et vétérinaires Lire plus

Clinatec développe des implants cérébraux et des neuroprothèses. Une alliance des technologies et des neurosciences non sans risques selon ses détracteurs.
Transhumanisme, culture du secret, risques cliniques… Clinatec en six polémiques

CLINATEC ÉPISODE 5 - Depuis l'origine du projet en 2006, Clinatec, centre de recherche biomédicale grenoblois spécialisé dans le développement de dispositifs technologiques implantables dans Lire plus

Queyranne et Foriaso
L’Ades dénonce un “gros mensonge” remontant à la genèse de Clinatec

CLINATEC ÉPISODE 4 - Y a-t-il eu tromperie pour favoriser, en novembre 2009, l’engagement financier et partenarial de la Ville de Grenoble avec le centre de Lire plus

Clinatec parie sur l’alliance technologies - neurosciences pour lutter contre les maladies et les handicaps moteurs. Voici les premiers essais cliniques.
Tétraplégies, obésité maligne, Tocs… Clinatec se lance dans les premiers essais cliniques

CLINATEC ÉPISODE 3 - Depuis le milieu du XXe siècle, les sciences transforment les corps, la vie des hommes, leur espérance de vie. Clinatec, centre Lire plus

Flash Info

|

22/10

8h00

|

|

21/10

19h40

|

|

20/10

18h24

|

|

20/10

17h45

|

|

20/10

16h19

|

|

20/10

12h51

|

|

20/10

9h13

|

|

19/10

19h14

|

|

19/10

18h03

|

|

19/10

15h11

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

SDH - Le futur compte sur nous

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin