Jean-Pierre Barbier : “Je suis un pragmatique“

Jean-Pierre Barbier : “Je suis un pragmatique“

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

ENTRETIEN - Jean-Pierre Barbier, député Les Républicains de la septième circonscription de l'Isère, préside depuis plus d'un an aux destinées du département. Bien décidé, lors de son investiture, à « fédérer toutes les énergies pour donner un nouvel élan au département », il met aujourd'hui en œuvre son programme, ce qui n'est pas sans faire grincer quelques dents… Il s'explique sur ses choix.

 

 

 

DE LA PHARMACIE A LA POLITIQUE

 

Jean-Pierre Barbier, président du Département de l'Isère. © Yuliya Ruzhechka - www.placegrenet.fr

Jean-Pierre Barbier, président du Département de l'Isère. © Yuliya Ruzhechka - www.placegrenet.fr

Né à Bron le 11 novembre 1960 dans une famille de la classe moyenne, Jean-Pierre Barbier débute sa scolarité au collège Saint-François à La Côte-Saint-André. À partir de 1975, il est pensionnaire au lycée des Lazaristes, à Lyon. Après l'obtention d'un baccalauréat scientifique, il intègre le lycée Champollion, à Grenoble, pour deux années de classes préparatoires. Puis il entre, à vingt ans, à la faculté de pharmacie de Grenoble, d’où il ressort en 1985, son diplôme de pharmacien en poche.

 

Il effectue son service militaire au Service de santé des armées et, à son issue, débute sa carrière de pharmacien dans l'officine Jourdan à la Côte-Saint-André.

 

Suit un passage par Lyon jusqu'en 1993, où il revient dans la Bièvre pour ouvrir sa propre pharmacie à la Côte-Saint-André. Élu maire de Penol (Isère) en 1995, il devient, en 2001, président de l’intercommunalité du Pays de Bièvre-Liers. Durant cette période, plus précisément en 2002, il rallie les rangs de l'Union pour un mouvement populaire (UMP).

 

Élection de Jean-Pierre Barbier © Joël Kermabon - placegrenet.fr

Élection de Jean-Pierre Barbier © Joël Kermabon - placegrenet.fr

Un tremplin qui le propulse, le 11 décembre 2005, au Conseil général de l'Isère, où il siègera en qualité de conseiller général du canton de La Côte-Saint-André, succédant à Jo Manchon. Réélu au premier tour en 2008, il s'investira notamment sur les dossiers relatifs à l’agriculture, à l’équipement des territoires, à la culture et aux finances.

Ne lui manquait plus qu'un siège de député qu'il décroche lors des législatives de 2012 dans la septième circonscription de l'Isère. Enfin, Jean-Pierre Barbier est élu président du conseil départemental de l'Isère le 2 avril 2015, à l'occasion de la victoire de la droite.

 

 

 

Les serpents de mer que sont l'A480 et l'aménagement du Rondeau sont matières à polémique. Notamment avec la Métropole et la ville de Grenoble, puisque cette dernière a déposé un recours auprès de Manuel Valls. Comment défendez-vous les choix du Département sur ce dossier ?

 

 

Sur cet équipement, nous attendions une solution de financement depuis des années. Aujourd'hui, nous avons une chance historique de régler ce problème récurrent. Nous avons enfin un financement de 300 millions d'euros d'argent privé [provenant de la société d'autoroute Area, ndlr] pour régler ce problème, et on discute ! Je suis atterré !

 

Quand on parle de l'A480, il ne faut pas parler d’élargissement mais bien d'aménagement à deux fois trois voies qui puissent permettre une vitesse suffisante pour assurer la fluidité. Deux intérêts à cela. Tout d'abord, diminuer la pollution pour les riverains et améliorer la qualité de vie aux alentours par un environnement qui sera, bien évidemment, paysager.

 

Jean-Pierre Barbier, président du Département de l'Isère. © Yuliya Ruzhechka - www.placegrenet.fr

Jean-Pierre Barbier, président du département de l'Isère. © Yuliya Ruzhechka - www.placegrenet.fr

Mais, surtout, cela doit permettre d'avoir des axes de transit départementaux. La question se pose de manière importante puisque, avec la métropolisation, les voiries doivent être cédées à la Métropole. Sauf que Grenoble et sa métropole sont au centre du “Y”. Tous nos axes de transit départementaux doivent passer par les vallées !

 

J'entends bien l'argument qui consiste à dire que, si l'on fait deux fois trois voies, on crée un “aspirateur à voitures”. Mais encore leur faut-il une destination !

 

Il s'agit d'un itinéraire de contournement et de transit vers les massifs de l'Oisans et, bien évidemment, il ne s'agit pas de reconstituer ici une autoroute A7 où, en effet, nous avons un débit qui est plus qu'important.

 

C'est un enjeu majeur pour la Métropole, un enjeu auquel je suis très attaché et sur lequel je suis très vigilant. Je regarde les positions de la Métropole avec attention parce que demain, si la totalité des axes doit lui être transférée, il faut que tout ceci puisse continuer à assurer la circulation des véhicules sur l'ensemble du département.

 

 

Une région et un département à droite, une métropole et sa ville-centre à gauche. Comment gérez-vous cette configuration “géopolitique” particulière ? Est-ce un frein aux ambitions départementales ? Coexistence pacifique ou combat de tous les jours ?

 

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 62 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

COUV Myriam Martin-Arrête, conseillère municipale déléguée à l'économie sociale et solidaire, et Isabelle Eymeri Weihoff, adjointe aux solidarités à Pont-de-Claix, lors de la présentation du complément minimum garanti séniors, le 30 juin 2021. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Pont-de-Claix lance un com­plé­ment mini­mum garanti pour les séniors, un dis­po­si­tif quasi « inédit » en France

FOCUS - S’inspirant du concept de revenu universel, la Ville de Pont-de-Claix lance un dispositif de « complément minimum garanti ». Et coche ainsi l’un Lire plus

Tag Vive le RSA rue Gabriel Péri à Grenoble. © Florent Mathieu - Place Gre'net
RSA : le Département de l’Isère, accusé (à nou­veau) de « chasse aux pauvres », se défend et envi­sage de por­ter plainte

  FOCUS – Le Département de l'Isère serait dans l'illégalité et pratiquerait la "chasse aux pauvres", à en croire un document anonyme adressé aux rédactions. Lire plus

Reconfinement : le Département de l’Isère repousse le vote de son bud­get… et s’in­quiète pour les Ehpad

  FOCUS - Le Département de l'Isère fait face à un nouveau confinement, sur fond de situation tendue au niveau social. L'inquiétude est de mise Lire plus

La galère d'un allocataire du RSA pour trouver de l'aide alimentaire les premiers jours du reconfinement
Aide ali­men­taire : la galère d’un allo­ca­taire du RSA à Grenoble, les pre­miers jours du reconfinement

  TÉMOIGNAGE – Stéphane, allocataire grenoblois du RSA, décrit la galère pour se nourrir durant les premiers jours du confinement. En cause? La fermeture des Lire plus

Isère : un bud­get 2020 “his­to­rique” avec plus de 400 mil­lions d’investissement

  FOCUS - Le conseil départemental de l'Isère a voté son budget 2020 les 19 et 20 décembre derniers. Un budget marqué par la « maîtrise des Lire plus

Tag Vive le RSA rue Gabriel Péri à Grenoble. © Florent Mathieu - Place Gre'net
Après le rejet (par­tiel) en jus­tice du dis­po­si­tif béné­vo­lat contre RSA, le Département de l’Isère revoit sa copie

DÉCRYPTAGE - Le conseil départemental de l'Isère peut-il demander aux allocataires du Revenu de solidarité active (RSA) de faire du bénévolat ? Non, si la Lire plus

Flash Info

|

24/06

13h49

|

|

24/06

10h01

|

|

24/06

8h54

|

|

23/06

15h35

|

|

23/06

13h00

|

|

23/06

10h34

|

|

22/06

17h25

|

|

22/06

12h17

|

|

22/06

11h24

|

|

22/06

10h16

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 35 : « Le second tour des légis­la­tives en Isère »

Législatives| Carte inter­ac­tive légis­la­tives 2022 : l’en­semble des résul­tats du second tour en isère

Législatives| Résultats des légis­la­tives 2022 en Isère : 4 dépu­tés Ensemble, dont Olivier Véran, 4 élus Nupes, un LR et un RN

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin