Du jardin en ville à l’agriculture urbaine

sep article



BLOG ARCHITECTURE – Le retour de la nature en ville n’aura échappé à personne. Depuis plusieurs années maintenant, les initiatives se multiplient pour cultiver ou “jardiner” la ville. Des parcs aux toits, cette nature urbaine forme surtout le socle d’un lien social de proximité. En périphérie, l’agriculture périurbaine soutient le développement de circuits courts défendant des valeurs écologiques. Ce mois-ci, nous vous invitons à découvrir les acteurs de ces réseaux.

 

 

 

 

 

La ville et la production agricole

 

 

Champ des agriculteurs biologiques de Chabons (Crédit Aymeric Manuel)

Champ des agri­cul­teurs bio­lo­giques de Chabons © Aymeric Manuel

Ville et agri­cul­ture ont tissé des liens étroits au cours de l’histoire. Les villes antiques, médié­vales se sont déve­lop­pées à proxi­mité d’espaces agri­coles qui leur per­met­taient de sub­ve­nir à leurs besoins. La ville s’est construite autour de places, l’espace public où se dérou­lait le mar­ché, lieu d’échanges et de com­merce des pro­duits agri­coles. Elle était dépen­dante d’une cou­ronne ou d’un arrière-pays pour son ali­men­ta­tion.

 

Au XIXe siècle, l’éclatement de la ville médié­vale et l’industrialisation ont éloi­gné les lieux de pro­duc­tion agri­cole des lieux de consom­ma­tion. C’est à ce moment-là que des jar­dins fami­liaux sont appa­rus en ville. Ils étaient en géné­ral asso­ciés à l’habitat ouvrier et per­met­taient aux popu­la­tions à faible revenu de sub­ve­nir à une par­tie de leurs besoins ali­men­taires.

 

 

 

Différentes formes de jardins en ville

 

 

Aujourd’hui, les pota­gers urbains réap­pa­raissent. On parle de jar­dins par­ta­gés ou de jar­dins col­lec­tifs. Certains sont le lieu d’une véri­table pro­duc­tion de fruits et légumes, mais la plu­part sont des lieux de ren­contres pour un quar­tier et consti­tuent le sup­port au lien social.

 

Dans l’agglomération gre­no­bloise, dif­fé­rentes ini­tia­tives carac­té­risent cette émer­gence : le réseau des jar­dins par­ta­gés por­tés par l’association Brin d’Grelinette comp­ta­bi­lise, par exemple, plu­sieurs dizaines d’initiatives dans les quar­tiers. L’association Culture hors-sol, ins­tal­lée sur les toits de la Casemate, pro­pose une autre manière de culti­ver la ville en uti­li­sant l’espace dis­po­nible sur les toits. On peut éga­le­ment citer le pro­gramme muni­ci­pal Jardinons nos rues qui pro­pose aux habi­tants de s’approprier leurs trot­toirs par des plan­ta­tions végé­tales.

 

 

Plantation de noyer, plaine du Bas-Royan entre Grenoble et Valence © Ivan Mazel

Plantation de noyer, plaine du Bas-Royan entre Grenoble et Valence. © Ivan Mazel

 

 

L’agriculture urbaine et les circuits courts

 

 

Par ailleurs, la moder­ni­sa­tion de l’agriculture au cours du XXe siècle s’est tra­duite par une méca­ni­sa­tion accrue, une inten­si­fi­ca­tion des tech­niques de pro­duc­tion par l’usage de pes­ti­cides et d’engrais chi­miques. La prise de conscience aujourd’hui des consé­quences sur l’environnement d’une agri­cul­ture inten­sive favo­rise le déve­lop­pe­ment de pra­tiques agri­coles plus res­pec­tueuses des éco­sys­tèmes, comme l’agriculture bio­lo­gique.

 

De la même manière, les pol­lu­tions engen­drées par le trans­port d’aliments sur de longues dis­tances met en valeur l’importance des cir­cuits locaux de dis­tri­bu­tion. Dans la cuvette gre­no­bloise, ce mou­ve­ment se concré­tise à tra­vers le réseau des Amap de l’Isère (Associations pour le main­tien d’une agri­cul­ture pay­sanne) mais aussi par la pré­sence d’agriculteurs locaux sur les mar­chés et par les maga­sins de pro­duc­teurs implan­tés à la péri­phé­rie de l’agglomération.

 

Yvan et Marie, les deux agriculteurs installés en biologique à Châbons à 40 km de Grenoble.

Yvan et Marie, les deux agri­cul­teurs ins­tal­lés en bio­lo­gique à Châbons à 40 km de Grenoble.

 

 

Ivan Mazel et Rémy Vigneron

 

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
4024 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.