Semi-flop pour Nuit debout Grenoble à la fête du quartier de la Villeneuve

sep article



EN BREF – Nuit debout Grenoble avait fait le pari d’être présent à la fête du quartier de la Villeneuve à Grenoble, ce samedi 28 mai. Si le stand des militants a enregistré un grand nombre de passages, l’assemblée populaire en fin de journée n’a en revanche réuni qu’une cinquantaine de personnes…

 

 

 

Tract distribué par Nuit Debout Grenoble lors de la Fête du quartier de la Villeneuve. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Tracts dis­tri­bués par Nuit debout Grenoble. © Séverine Cattiaux

L’occasion était trop belle pour Nuit debout Grenoble qui enten­dait bien faire d’une pierre deux coups, ce samedi 28 mai, à la fête de quar­tier de la Villeneuve : faire pas­ser ses idées et s’ou­vrir à un nou­veau public issu “des quar­tiers”.

 

Profitant de l’affluence habi­tuelle de cette mani­fes­ta­tion, le mou­ve­ment Nuit debout « contre la loi Travail et son monde » avait ainsi décidé d’y tenir toute la jour­née un stand et, dans la fou­lée, d’y orga­ni­ser son assem­blée popu­laire.

 

 

A coup de tracts dis­tri­bués toute la jour­née sur le lieu de la fête et d’échanges sur son stand, le mou­ve­ment a incon­tes­ta­ble­ment gagné en noto­riété auprès d’un cer­tain nombre d’ha­bi­tants. Mais quand a sonné l’heure de l’as­sem­blée popu­laire – fixée, une fois n’est pas cou­tume, à 19 heures plu­tôt qu’à 18 heures – seules quelques dizaines de per­sonnes sont res­tées au point de ral­lie­ment, place Rouge.

 

Assemblée populaire de Nuit debout Grenoble, samedi 28 mai, sur la place Rouge, lors de la fête du quartier de la Villeneuve. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Assemblée popu­laire de Nuit debout Grenoble, place Rouge à la Villeneuve. © Séverine Cattiaux – placegrenet.fr

 

Comme pour se ras­su­rer, un spec­ta­teur ten­tait de repla­cer les choses dans une pers­pec­tive plus large : « Ce n’est pas le nombre de gens venus qui importe. Nuit debout joue un rôle consi­dé­rable et his­to­rique en fai­sant le lien entre les dif­fé­rents temps de la grève et en ouvrant la parole à tous, tous les jours. »

 

 

 

« Où sont les Maghrébins ? »

 

 

Force est de recon­naître que les ani­ma­teurs de l’assemblée popu­laire avaient, pour l’oc­ca­sion, soi­gné l’introduction de l’assemblée géné­rale avec, en pré­am­bule, des prises de parole, un petit rap­pel his­to­rique du mou­ve­ment et un bilan des actions menées par Nuit debout. Le tout avec l’ap­pui de sup­ports car­ton­nés.

 

AnimationNuitDeboutFeteVilleneuveCreditSeverineCattiaux

Assemblée popu­laire de Nuit debout Grenoble, lors de la fête du quar­tier de la Villeneuve. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Des efforts de péda­go­gie louables… Sauf que les mili­tants ont sur­tout prê­ché à des conver­tis – habi­tués ou occa­sion­nels – mais, pour sûr, très peu à de nou­veaux venus à Nuit debout.

 

« Où sont les Maghrébins ? Les gens du quar­tier ne sont pas venus… Cela ne les inté­resse pas ! », se déso­lait, en aparté, un fidèle du mou­ve­ment Nuit debout, habi­tant le quar­tier de La Villeneuve. Face à lui, une assem­blée popu­laire clair­se­mée, où la diver­sité du quar­tier n’était pas au ren­dez-vous.

 

Un contraste d’autant plus sai­sis­sant qu’une heure aupa­ra­vant, la même place Rouge était pleine à cra­quer d’habitants du quar­tier, atti­rés par le son des tam­bours de la BatukaVi et par la danse de géants arti­cu­lés.

 

Au final, qu’il s’a­gisse des prises de parole libres ou de celles des deux thé­ma­tiques du jour, « vio­lences poli­cières » et « loi Travail », très peu de contri­bu­tions ont émané de per­sonnes issues du quar­tier venant pour la pre­mière fois à Nuit debout. De quoi inter­ro­ger quant à la per­ti­nence des sujets choi­sis par le mou­ve­ment alter­na­tif. Voire même sur la conver­gence des luttes de Nuit debout Grenoble et de celles menées au sein des quar­tiers popu­laires…

 

 

Séverine Cattiaux

 

 

 

UNE COMMISSION CONTRE LA DÉMOLITION DU 160 À L’ARLEQUIN

 

A la fin de l’assemblée popu­laire, David, acti­viste à Nuit debout, s’est fait l’é­cho d’un sujet sem­blant sus­ci­ter une cer­taine désap­pro­ba­tion chez les habi­tants de la Villeneuve : la démo­li­tion pro­gram­mée de l’immeuble du 160, gale­rie de l’Arlequin. « Que ce soit la Ville [de Grenoble, ndlr] ou l’État, ils nous ont parlé de co-construc­tion du pro­jet. Mais ils se sont assis des­sus… Ils démo­lissent alors que nous avons besoin de loge­ments ! J’appelle toutes les per­sonnes à mon­ter une cam­pagne contre la démo­li­tion du 160 », a‑t-il exhorté avec véhé­mence. Si, là non plus, per­sonne n’a sou­haité rebon­dir au sein de l’a­gora, Nuit debout a néan­moins ouvert une nou­velle com­mis­sion « contre la démo­li­tion du 160 ». De quoi augu­rer d’un bras de fer avec la pré­fec­ture et la Ville ?

 

 

 

Réduire ses déchets
commentez lire les commentaires
3741 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Contre la démo­li­tion du 160 deman­dée par le pré­fet ?
    http://www.assoplanning.org/?q=taxonomy/term/60
    C’est une mai­son de retraite, pas un immeuble d’ap­par­te­ments, mais il y en a plein de vides dans toute La Villeneuve ! où sont les demandes de réqui­si­tions ?
    Entre le chan­ge­ment de pré­fet et le refus de la mai­rie, il y a encore du temps … et peut être que la démo­li­tion n’aura pas lieu …

    sep article
  2. Choquée de lire ou sont les magrhé­bins!!!
    Ce sont des FRANCAIS!!

    Si le col­lec­tif nuit debout ne réussi pas a réunir plus de monde, il fau­drait qu’il se remette en ques­tion (com­mu­ni­ca­tion, repre­sen­ta­ti­vité etc..)

    sep article
  3. Bonjour,

    Aucune adé­qua­tion entre les reven­di­ca­tions de Grenoble debout et celles des quar­tiers popu­laires. Le vol de repré­sen­ta­ti­vi­tée de la gauche par l’in­ter­mé­diaire de faux col­lec­tifs de fausses asso­cia­tions à assez durer.
    Nos reven­di­ca­tions sont pour­tant claires :
    ‑Fermeture du col­lège LUCIE AUBRAC,symbole de la ségré­ga­tion sco­laire dont est vic­time la jeu­nesse de notre quar­tiers.
    ‑Demande de mixité sociale
    ‑Arrêt des Malversations [modéré, motif : impu­ta­tions dif­fa­ma­toires]
    ‑Reconnaissance de notre his­toire
    ‑Conseils citoyens digne de ce nom
    ‑vol de repré­sen­ta­ti­vi­tée politique.….Ou sont donc pas­sés vos beni-oui-oui,elles sont ou les solutions,les pro­messes élec­to­rales.….….

    « Où sont les magh­ré­bins ?.….….VOUS ETES VENUS CHERCHER DES RACES OU DES IDEES.…..CETTE PHRASE MONTRE QUE VOUS N’AVEZ ENCORE RIEN COMPRIS.

    [modéré, motif : impu­ta­tions dif­fa­ma­toires].

    sep article