Claus Habfast : “Je pense qu’Alpexpo sera à l’équilibre l’année prochaine”

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

INTERVIEW – À l’heure du bilan de l’édition 2015 de la Foire de Grenoble, Claus Habfast, président directeur général d’Alpexpo, revient sur ces dix jours de festivités. L’occasion pour le conseiller municipal à la ville de Grenoble et vice-président de la Métro d’expliquer les défis qui attendent le Palais des expositions de Grenoble dans les prochains mois pour revenir à un équilibre budgétaire. 

 

 

 

© Service communication Foire de Grenoble

© Foire de Grenoble

En perte de vitesse depuis plu­sieurs années, Alpexpo aurait-il réussi à ren­ver­ser la ten­dance ? Malgré un contexte com­pli­qué (moro­sité éco­no­mique, foire décli­nante, temps prin­ta­nier et atten­tats de Paris), l’édition 2015 de la Foire de Grenoble a battu cette année son record d’affluence, en accueillant près de 104.000 visi­teurs. Toujours dans l’objectif de se rele­ver, le Palais des expo­si­tions de Grenoble a changé de mode d’exploitation en juillet der­nier et un nou­veau délé­ga­taire devrait être dési­gné dans les pro­chains mois.

 

 

 

Le changement de stratégie opéré pour la Foire de Grenoble 2015 s’est-il révélé payant ?

 

Claus Habfast : La Foire de Grenoble était en perte de vitesse depuis plus de six ou sept ans car Guy Chanal (l’ancien direc­teur du parc évé­ne­men­tiel, ndlr) avait fait le mau­vais choix de la posi­tion­ner en évé­ne­ments haut de gamme. Le nombre de visi­teurs était en baisse. Aujourd’hui, il faut savoir que les foires ont la vie dure. Les gens viennent essen­tiel­le­ment pour l’animation. Il y a toute une mix­ture à faire pour que cela fonc­tionne, comme c’est le cas à la Foire de Beaucroissant.

 

On a réussi à vendre 5 à 7 % de plus de sur­faces aux expo­sants. Et grâce à un inves­tis­se­ment mas­sif dans la com­mu­ni­ca­tion et l’animation, on a créé l’envie de venir à la Foire de Grenoble.

 

 

Les attentats de Paris survenus le 13 novembre dernier ont-ils eu un impact sur la fréquentation ?

 

Même si nous avons ren­forcé la sécu­rité, nous avons ter­miné la foire sur un rythme moindre. Toutefois, cette année, on a au final enre­gis­tré une hausse de la fré­quen­ta­tion de 40 %, alors que la foire a duré un jour de moins. S’il n’y avait pas eu ces évé­ne­ments, on aurait peut-être cha­touillé les 110.000 visi­teurs.

 

Sans trop s’avancer, on peut esti­mer le chiffre d’affaires des com­mer­çants à plus de 20 mil­lions d’euros car le panier moyen d’un visi­teur est d’environ 200 euros. L’année pro­chaine, on espère renouer avec ce suc­cès popu­laire de la foire.

 

© Service communication Foire de Grenoble

© Foire de Grenoble

 

Avec ce premier succès, peut-on aujourd’hui parler de renouveau pour Alpexpo ?

 

La foire est un évé­ne­ment impor­tant, mais Alpexpo n’est pas seule­ment la foire. Il faut aussi que le reste fonc­tionne. C’est aussi pour cela que l’on accueille les salons Naturissima, Artisa et Mountain Planet. Tous ces évé­ne­ments sont sur une pente posi­tive. Le deuxième métier d’Alpexpo est d’héberger des évé­ne­ments. Beaucoup de mani­fes­ta­tions néces­sitent deux ou trois ans de pré­pa­ra­tion. On a ainsi récem­ment can­di­daté pour accueillir une grande confé­rence inter­na­tio­nale en 2020. Cette pros­pec­tion va se révé­ler payante à moyen terme.

 

 

Claus Habfast. © Nils Louna - placegrenet.fr

Claus Habfast. © Nils Louna – placegrenet.fr

Début 2015, la dette vis-à-vis de la Ville s’élevait à 2,8 mil­lions d’euros. Quelle est aujourd’­hui la situa­tion finan­cière d’Alpexpo ? Pensez-vous retrou­ver un équi­libre finan­cier grâce au plan d’a­ve­nir et d’ici quelle échéance ?

 

On a convenu avec la ville de Grenoble de mettre en place un rem­bour­se­ment sur dix ans. À la fin octobre, on avait déjà rem­boursé 300.000 euros. Il faut regar­der l’ensemble des comptes mais je pense que nous serons à l’équilibre l’année pro­chaine car nous avons déjà beau­coup de réser­va­tions. Il faut trou­ver le bon équi­libre entre l’investissement et les dépenses de fonc­tion­ne­ment.

 

 

La Sem devait être remplacée par une Société publique locale (SPL), composée à 100 % de collectivités territoriales, pour assurer l’exploitation d’Alpexpo pendant quelques mois. Où en est-on aujourd’hui ? Le choix du délégataire doit-il toujours intervenir au premier trimestre 2016 ?

 

La SPL a été choi­sie le 30 juillet der­nier. Depuis, elle pour­suit son tra­vail de redres­se­ment du chiffre d’affaires. Quant au choix du délé­ga­taire, l’appel à pro­jets est en cours. L’analyse des réponses se fait par un petit groupe d’élus dont je ne fais pas par­tie. C’est la ville de Grenoble qui l’organise mais des réponses sont atten­dues pro­chai­ne­ment. Des pro­po­si­tions de délé­ga­taires seront pro­chai­ne­ment faites au maire de Grenoble et nous devrions avoir une réponse d’ici trois ou quatre mois.

 

 

 Maïlys Medjadj

 

 

 

CHIFFRES CLÉS DE LA FOIRE DE GRENOBLE 2015 :

 

La grande roue, attraction phare de l'édition 2015 de la Foire de Grenoble. © Foire de Grenoble

La grande roue, attrac­tion phare de l’é­di­tion 2015 de la Foire de Grenoble. © Foire de Grenoble

450 expo­sants

103.934 visi­teurs uniques en dix jours

 

Hausse de la fré­quen­ta­tion de 46 % par rap­port à 2014 (71.235 en 11 jours)

 

Meilleure jour­née : le 11 novembre, avec 16.855 visi­teurs

Meilleure heure : le 11 novembre entre 14 et 15 heures : 2.895 per­sonnes

Meilleure noc­turne : 13 novembre 5.500 visi­teurs entre 18 et 23 heures

 

 

Compte tenu de la ten­dance constante obser­vée sur les huit pre­miers jours, l’impact des atten­tats de Paris sur les visites du week-end des 14 et 15 novembre est estimé à – 50%.

 

 

 

À lire éga­le­ment sur Place Gre’net :

 

- Un plan d’avenir et une DSP pour Alpexpo

- Claus Habfast : « Subventionner Alpexpo est légi­time »

 

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
4487 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. Tiens le com­mu­ni­cant du syn­chro­tron devenu Maire Adjoint Habfast com­mu­nique sur un équi­libre finan­cier à Grenoble ? L’équipement métro­po­li­tain aujourd’­hui est arrosé de sub­ven­tions publiques. Habfast veut jus­ti­fier une meilleure ges­tion, il a for­cé­ment mieux géré que des bobos anciens en exa­men, mais il est tota­le­ment démago je mets ma main à cou­per que l’é­qui­libre n’est pas pour demain.

    sep article
  2. Bon article d’une triste réa­lité.

    Attention tou­te­fois à des rac­cour­cis ce n’est pas en ven­dant 7% de sur­face sup­plé­men­taire que les reve­nus sont direc­te­ment plus consé­quents, car l’an­cien posi­tion­ne­ment trai­tait aussi de cout de loca­tion plus éle­vés au metre carré…les recettes sont donc à consi­dé­rer glo­ba­le­ment et non au mètre carré loué.

    Bref, hors sub­ven­tion la situa­tion semble encore plus loin de l’é­qui­libre : La ges­tion actuelle n’est pas « tota­le­ment rose » et l’an­cienne « com­plé­te­ment noire », la réa­lité est pro­ba­ble­ment entre les deux…j’ai sol­li­cité la CADA pour en savoir davan­tage mais les élus trainent, trainent pour four­nir quelques chiffres ! Et oui l’o­pen data c’est pour les autres.

    sep article
  3. Bonjour,
    Cette ges­tion cala­mi­teuse n’a fait l’ob­jet d’au­cune plainte. Pourtant des masses d’ar­gents consi­dé­rable ont été gas­pillée, très mal uti­li­sées sans que per­sonne ne soit inquié­tée. Après les mal­ver­sa­tions finan­cières dans les centres sociaux (pro­blème pas encore résolu mal­grés cour­rier au pre­fet) , dans la ges­tion de struc­ture comme l’al­pexpo nous n’en­ten­dons per­sonnes aucun zorro de la nou­velle muni­ci­pa­lité ni aucun zozo de l’op­po­si­tion.
    Nous sommes pris en otage par un pou­voir poli­tique incom­pé­tent dans une période où il nous fau­drait des vision­naires non pas des poli­tiques de der­nier de la classe.
    Place Gre’net pour­rait nous par­ler de l’aug­men­ta­tion par deux des trai­te­ments touches par les élus de la métro (du FN aux parti de gauche )??????
    Quand nos élus parlent argent ils s’en­tendent très très très bien.…..
    BENYOUB ABDELKADER
    « ALLONS – QUARTIERS  »

    sep article
  4. Bonjour,
    Il fau­drait expli­quer aux gre­no­blois com­ment a été gère cette struc­ture pen­dant ces 20 der­nières années. Mais bon,il ne faut pas tout dire,il y a des choses que la popu­la­tion ne com­pren­drais pas.
    ON ENFUME L’ELECTEUR ENCORE UNE FOIS.
    BENYOUB ABDELKADER
    « ALLONS QUARTIERS  »

    sep article
    • Sans vou­loir polé­mi­quer – au-delà du fait que Place Gre’net n’existe que depuis 2013 et que les déboires d’Alpexpo ont été abon­dam­ment trai­tés dans la presse locale – nous vous invi­tons à lire l’inter­view de Dominique Verdiel, direc­teur du maga­zine Les Affiches (acces­sible entiè­re­ment pour les abon­nés de Place Gre’net). Ce der­nier y est inter­rogé suite à la paru­tion de son ouvrage, dans lequel il parle notam­ment de « désastre de la ges­tion Pilaud-Chanal », res­pec­ti­ve­ment ancien direc­teur d’Alpexpo et ancien adjoint de Michel Destot et pré­sident d’Alpexpo, qua­li­fiés de « deux tristes per­son­nages ».

      sep article