La gan­te­rie gre­no­bloise peut-elle reprendre la main ?

La gan­te­rie gre­no­bloise peut-elle reprendre la main ?

REPORTAGE PHOTO. Dès le XIXe siècle, Grenoble devient la capitale mondiale du gant de luxe, avec des grandes maisons comme Perrin, Jouvin ou encore Vallier. La ganterie participe largement au développement économique de la ville, une famille sur deux vivant de cette activité. Mais la fin des années 1960 sonne le glas de cette industrie. Des quelque deux cents ganteries installées dans l’agglomération, on n’en compte plus que deux aujourd’hui : les ganteries Lesdiguières-Barnier et Marianne. Petit traité de résistance.

« Lorsque j’étais jeune, l’apprentissage de la couture se transmettait de mère en fille. Pour ma part, c’est une voisine qui m’a appris à coudre des gants : elle faisait ce travail à domicile et je me suis dit que cela serait compatible avec mon rôle de mère de famille », confie Marie-Anne Jacquemoud, qui dirige aujourd’hui Gants Marianne à Grenoble.

Jean Strazzeri, gantier et dirigeant de la maison Lesdiguières-Barnier, dans son atelier. ©Yuliya Ruzhechka - www.placegrenet.fr

Jean Strazzeri. © Yuliya Ruzhechka

Avec Jean Strazzeri, aux manettes de la ganterie Lesdiguières-Barnier, ils ne sont plus que deux artisans gantiers à Grenoble. Lui a débuté dans le métier en 1964. Avec un CAP de coupeur, il a commencé comme apprenti dans la ganterie Lesdiguières.

À l’époque, l’entreprise compte 120 employés, 50 dans l’atelier et 70 à domicile. Il fait ses armes auprès de Jean Marino, le directeur de l’époque, qui le forme progressivement aux différentes étapes de la production. Suite à des licenciements, les employés doivent être polyvalents. « Aujourd’hui, je suis le seul ouvrier en France qui peut fabriquer une paire de gants du début à la fin », s’amuse le gantier.

Marie-Anne Jacquemoud : 54 ans de carrière dans le gant

Marie-Anne commence pour sa part sa carrière en 1962. Elle travaille à domicile pour des gantiers grenoblois. Dix ans plus tard, elle produit exclusivement pour la ganterie Notturno, à domicile d’abord, puis rejoint les ateliers à partir de 1985, où elle apprend toutes les étapes de la production, « sauf la coupe, un travail plus physique, traditionnellement réservé aux hommes », se souvient-elle.

Marie-Anne Jacquemoud dans l'atelier-magasin de la ganterie Marianne. ©Yuliya Ruzhechka - www.placegrenet.fr

Marie-Anne Jacquemoud © Yuliya Ruzhechka

L’entreprise reçoit des commandes du cinéma français, pour des films historiques comme La Reine Margot ou encore la série télévisée Les Rois maudits. A la mort de Salvator Notturno en 2008, les stocks de la ganterie sont vendus et la maison ferme ses portes. L’histoire de Marie-Anne aurait pu s’arrêter là. Mais en 2009, quatre magasins suisses, ex-clients de Notturno, souhaitent continuer à s’approvisionner en gants de chevreau. Marie-Anne revient dans la profession. La ganterie Marianne ouvre alors ses portes en 2010.

Aujourd’hui, le monde du théâtre et du cinéma comptent parmi ses clients : « J’ai récemment fabriqué les gants de Louis XIV pour la série télévisée Versailles, confie-t-elle un brin amusée. Et j’ai aussi travaillé pour la comédie musicale Roméo et Juliette. »

Jean Strazzeri : d'apprenti à dirigeant d'entreprise

Quant à la ganterie Lesdiguières-Barnier, c’est aujourd’hui une entreprise familiale. Jean Strazzeri travaille avec son épouse Odile, qui s’occupe depuis 1980 du secrétariat et de la gestion, tout en prenant part à la production. « En m’épousant, elle a épousé le métier », sourit Jean. Leur fille Julie s’occupe du magasin, et plus rarement de l’atelier. La ganterie compte encore trois salariés : deux couturières et un coupeur — des retraités qui travaillent, comme autrefois, à domicile.

En 1994, Jean Strazzeri rachète la ganterie Barnier à Fontaine. « Je suis arrivé dans la profession comme apprenti et maintenant je dirige l’entreprise ! », résume-t-il avec fierté. L’ancienne fabrique et l’habitation du gantier sont situées à Fontaine depuis 1885. « C’est la plus ancienne fabrique de gants de France. La maison où j’habite aujourd’hui a toujours été occupée par des gantiers ! », se plaît-il à rappeler.

Jean Strazzeri, gantier et dirigeant de la maison Lesdiguières-Barnier, dans son atelier. ©Yuliya Ruzhechka - www.placegrenet.fr

Toutes les étapes de la fabrication sont restées traditionnelles. « Il n’y a pas de place pour les évolutions technologiques chez nous. On travaille comme autrefois », affirme Jean Strazzeri. © Yuliya Ruzhechka - placegrenet.fr

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 61 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

YR

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Disparition de Marie-Françoise Proust-Baudry, présidente de l'Observatoire isérois de la parité entre les femmes et les hommes
Disparition de Marie-Françoise Proust-Baudry, pré­si­dente de l’Observatoire isé­rois de la parité entre les femmes et les hommes

FLASH INFO - L'Observatoire isérois de la parité entre les femmes et les hommes (OIP) pleure sa présidente. Marie-Françoise Proust-Baudry s'est en effet éteinte à Lire plus

Entre 20 000 et 40 000 personnes ont manifesté contre la réforme des retraite le 31 janvier 2023. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Mobilisation en hausse contre la réforme des retraites : des dizaines de mil­liers de mani­fes­tants à Grenoble

REPORTAGE VIDÉO - Entre 20 000 et 40 000 personnes120 000 pour les autorités, 40 000 pour les syndicats. sont descendues dans la rue à Lire plus

Grenoble : affi­chage sau­vage de Dernière Rénovation, mou­ve­ment éco­lo­giste pour la réno­va­tion ther­mique… « d’urgence »

REPORTAGE - Une quinzaine de militants de Dernière Rénovation (DR) ont mené une action d'affichage sauvage dans les rues du centre de Grenoble, jeudi 26 Lire plus

Audience solennelle de rentrée du tribunal judiciaire de Grenoble le 27 janvier 2023. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Le tri­bu­nal judi­ciaire de Grenoble déplore tou­jours un manque de moyens mais se réjouit d’une nou­velle organisation

FOCUS - À l'occasion de l’audience solennelle de rentrée du tribunal judiciaire de Grenoble, le 27 janvier 2023, le procureur de la République Éric Vaillant Lire plus

Neuf auteurs ont apporté leur contribution à la rédaction de l'ouvrage que vient d'éditer l'Université inter-âges du Dauphiné (UIAD). © Martin de Kerimel - Place Gre'net
L’Université inter-âges du Dauphiné édite un livre sur le sens du travail

EN BREF - Quel sens donner au travail ? Quelle est sa place au sein de nos aspirations individuelles et collectives ? Quelles évolutions à Lire plus

Chronique Place Gre'net - RCF 54: "Une conférence qui a beaucoup fait parler d'elle"
Chronique Place Gre’net – RCF 54 : « Une confé­rence qui a beau­coup fait par­ler d’elle »

CHRONIQUE - Place Gre'net s'associe à la radio RCF Isère chaque lundi midi dans la chronique L'Écho des médias. Notre objectif ? Revenir sur une Lire plus

Flash Info

|

01/02

10h32

|

|

30/01

19h26

|

|

30/01

18h22

|

|

30/01

17h46

|

|

30/01

17h10

|

|

30/01

12h18

|

|

28/01

17h12

|

|

27/01

8h30

|

|

25/01

16h10

|

|

25/01

15h18

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 54 : « Une confé­rence qui a beau­coup fait par­ler d’elle »

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 53 : « Une drôle de polé­mique autour des pigeons à Grenoble »

Abonnement| Les loups bien pré­sents en Isère, y com­pris dans le nord du dépar­te­ment, avec 22 meutes recen­sées en 2022

Agenda

Je partage !