“Grenoble, ville de demain” : une plateforme “couteau suisse”

sep article



FOCUS – Une nouvelle démarche vient d’être lancée par la ville de Grenoble, avec une ambition à la hauteur de la communication déployée : trouver les solutions pour réussir la transition écologique, sociale et économique à Grenoble. Revers de la médaille, elle n’est pas des plus simples à appréhender…

 

 

 

La ville de Grenoble lan­çait ce mardi 26 jan­vier devant plus de deux cents per­sonnes sa pla­te­forme « Grenoble ville de demain » dans le patio du musée de Grenoble. Une affluence tout à fait hono­rable où se mélan­geaient – une fois n’est pas cou­tume – habi­tants, étu­diants, retrai­tés, cher­cheurs, entre­pre­neurs, acteurs cultu­rels…

 

De gauche à droite : Valérie Lasek, Éric Piolle, Luc Gwiazdzinski. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net ,

De gauche à droite : Valérie Lasek, Éric Piolle, Luc Gwiazdzinski. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

En quoi consiste cette nou­velle démarche que la Ville sort des car­tons ? Qu’est-ce que c’est ? Beaucoup à la fois… Boîte à outils, cou­teau suisse, c’est en même temps « une com­mu­nauté », des « ate­liers », une « fabrique », un « label », un « kiosque » et « des par­te­na­riats », excu­sez du peu.

 

L’idée est de fédé­rer autour de la Ville une syner­gie d’ac­teurs issus de la société civile, du monde intel­lec­tuel et uni­ver­si­taire, du sec­teur privé, etc. qui sou­haitent faire de Grenoble la ville post Cop21 à la pointe de la tran­si­tion… Et ce dans tous les domaines. N’en jetez plus !

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

A la rentrée, (re)mettez-vous en selle en toute sécurité : Grenoble-Alpes Métropole compte plus de 450 km de pistes cyclables.
commentez lire les commentaires
4987 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Ping : “Grenoble, ville de demain” : une plateforme “couteau suisse” - L'Agence veille pour vous

  2. J’ai lu le pro­jet je n’y com­prends pas grand chose : L’idée est pro­ba­ble­ment très bonne elle sort des sen­tiers bat­tus ! En revanche, la mise en oeuvre est un peu far­fe­lue : « le cou­teau suisse » des idées, c’est vrai, mais le manque de réa­lisme pour de nom­breux admi­nis­trés hor­mis la com­mu­nauté déjà convain­cue.
    Personnellement la ques­tion de l’ac­ces­si­bi­lité et la com­pré­hen­sion res­tent pro­ba­ble­ment ainsi à construire.
    La réus­site passe sou­vent par du très concret, l’exemple de la Confluence à Lyon est révé­la­teur, une refonte com­plète de la ville de demain construire autour des anciens quais mar­chants, avec une véri­table inté­gra­tion du vivre ensemble : lieux com­muns bureaux/logements, éco­ef­fi­ci­ca­cité, école de quar­tier BBC, jar­dins fami­liaux au milieux des rési­dences, trans­ports durables à vélos, et véhi­cules élec­triques, bou­tiques com­mer­çantes dans un centre commercial…bref du concret du vivant, une cocons­truc­tion « com­mu­nau­taire », loin des dis­cours trop techno et bien pen­sants pour ren­trer dans le réel. WWF l’a salué.
    Mais tout ça coute cher, très cher, et l’ac­ces­si­bi­lité a une com­mu­nauté écolo bobo pose clai­re­ment la ques­tion de soli­da­rité. Je me méfie donc des grands dis­cours sur ces sujets où je n’ai rien vu de sou­te­nable et d’ac­ces­sible éco­no­mi­que­ment, où la dimen­sion soli­daire, vers les plus fra­giles doit être le cri­tère du mieux vivre « ensemble ». Le pro­jet actuel de Grenoble est vrai­ment trop tech­no­crate.

    sep article
  3. Merci pour ce résumé. Comme je n’a­vais pas pu y aller, je suis un peu au cou­rant.
    Ce qui me fait vrai­ment sou­rire, c’est la dif­fé­rence entre cette muni­ci­pa­lité qui ose inno­ver parce qu’elle est neuve en poli­tique et veut inven­ter l’a­ve­nir, et l’op­po­si­tion toutes ten­dances confon­dues (PS, LR ou FN), des vieux bris­cards poli­ti­ciens qui veulent tou­jours mener la poli­tique à la pépère.
    Place à l’in­no­va­tion, on verra ce qu’elle don­nera.

    sep article