Pourquoi le mont Granier s’éboule-t-il plus que d’autres ?

sep article



TROIS QUESTIONS À – Le 9 janvier dernier, un éboulement au mont Granier (1 933 m), dans le massif de la Chartreuse, emportait plus 100 000 m³ de roches. Rebelote le 29 avril puis ce samedi 7 mai, où 30 000 m³ ont dévalé la montagne… Si l’érosion naturelle des Alpes explique en grande partie une telle instabilité, les chercheurs s’interrogent sur cette succession d’événements impossible à corréler à des circonstances météorologiques exceptionnelles. Explications de David Amitrano, chercheur à l’IS Terre-Université Grenoble-Alpes.

 

 

 

Le 9 janvier 2016, le pilier nord-ouest du mont Granier s’éboulait, charriant avec lui plus de 100 000 m³ de roches. Le 7 mai, c’était au tour du versant est… Quelles en sont les causes ?

 

 

Nouvel éboulement au Mont Granier le 7 mai 2016 : l'érosion et seulement l'érosion ? Photo extraite de la vidéo de David Amitrano / IS Terre UGA

Nouvel ébou­le­ment au mont Granier, le 7 mai 2016 : l’é­ro­sion et seule­ment l’é­ro­sion ? © David Amitrano/IS Terre-UGA

Il s’agit d’érosion au sens large. Nous sommes dans un relief actif, avec des rivières qui creusent les val­lées et des mon­tagnes qui montent. L’érosion per­met de com­pen­ser ce dif­fé­ren­tiel, en enle­vant de la matière.

 

Il n’y a rien d’ex­cep­tion­nel. On observe des ébou­le­ments de plus de 10 m³ tous les trois jours sur la falaise du Saint-Eynard. Et, dans le cas du Granier, il s’agit d’un sec­teur assez frac­turé, pré­dis­posé aux ébou­le­ments.

 

Mais il y a d’autres para­mètres qui se rajoutent. On parle de fatigue du maté­riau. Les mon­tagnes s’effondrent sous leur propre poids, à cause des frac­tures qui se pro­pagent dans la roche. D’autres phé­no­mènes peuvent être des fac­teurs aggra­vants, comme les fortes pluies qui mettent les frac­tures sous pres­sion et les écartent. Le gel en sur­face aussi, qui va blo­quer les issues de l’eau…

 

Mais ce sont des mani­fes­ta­tions très géné­rales. Le Granier n’a pas connu, ces der­niers mois, de périodes très froides, ni très plu­vieuses. S’il y avait vrai­ment eu des fac­teurs aggra­vants, on aurait eu des réper­cus­sions sur la Dent de Crolles. Or, il ne s’est rien passé à la Dent de Crolles…

 

 

Film gra­nier ISterre de David Amitrano.

 

C’est un phé­no­mène com­plexe et très hété­ro­gène. On sait que le mont Granier est plus frac­turé. En revanche, dif­fi­cile d’expliquer pour­quoi. Et pour­quoi plus que les autres. En jan­vier, l’éboulement s’est pro­duit côté ouest, en mai, côté est. Et on a du mal à relier les deux…

On n’a pour l’instant pas de réponses, et c’est d’ailleurs l’objet de nos recherches à l’IS Terre, en lien avec les cher­cheurs du labo­ra­toire Edytem (uni­ver­sité de Savoie).

 

 

 

La hausse des températures, notamment l’été, a‑t-elle un impact ?

 

 

Pour les falaises de haute alti­tude, la hausse des tem­pé­ra­tures a un impact très clair, en fai­sant fondre la glace qui main­tient la roche. Mais le Granier culmine à quelque 1 900 mètres d’altitude. Il n’y a pas à pro­pre­ment par­ler de périodes de gel et elles ont été moins intenses cette année.

 

Les ébou­le­ments sont des phé­no­mènes natu­rels que l’on connaît depuis long­temps déjà. Autour de Grenoble, en 2011, un ébou­le­ment du Néron mena­çait des mai­sons. On a dû dyna­mi­ter des blocs mais on était sur des volumes de 3000 à 4 000 m³. Au Granier, on n’est plus du tout sur le même ordre de gran­deur. Sur de tels volumes, on ne peut rien faire. Il faut juste ne pas être au mau­vais moment au mau­vais endroit !

 

 

 

Peut-on prévoir ces phénomènes via notamment les enregistrements sismiques ?

 

On ne peut pas à pro­pre­ment par­ler de pré­ven­tion, même si l’on a constaté samedi der­nier [le 7 mai, ndlr] que six ébou­le­ments avaient pré­cédé l’éboulement majeur. On n’était tou­te­fois pas en mesure d’imaginer sa taille.

 

Et pour ce qui de l’éboulement de jan­vier, il était abso­lu­ment impré­vi­sible. Prévoir le lieu, la date et l’heure, on en est loin !

 

 

Propos recueillis par Patricia Cerinsek

 

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
13388 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.