Propreté urbaine : Grenoble va passer à la verbalisation

sep article



AVANT-PREMIÈRE – Déjections canines, dépôts sauvages d’encombrants, déchets abandonnés sur la voirie… Face à la montée des incivilités, la ville de Grenoble a décidé de passer à la verbalisation. Enjeu : améliorer la propreté des rues malgré une baisse des effectifs dans les services dédiés à l’entretien.

 ➔ 1281 mots

 

 

Comment assu­rer la pro­preté de la ville, mal­gré des inci­vi­li­tés en hausse et un nombre d’a­gents d’en­tre­tien en baisse ? Grenoble a peut-être trouvé la solu­tion de cette équa­tion com­plexe : ver­ba­li­ser. Le pro­jet est, en tout cas, dans les tuyaux de la nou­velle muni­ci­pa­lité qui s’ap­prête à lan­cer une vaste cam­pagne de ver­ba­li­sa­tion pour amé­lio­rer la pro­preté urbaine.

 

Police municipale à Grenoble. © Elodie Rummelhard - placegrenet.fr

Police muni­ci­pale à Grenoble. © Élodie Rummelhard – placegrenet.fr

 

Si les élus et res­pon­sables de ser­vices concer­nés à la ville de Grenoble n’ont pas sou­haité s’ex­pri­mer avant des annonces offi­cielles sur le sujet, les délé­gués syn­di­caux ter­ri­to­riaux se sont, eux, mon­trés plus pro­lixes.

 

 

 

Des incivilités croissantes

 

 

Maintenir la ville propre. Le défi est de taille car les agents de la pro­preté urbaine doivent faire face à une aug­men­ta­tion des actes d’in­ci­vi­lité de la part des citoyens. « Tous les déchets dépo­sés de manière sau­vage – comme les encom­brants qui ne sont pas de notre charge – ont un impact énorme », déplore Lilian Dejean, agent de la pro­preté urbaine de la ville de Grenoble et délé­gué CGT.

 

Dépôts sauvages de déchets devant une poubelle de tri dans le quartier Saint-Laurent à Grenoble. © Elodie Rummelhard - placegrenet.fr

Dépôts sau­vages de déchets devant un contai­ner de tri enterré, quar­tier Saint-Laurent. © Élodie Rummelhard – placegrenet.fr

« Sans comp­ter les contai­ners sor­tis plu­sieurs jours avant la date de ramas­sage, les voi­tures brû­lées ou les bris de vitres d’ar­rêts de bus qui cassent toute l’or­ga­ni­sa­tion que nous essayons de mettre en place. »

 

Cherif Boutafa, secré­taire du grou­pe­ment dépar­te­men­tal Force ouvrière Isère, évoque aussi des « gens qui jettent par la fenêtre ou qui mettent leurs pou­belles n’im­porte où, par­fois même dans les bacs à verre. »

 

Face à cette recru­des­cence d’in­ci­vi­li­tés, le ser­vice de la pro­preté urbaine a donc sol­li­cité un sou­tien de la Ville.

 

Une demande à laquelle la muni­ci­pa­lité semble avoir répondu, via la ver­ba­li­sa­tion annon­cée des actes d’in­ci­vi­lité consta­tés. « Nous ne savons pas pré­ci­sé­ment quand cela va être mis en place, mais cela va se faire pro­chai­ne­ment », assure Lilian Dejean.

 

La ver­ba­li­sa­tion por­te­rait sur trois axes, explique le délé­gué CGT : « les dépôts sau­vages, le non-res­pect des règles sur les mar­chés ali­men­taires – comme les départs tar­difs qui gênent les agents d’en­tre­tien –, et, enfin, les déjec­tions canines ». Pour connaître les tarifs des amendes et le nombre d’a­gents muni­ci­paux qui seront en charge de la ver­ba­li­sa­tion, il fau­dra en revanche patien­ter.

 

 

 

Faire mieux… avec moins d’effectifs

 

 

Il faut dire qu’au-delà des inci­vi­li­tés les ser­vices doivent faire face à d’autres défis, dont une baisse de moyens. « Si être agent de la pro­preté urbaine c’est exer­cer un métier ingrat avec un manque de consi­dé­ra­tion, nous avons tou­jours prôné un ser­vice de qua­lité envers les usa­gers et nous avons su nous adap­ter à dif­fé­rentes muni­ci­pa­li­tés et direc­teurs », assure Lilian Dejean.

 

agent de la propreté urbaine de Grenoble - Ville de Grenoble

Un agent d’en­tre­tien, balai à la main. © Ville de Grenoble

 

De fait, l’a­dap­ta­tion est bien le maître-mot face à la restruc­tu­ra­tion des moyens humains enga­gés par la nou­velle muni­ci­pa­lité dans l’en­semble des ser­vices muni­ci­paux. Et celui de la pro­preté urbaine n’a pas fait excep­tion.

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
7587 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. Ping : Article édifiant sur la « stratégie de la communication » de la municipalité PG-EELV grenobloise, ou Tintin au pays des Soviets confronté aux méthode du FN. – GROUPE D'ANALYSE METROPOLITAIN

  2. C est de pire en pire, les rues sont sales. …
    Verifier .….
    L arrière du casino Vallier, obligé de chan­ger de trot­toirs
    Rue pierre Ruibet, crottes de chien
    Débordement de pou­belles
    Les odeurs atroces dans cer­taines rues du quar­tier mutua­liste.
    Bientot des pho­tos seront publiées sur le net.

    sep article
    • Les fortes concen­tra­tions urbaines impliquent un mini­mum de civisme de la part des pro­ta­go­nistes.
      Et s’ils en sont inca­pables, la ver­ba­li­sa­tion est une bonne idée.

      sep article
  3. Et les mégots de ciga­rettes ? C’est beau­coup plus facile de prendre les gens en fla­grant délit.

    sep article
    • On peut aussi mettre des mira­dors et des milices, non ?
      Où alors des cen­driers .… (comme dans cer­tains autres pays)

      sep article
  4. Quand on est des porcs, il ne faut pas s’é­ton­ner ni pleur­ni­cher d’a­voir la vie qui va avec.

    sep article
  5. Hé hé !
    Bonne chose que celle là.
    Mais y aura t il des patrouilles de nuit ?
    Tous les matins, je suis sur­pris du nombres de canettes lais­sées là par ceux qui feraient mieux de mettre la tête dans leurs bou­quins que dans le Vodka-RedBull.
    En plus, sou­vent il y a des pou­belles pas loin.

    sep article