“Grenoble, ville de demain” : une plateforme “couteau suisse”

sep article

FOCUS – Une nouvelle démarche vient d’être lancée par la ville de Grenoble, avec une ambition à la hauteur de la communication déployée : trouver les solutions pour réussir la transition écologique, sociale et économique à Grenoble. Revers de la médaille, elle n’est pas des plus simples à appréhender…

 

 

 

La ville de Grenoble lançait ce mardi 26 janvier devant plus de deux cents personnes sa plateforme « Grenoble ville de demain » dans le patio du musée de Grenoble. Une affluence tout à fait honorable où se mélangeaient – une fois n’est pas coutume – habitants, étudiants, retraités, chercheurs, entrepreneurs, acteurs culturels…

 

De gauche à droite : Valérie Lasek, Éric Piolle, Luc Gwiazdzinski. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net ,

De gauche à droite : Valérie Lasek, Éric Piolle, Luc Gwiazdzinski. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

En quoi consiste cette nouvelle démarche que la Ville sort des cartons ? Qu’est-ce que c’est ? Beaucoup à la fois… Boîte à outils, couteau suisse, c’est en même temps « une communauté », des « ateliers », une « fabrique », un « label », un « kiosque » et « des partenariats », excusez du peu.

 

L’idée est de fédérer autour de la Ville une synergie d’acteurs issus de la société civile, du monde intellectuel et universitaire, du secteur privé, etc. qui souhaitent faire de Grenoble la ville post Cop21 à la pointe de la transition… Et ce dans tous les domaines. N’en jetez plus !

 

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
4347 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. J’ai lu le projet je n’y comprends pas grand chose: L’idée est probablement très bonne elle sort des sentiers battus ! En revanche, la mise en oeuvre est un peu farfelue: « le couteau suisse » des idées, c’est vrai, mais le manque de réalisme pour de nombreux administrés hormis la communauté déjà convaincue.
    Personnellement la question de l’accessibilité et la compréhension restent probablement ainsi à construire.
    La réussite passe souvent par du très concret, l’exemple de la Confluence à Lyon est révélateur, une refonte complète de la ville de demain construire autour des anciens quais marchants, avec une véritable intégration du vivre ensemble: lieux communs bureaux/logements, écoefficicacité, école de quartier BBC, jardins familiaux au milieux des résidences, transports durables à vélos, et véhicules électriques, boutiques commerçantes dans un centre commercial…bref du concret du vivant, une coconstruction « communautaire », loin des discours trop techno et bien pensants pour rentrer dans le réel. WWF l’a salué.
    Mais tout ça coute cher, très cher, et l’accessibilité a une communauté écolo bobo pose clairement la question de solidarité. Je me méfie donc des grands discours sur ces sujets où je n’ai rien vu de soutenable et d’accessible économiquement, où la dimension solidaire, vers les plus fragiles doit être le critère du mieux vivre « ensemble ». Le projet actuel de Grenoble est vraiment trop technocrate.

    sep article
  2. Merci pour ce résumé. Comme je n’avais pas pu y aller, je suis un peu au courant.
    Ce qui me fait vraiment sourire, c’est la différence entre cette municipalité qui ose innover parce qu’elle est neuve en politique et veut inventer l’avenir, et l’opposition toutes tendances confondues (PS, LR ou FN), des vieux briscards politiciens qui veulent toujours mener la politique à la pépère.
    Place à l’innovation, on verra ce qu’elle donnera.

    sep article