Alpes du Nord : l’hiver 2015 le plus chaud depuis 1959… et ce n’est pas fini

sep article

FOCUS – Nouveau record de douceur cet hiver dans les Alpes septentrionales. La saison 2015 – 2016 est la plus chaude jamais enregistrée depuis 1959 par l’Observatoire du changement climatique dans les Alpes du Nord. Et la tendance va se poursuivre, au moins pour les trente prochaines années.

 

 

 

Remontées mécaniques à la station de ski de Lans-en-Vercors avec un peu de neige et beaucoup d'herbe le 27 décembre 2015. © Paul Turenne - placegrenet.fr

27 décembre 2015 à Lans-en-Vercors : un peu de neige, et beau­coup d’herbe… © Paul Turenne – placegrenet.fr

On s’en dou­tait. L’Observatoire savoyard du chan­ge­ment cli­ma­tique dans les Alpes du Nord le confirme. L’hiver 2015 – 2016 est le plus chaud jamais enre­gis­tré dans cette par­tie des Alpes, depuis les pre­mières mesures en 1959.

 

Par rap­port à la période 1981 – 2010, les tem­pé­ra­tures rele­vées cet hiver sont supé­rieures en moyenne de 2,7 °C à la nor­male, et même de 3,4 °C par rap­port à la période 1961 – 1990. Par rap­port à l’hi­ver pré­cé­dent, on gagne éga­le­ment + 1,5 °C.

 

 

De fait, les records pleuvent. Balayé, le mois déjà excep­tion­nel­le­ment doux de décembre 2000… Décembre 2015 devient le mois le plus chaud jamais enre­gis­tré, avec une tem­pé­ra­ture moyenne men­suelle supé­rieure à la nor­male de 4,8 °C. Record d’ensoleillement éga­le­ment, avec vingt-cinq jours de par­fait beau temps.

 

Le début de l’année 2016 a suivi la même ten­dance. Les mois de jan­vier et février ont été parmi les plus chauds, note l’Observatoire, avec des tem­pé­ra­tures jour­na­lières excep­tion­nelles. Le 21 février, il fai­sait ainsi 16,7 °C à Bourg-Saint-Maurice.

 

L'hiver 2015-2016 a battu des records de douceur. Dans le Vercors notamment, il a bien fallu s'adapter

L’hiver 2015 – 2016 a battu des records de dou­ceur. Dans le Vercors notam­ment, il a bien fallu s’a­dap­ter. © Patricia Cerinsek

L’hiver fut doux, mais il fut aussi l’un des plus arro­sés. Conséquence immé­diate : dif­fi­cile de voir tom­ber de la neige, sous 1.800 mètres. Changement cli­ma­tique ? Si la hausse des tem­pé­ra­tures ne fait aucun doute, les scien­ti­fiques sont plus cir­cons­pects quant à l’é­vo­lu­tion des pré­ci­pi­ta­tions.

 

Seule cer­ti­tude : il fait, et il fera, plus chaud. « On observe, sur le long terme, une lente éro­sion des périodes hiver­nales froides », relève l’Observatoire. Lequel, pru­dent, pré­cise : « Bien que cette ana­lyse pros­pec­tive ne pré­sage en rien de l’avenir, elle indique clai­re­ment que les périodes de dou­ceur prennent le pas sur celles de froid. »

 

En un demi-siècle, les Alpes se sont réchauf­fées deux fois plus vite que le reste du globe. Rien ne dit que l’accélération va conti­nuer demain. Mais la ten­dance au réchauf­fe­ment va, elle, vrai­sem­bla­ble­ment se pour­suivre ces trente pro­chaines années. Les scien­ti­fiques en sont per­sua­dés, tels Christophe Chaix, géo­graphe-cli­ma­to­logue à l’Observatoire du chan­ge­ment cli­ma­tique, inter­rogé en sep­tembre der­nier par Place Gre’net.

 

 

Patricia Cerinsek

 

 

Musée de Grenoble et ses artistes du XIXe siècle
commentez lire les commentaires
2466 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.