AVC : le combat de Mathieu, cuisinier, après son attaque cérébrale

sep article



PORTRAIT – A l’occasion de la journée mondiale de l’accident vasculaire cérébral (AVC), ce jeudi 29 octobre, Mathieu Mélo, Isérois qui a subi un AVC ischémique à 27 ans, a accepté de raconter son parcours du combattant. Rencontre deux ans et demi après cette attaque cérébrale, alors qu’il s’apprête à reprendre progressivement une activité professionnelle.

  

 

 

Mathieu Mélo. © Véronique Magnin – placegrenet.fr

Mathieu Mélo. © Véronique Magnin – placegrenet.fr

« Je n’aimerais pas être l’adversaire qui aurait à m’affronter », s’est tou­jours dit Mathieu Mélo. Le 18 février 2013, un adver­saire inat­tendu l’a pour­tant ter­rassé de l’intérieur en quelques heures. Son nom ? L’accident vas­cu­laire céré­bral (AVC). C’est la conster­na­tion pour ce jeune homme de 27 ans, spor­tif, en bonne santé, sans conduite à risques ni anté­cé­dents fami­liaux.

 

 

« Un caillot a bou­ché ma caro­tide droite »

 

 

Grasse mati­née ce lundi-là, quand l’ennemi a silen­cieu­se­ment com­mencé l’exécution de son funeste des­sein dans le corps de Mathieu Mélo. « Un caillot a bou­ché ma caro­tide droite. Le sang s’est arrêté d’irriguer une par­tie du cer­veau », pré­cise-t-il. Bien qu’endormi, il se sou­vient très bien de cette sen­sa­tion : « Mon bras gauche ne m’appartenait déjà plus. Il était devenu celui d’une amie ». Une sen­sa­tion d’au­tant plus incon­grue que le jeune homme, céli­ba­taire, vivait alors seul.

 

« Je dis­pa­rais­sais dans un doux rêve ». Mais c’était sans comp­ter sur son hémi­sphère droit, qui ne dor­mait appa­rem­ment que d’un œil. Soudain réveillé vers 13 heures par une envie pres­sante, Mathieu Mélo se lève et retrouve assez vite l’usage de son bras gauche. Pourquoi s’inquiéter ? Se livrant à son rite favori, il se sert un jus de pomme, sans s’a­lar­mer. « On ne se rend pas compte qu’on est en train de faire un AVC », pré­cise-t-il en sou­riant.

 

Après quelques pas, il s’écroule sur le car­re­lage froid du stu­dio, per­dant cette fois-ci l’usage à la fois de sa jambe et de son bras du côté gauche. « C’est comme si j’avais été fou­droyé par un éclair. »

 

 

 

Face à son bras gauche. © Véronique Magnin – placegrenet.fr

Face à son bras gauche. © Véronique Magnin – placegrenet.fr

« J’avais toute ma tête et j’ai pu télé­pho­ner »

 

 

Malgré le dra­ma­tique de la situa­tion, il ne perd pas le sens de la déri­sion : « J’ai le sou­ve­nir d’avoir regardé Woody, ma figu­rine de Toy Story et d’a­voir pensé : “tu ne peux pas venir m’aider ?” » Car il n’a qu’une obses­sion en tête : aller aux toi­lettes.

 

Rassemblant toutes ses forces, sur un pied, il y par­vient de rage. « Je l’ai fait et debout ! », dit-il fiè­re­ment. Ce n’est qu’après s’être passé de l’eau sur le visage qu’il décide enfin d’appeler ses parents.

 

« J’ai eu de la chance. J’avais toute ma tête et j’ai pu télé­pho­ner. » Le temps qu’un méde­cin-urgen­tiste du 15 éta­blisse avec lui un pre­mier diag­nos­tic par télé­phone, puis que les pom­piers le prennent en charge et le conduisent au CHU de Grenoble, il était déjà 18 heures… Ainsi, durant quatre heures, l’ennemi a pu pour­suivre son œuvre.

 

« Par chance, l’AVC est resté loca­lisé. La cica­trice qui me reste aujourd’hui dans le cer­veau n’est pas plus grosse qu’une balle de tir mais, en termes de séquelles, c’était une grosse attaque », pré­cise-t-il.

 

 

 

Mordu de gastronomie

 

 

À Voiron, en cette fin du mois d’oc­tobre, à l’interphone de la rési­dence avec parc arboré, c’est d’une voix accorte qu’il répond : « Oui bon­jour, je des­cends ! » Très rapi­de­ment, il arrive. Grand, mince, l’allure spor­tive. Seul son bras gauche semble un peu inerte, ce qui peut paraître éton­nant deux ans et demi seule­ment après son acci­dent.

 

Meringues et crème de marrons. © Véronique Magnin – placegrenet.fr

Meringues et crème de mar­rons. © Véronique Magnin – placegrenet.fr

L’ascenseur s’arrête au troi­sième, où se trouve son stu­dio avec vue sur les arbres en contre­bas. Il a pré­paré quelques meringues posées sur la table basse et une crème de mar­ron. Rien de sur­pre­nant de la part de ce mordu de gas­tro­no­mie depuis l’âge de 12 ans.

 

« Les femmes sont de très bonnes cui­si­nières dans ma famille », explique-t-il. Lui a décidé très tôt d’embrasser la pro­fes­sion. Après avoir obtenu un BEP à l’école hôte­lière Le clos d’or de Grenoble, puis un Bac pro à Challes-les-Eaux, il monte en grade et devient en six mois cui­si­nier chef de par­tie à l’auberge de Malatras de Tullins, aux côtés du chef Vincent Fortunato. « Au bou­lot, ça crie, ça gueule, il y a de la pres­sion mais j’aime bien. »

 

 

 

« J’étais à moitié légume »

 

 

« La cui­sine est un métier dur mais c’est à l’hô­pi­tal que j’ai dû faire le bou­lot le plus ardu de ma vie », assure-t-il. C’est lors des deux pre­mières nuits d’hos­pi­ta­li­sa­tion qu’il a vrai­ment réa­lisé la gra­vité de la situa­tion : « Les méde­cins m’avaient pré­venu qu’ils devaient dis­soudre le caillot tout dou­ce­ment avec de l’héparine pour ne pas ris­quer l’hémorragie céré­brale qui aurait pu me tuer ».

 

Jusqu’au cin­quième jour, son état s’est dégradé. Tout son côté gauche s’est para­lysé. Son visage aussi : « J’étais à moi­tié légume ». Dévoré par l’angoisse ? « Non, en fait, j’ai accepté tout de suite ce qui m’arrivait. Et puis les méde­cins vous pres­crivent immé­dia­te­ment des anti­dé­pres­seurs », ajoute-t-il, un peu nar­quois, tout en recon­nais­sant s’être demandé : « Pourquoi moi, alors que d’autres boivent à l’excès et fument ? Mais c’est très vite passé ».

 

 

 

La photographie pour se raccrocher à la vie

 

 

Quand il fer­mait les yeux, Mathieu Mélo pen­sait déjà à ce qu’il allait mettre en œuvre pour s’en sor­tir : le sport pour se réédu­quer, la pho­to­gra­phie pour se rac­cro­cher à la vie. Une pas­sion née en sep­tembre 2006, tard le soir dans sa chambre d’adolescent.

 

© Véronique Magnin – placegrenet.fr

© Véronique Magnin – placegrenet.fr

« Devant moi, il y avait des crayons aux mines abî­mées, cas­sées dans des vieilles trousses. J’ai voulu mettre de belles mines à tous ces crayons. En taillant loin dans le bois, ça fai­sait une petite fleur. Avec l’appareil photo de mes parents et deux lampes de che­vet, j’ai réa­lisé ma toute pre­mière série de cli­chés sur des feuilles blanches. » Sur son lit d’hô­pi­tal, Mathieu avait donc hâte de se remettre à l’ou­vrage au plus vite.

 

Mais le temps de cher­cher, en vain, la cause de son attaque et de suivre un trai­te­ment inno­vant par les cel­lules souches, le jeune homme a tout de même dû res­ter alité un mois et demi au CHU. De l’aveu même de l’intéressé qui n’est pas du genre à se plaindre, c’était très dur. Le per­son­nel soi­gnant n’a pas le temps de faire du sur-mesure dans le ser­vice neuro-vas­cu­laire : « Moi, j’avais toute ma tête mais ce n’est pas le cas de tous les patients », explique-t-il. Pour autant, il vou­lait aller aux toi­lettes pour ne pas faire dans son lit. Il a râlé, comme il dit. « J’ai même refusé les soins d’une aide-soi­gnante. Alors ils ont fini par céder. »

 

 

 

« Allez, montre-moi si tu es si fort que ça ! »

 

 

Soulagement quand, un mois et demi plus tard, trans­féré à l’hôpital de Tullins, Mathieu peut enfin débu­ter sa réédu­ca­tion. Persuadé d’être doté d’une force à la fois phy­sique et men­tale excep­tion­nelle, il se met au défi : « Allez, montre-moi si tu es si fort que ça ! »

 

© Véronique Magnin – placegrenet.fr

© Véronique Magnin – placegrenet.fr

À l’hôpital, il y apprend à se débrouiller avec l’incontournable fau­teuil rou­lant. « On s’entraîne à en sor­tir, à se cou­cher puis à reve­nir sur le fau­teuil. C’est aussi ça, la réédu­ca­tion. Après, si vous réus­sis­sez à pro­gres­ser, tant mieux ! […] Le fau­teuil c’est super ! On peut bou­ger, dou­bler les valides. Bon, je savais aussi que ça n’allait pas durer, que je remar­che­rais un jour. »

 

Son attente par rap­port aux réédu­ca­teurs ? Qu’ils soient ses entraî­neurs. Il réa­lise ainsi jusqu’à une heure de sport en plus par jour quand les kinés acceptent de le sur­veiller de loin.

 

Les psy­cho­logues ? Il en a ren­con­tré une. « Elle m’a demandé d’écrire ce qui n’allait pas. Je lui ai répondu “je n’ai pas besoin d’écrire, ça se voit ce qui ne va pas”. » Leurs échanges en sont res­tés là.

 

 

 

« J’ai toujours eu de l’espoir »

 

 

Mathieu Mélo n’a jamais cra­qué. « Certains aban­donnent la réédu­ca­tion au bout de cinq mois. Moi, j’ai bien dû faire un an de sport inten­sif, si ce n’est plus. J’ai tou­jours eu de l’espoir ». D’ailleurs, quand il est sorti du centre de réédu­ca­tion de Tullins, deux mois plus tard, le jeune conva­les­cent n’a pas hésité à s’acheter un vélo d’appartement, un ellip­tique et un rameur. « J’ai conti­nué de faire trente minutes de sport inten­sif tous les jours, en plus du kiné », pré­cise-t-il. Un achar­ne­ment payant puisqu’il a récu­péré presque l’intégralité de sa mobi­lité, sauf pour son bras gauche.

 

Une spas­ti­cité céré­brale l’empêche aujourd’hui de conti­nuer avec autant d’acharnement mais, tou­jours opti­miste, il espère encore pro­gres­ser. N’a‑t-il pas réussi à domes­ti­quer sa jambe gauche qui fau­chait, loin des regards indis­crets, à la cam­pagne, en com­pa­gnie d’un petit chat sau­vage qui l’a suivi et qu’il a par la suite appri­voisé ?

 

 

 

Le rêve d’entreprendre

 

 

D’autres pré­sences bien­veillantes l’ont bien sûr accom­pa­gné durant toute sa conva­les­cence : « mes parents, ma sœur et mon frère, bien sûr, mais aussi les amis qui sont res­tés et le monde de la gas­tro­no­mie ». L’occasion de par­ler de son chef, Vincent Fortunato, qu’il admire, mais aussi de Paul Bocuse, deux hommes qui ont le sens des affaires.

 

Mathieu Mélo, cuisinier photographe. © Véronique Magnin – placegrenet.fr

Mathieu Mélo, cui­si­nier pho­to­graphe. © Véronique Magnin – placegrenet.fr

« Si je n’avais pas eu cet acci­dent, j’aurais conti­nué ma car­rière de cui­si­nier en espé­rant tra­vailler dans de grosses bri­gades, dans des res­tos étoi­lés ».

 

Aujourd’hui, Mathieu rêve d’entreprendre, de mon­ter un jour son propre éta­blis­se­ment, où il pour­rait mêler sa pas­sion pour la cui­sine et la pho­to­gra­phie. Mais rien ne presse.

 

En atten­dant, il va reprendre le tra­vail le 4 novembre pro­chain, heu­reux comme tout, à l’auberge de Malatras, trois jours par semaine.

 

 

« Avant l’accident, j’imaginais ma vie “métro, bou­lot, dodo”. » L’épreuve de l’AVC a balayé d’un revers de manche la bana­lité de l’existence telle qu’il se l’était ima­gi­née. Encouragé par son frère, il a réuni ses œuvres pho­to­gra­phiques, monté un site, publié deux livres, dont De l’AVC à la pho­to­gra­phie, meilleure vente en France de l’éditeur Calvendo.

 

« Même le doc­teur Detante, mon neu­ro­chi­rur­gien, a investi quand j’ai lancé un finan­ce­ment par­ti­ci­pa­tif pour mon livre », sou­ligne Mathieu, tou­ché par ce geste. La marque Bic s’est aussi inté­res­sée à son tra­vail. Il s’est réchauffé à la lumière de quelques expo­si­tions per­son­nelles et ne compte pas s’arrêter là.

 

En pleine fleur de l’âge, Mathieu Mélo se trouve désor­mais à cet ins­tant de grâce où le ciel se dégage à nou­veau. L’appétit décu­plé par l’épreuve, il s’engouffre avec confiance dans l’avenir, des rêves plein la toque et l’objectif.

 

 

Véronique Magnin

 

 

AVC : CE QU’IL FAUT SAVOIR

 

L’accident vas­cu­laire céré­bral sur­vient lorsque la cir­cu­la­tion san­guine vers ou dans le cer­veau est inter­rom­pue à cause d’un vais­seau san­guin qui se bouche (AVC isché­mique) ou qui éclate dans le cer­veau (AVC hémor­ra­gique).

 

Conséquence : les cel­lules du cer­veau ne sont plus ali­men­tées ni en oxy­gène ni en nutri­ments dont elles ont besoin pour fonc­tion­ner nor­ma­le­ment. Des neu­rones meurent.

 

JM-AVC-AfficheQuels sont les symp­tômes ?

 

Certains signes doivent faire pen­ser à l’AVC :

 

Un engour­dis­se­ment, une fai­blesse ou para­ly­sie bru­tale d’un bras, d’une jambe, du visage ou d’une moi­tié du corps dans le cas de l’hémiplégie.

 

Mais aussi des dif­fi­cul­tés à par­ler, un trouble de la vision,  des troubles de l’équilibre, de la coor­di­na­tion ou de la marche. Enfin,  un mal de tête sévère et sou­dain, n’ayant aucune cause connue.

 

Même s’ils sont brefs, même s’ils régressent en quelques minutes, ces signes doivent aler­ter car ce peut être un acci­dent isché­mique tran­si­toire (AIT) aussi appelé AVC d’alerte.

 

Que faire ?

 

Il faut agir le plus rapi­de­ment pos­sible : une minute de per­due, c’est deux mil­lions de neu­rones détruits.

➔ Appelez immé­dia­te­ment le 15 !

 

Comment le pré­ve­nir ?

 

L’hypertension arté­rielle étant le prin­ci­pal fac­teur de risque des AVC, sur­veiller sa ten­sion arté­rielle c’est pré­ser­ver son cer­veau.

 

Autres fac­teurs de risques : le taba­gisme, l’hypercholestérolémie, le dia­bète, l’alcoolisme chro­nique et les contra­cep­tifs oraux.

 

 

Réduire ses déchets
commentez lire les commentaires
9886 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Jai fait un AVC isché­mique en mars 2017.cCote droit para­lysé. Difficile de lever mon bras 1à 180 dégré. Comment faire pour avoir toute la mobi­lité des membres mal­gré la marche quo­ti­dienne ?

    sep article
  2. Cc j ai fait un AVC en jan­vier 2018 côté droit et j’ai d énorme migraines et ma main droite dif­fi­cile à me ser­vir je remarche mais dou­leur à la cuisse et très fati­guée aucun remèdes sou­la­gés mes dou­leurs avez vous des solu­tions merci

    sep article
  3. sep article
  4. J’ai fait un AVC le 11 juillet der­nier en sta­tion­nant mon véhi­cule à Nantes,je suis tom­ber sur le volant à 21h40 , pris en charge très rapi­de­ment par les pom­piers suite a l’ap­pel au 15 de ma famille à 22h20 j’é­tais à l’ho­pi­tal Laënnec à l’IRM et suite à cela on m’a fait une throm­bo­lyse , je suis sorti de l’ho­pi­tal après avec 90ù de mobi­lité mais je suis apha­sique , avec beau­coup de cou­rage chez mon orto­phi­niste tout ça s’a­mé­liore mais il faut patient !!!!!!!
    Le 22 avril j’a­vais fait un Ictus amné­sique de 10h mais cela était il une alerte et depuis on a vu que j’a­vais fait un infarc­tus de rein (donc un pro­blème vas­cu­laire
    J’ai de nou­veau le droit de conduire un peu et ça m’aide

    sep article