Des chercheurs grenoblois participent au réveil d’un virus préhistorique

sep article



EN BREF – Un quatrième virus vieux de 30.000 ans a été découvert dans le sous-sol sibérien. Après Megavirus, Pandoravirus puis Pithovirus, Mollivirus sibericum confirme ce que les chercheurs redoutaient : le permafrost garde intacts des micro-organismes vivants insoupçonnés. Inoffensifs pour l’homme ? Jusque-là, oui…

 

 

 

Après Megavirus – CNRS en 2003, Pandoravirus – Pour la science en 2013, Pithovirus en 2014, un qua­trième virus dit “géant”, soit de la taille d’une bac­té­rie*, a été déterré des couches pro­fondes du per­ma­frost sibé­rien. Mollivirus sibe­ri­cum confirme ainsi ce que les cher­cheurs redou­taient : dans le sous-sol gelé de la Sibérie, des virus pré­his­to­riques, vieux de 30.000 ans, peuvent se réveiller.

 

Les chercheurs ont isolé un 4e virus géant, vieux de 30.000 ans, dans le sous-sol de Sibérie. Ici, microscopie électronique à balayage des particules des 4 familles de virus géants désormais connues. Les plus grandes dimensions vont approximativement de 0,6 micron (Mollivirus) à 1,5 micron (Pandoravirus). © IGS CNRS/AMU

Les cher­cheurs ont isolé un 4e virus géant, vieux de 30.000 ans, dans le sous-sol de Sibérie. © IGS CNRS/AMU

C’est aux côtés de Pithovirus, dans le même échan­tillon de per­ma­frost, que les cher­cheurs**, dont des scien­ti­fiques du labo­ra­toire Biologie à grande échelle du CEA/Inserm/Université Joseph-Fourier de Grenoble, ont extrait Mollivirus.

 

Pour autant, rien à voir avec Pithovirus. Seuls points com­muns : une taille et une résis­tance à l’épreuve du temps peu cou­rantes.

A part ça, que ce soit pour vivre ou se mul­ti­plier, Mollivirus se rap­proche davan­tage des virus cou­rants, type Adenovirus, Papillomavirus ou Herpesvirus.

 

Bref, il s’agit bien là d’un nou­veau type de virus. Géant certes, mais à part.

 

On en sait encore peu sur ces micro-orga­nismes mais la porte est ouverte et, pour les cher­cheurs, le sous-sol sibé­rien est loin d’avoir révélé toutes ses sur­prises. « Mollivirus laisse pré­sa­ger une diver­sité énorme », sou­li­gnait un des coor­di­na­teurs de l’étude, Jean-Michel Claverie, sur France Inter mardi 8 sep­tembre 2015.

 

Pour déter­rer Pithovirus et Mollivirus, les scien­ti­fiques ont creusé jusqu’à 30 mètres de pro­fon­deur, remon­tant jusqu’à 30.000 ans, jusqu’à l’extinction de l’homme de Neandertal. Demain, l’idée est d’aller plus pro­fond pour remon­ter plus loin encore. Jusqu’à 600.000 ans, voire un mil­lion d’années.

 

 

 

D’autres virus sommeillent-ils encore ?

 

 

D’autres virus som­meillent-ils encore ? Vraisemblablement. Reste à en éva­luer la dan­ge­ro­sité. La Russie n’a jamais caché sa volonté d’exploiter les res­sources du sous-sol sibé­rien. En libé­rant des routes mari­times, le dérè­gle­ment cli­ma­tique va per­mettre d’acheminer sur place de quoi extraire pétrole et autres mine­rais. Et remon­ter à la sur­face des couches de sédi­ments vieilles de plu­sieurs mil­liers d’an­nées, réveillant d’autres micro-orga­nismes endor­mis.

 

Avec quels risques ? Si Pithovirus comme Millovirus s’a­vèrent inof­fen­sifs pour l’homme, la résur­gence de virus aujourd’hui consi­dé­rés comme éra­di­qués – comme celui de la variole, dont le pro­ces­sus de répli­ca­tion est simi­laire à celui des Pithovirus – ne relève désor­mais plus de la science-fic­tion.

 

 

Patricia Cerinsek

 

 

* Les virus ont une taille qui les situe tout en bas de l’é­chelle des dimen­sions. En moyenne, la taille d’un virus ne repré­sente que le mil­lième de celle d’une bac­té­rie.

 

** L’équipe est consti­tuée des cher­cheurs du labo­ra­toire Information géno­mique et struc­tu­rale (CNRS/Aix-Marseille Université), du labo­ra­toire Biologie à grande échelle (CEA/Inserm/Université Joseph Fourier) et du Genoscope (CNRS/CEA)

 

 

A lire éga­le­ment sur Place Gre’net :

 

- Un virus pré­his­to­rique décou­vert en Sibérie

 

Immobilier des Alpes - Offres exceptionnelles de séjours aux 2 Alpes
commentez lire les commentaires
2751 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.