Allocation de rentrée scolaire : où va l’argent ?

sep article



DÉCRYPTAGE – Versée chaque année aux alentours du 20 août depuis 1974, l’allocation de rentrée scolaire (ARS) reste très attendue par nombre de familles modestes. Cette aide, calculée en fonction des ressources du foyer et de l’âge des enfants, vise à participer aux frais liés à la scolarité. D’aucuns s’interrogent toutefois sur l’utilisation réelle des sommes versées et déplorent l’absence de contrôles. État des lieux.

 

 

 

Clap de fin pour les vacances : la ren­trée est bel et bien là. Liste de four­ni­tures en main, les parents n’ayant pas pris la pré­cau­tion d’a­che­ter leurs four­ni­tures sco­laires à l’a­vance ont dû sacri­fier les der­niers beaux jours du mois d’août sur l’au­tel de la sainte consom­ma­tion dans les rayons spé­cia­li­sés des maga­sins.

 

Un poste de dépenses qui serait déli­cat à gérer pour les familles les plus modestes, juste au sor­tir des vacances, sans le ver­se­ment à par­tir du 18 août de l’allo­ca­tion de ren­trée sco­laire (ARS). Près de trois mil­lions de familles en béné­fi­cient, dont 53.962 foyers allo­ca­taires en Isère. Nouveauté en 2015 : les parents d’un enfant de 6 ans ou plus en situa­tion de han­di­cap peuvent désor­mais per­ce­voir cette allo­ca­tion.

 

C'est la rentrée ! © Joël Kermabon - Place Gre-net

C’est la ren­trée ! © Joël Kermabon – Place Gre’net

Cette année, la hausse du coût de la ren­trée sco­laire est rela­ti­ve­ment modeste, selon la der­nière enquête réa­li­sée par l’as­so­cia­tion Familles de France. Quant à l’ARS, elle est res­tée qua­si­ment inchan­gée en 2015, après avoir été reva­lo­ri­sée de 25 % en 2012, 1,2 % en 2013 et 0,7 % en 2014.

 

Les familles concer­nées tou­che­ront ainsi 363 euros pour les élèves de 6 à 10 ans, 383 euros pour ceux de 11 à 14 ans et 396 euros pour ceux de 15 à 18 ans.

 

A noter : l’é­cart gran­dis­sant entre le mon­tant de l’al­lo­ca­tion ver­sée et le coût de la ren­trée cal­culé par Familles de France. A titre d’exemple, pour un élève de sixième, l’é­cart a ainsi été mul­ti­plié par près de trois en quinze ans, pas­sant de 68,30 euros d’ex­cé­dent au pro­fit des parents en 2001 à 192,58 euros cette année.

 

L'écart entre le coût de la rentrée et le montant de l'ARS a été multiplié par près de trois entre 2001 et 2015, selon Familles de France. © lemonde.fr

L’écart entre le coût de la ren­trée et le mon­tant de l’ARS a été mul­ti­plié par près de trois entre 2001 et 2015, selon Familles de France. © lemonde.fr

 

Reste que la ren­trée n’im­plique pas seule­ment l’a­chat de four­ni­tures sco­laires. D’autres frais annexes, notam­ment pour tout ce qui touche au péri­sco­laire, viennent gré­ver le bud­get. Quid de ces dépenses annexes pour les allo­ca­taires ?

 

 

 

Un ballon d’oxygène pour beaucoup de foyers

 

 

« La ren­trée coûte beau­coup plus cher aux familles que les 300 et quelques euros de l’ARS », a affirmé, le 18 août der­nier en confé­rence de presse Patrick Chrétien, pré­sident de Familles de France. Ce der­nier se réfère à la der­nière étude de la Caisse des allo­ca­tions fami­liales (Caf) publiée en juin 2014 qui pré­cise que les foyers ayant au moins un enfant à l’école élé­men­taire ont dépensé 1.291 euros pour la ren­trée, ceux avec au moins un enfant au col­lège 1.439 euros et ceux avec au moins un enfant au lycée 1.669 euros.

 

Le delta est de taille ! D’où vient cette dif­fé­rence ? De la méthode de cal­cul du panier moyen de Familles de France, qui com­prend des articles de pape­te­rie (cahiers, agenda, clas­seurs, feuillets mobiles…), des four­ni­tures (car­table, cal­cu­la­trice, trousse, paire de ciseaux, sty­los, car­touches d’encre, feutres, crayons de cou­leur, scotch, règle, rap­por­teur, équerre, com­pas, boîte de gouache, pin­ceaux…) et des vête­ments (jog­ging, bas­kets, paires de chaus­settes).

 

Ne sont notam­ment pas pris en compte des postes de dépenses comme les manuels sco­laires, les trans­ports, la can­tine ou bien encore le mobi­lier de bureau.

 

Collège Stendhal Grenoble. © Remih - Trav

Collège Stendhal Grenoble. © Remih – Trav

Quoi qu’il en soit, tous les allo­ca­taires que nous avons ren­con­trés dans les allées d’une grande sur­face en péri­phé­rie de Grenoble plé­bis­citent l’ARS. Pour beau­coup, c’est une bouf­fée d’oxy­gène après des vacances qui ont mis à mal un bud­get déjà peut-être un peu ban­cal.

 

La plu­part de ces parents d’é­lèves estiment que le mon­tant de l’al­lo­ca­tion per­çue est suf­fi­sant pour les four­ni­tures, le petit maté­riel sco­laire et le car­table. Devant une palette de cahiers, une liste à la main, une mère de trois enfants entrant res­pec­ti­ve­ment en mater­nelle, cours élé­men­taire et au col­lège, nous le confirme.

 

« La somme que j’ai per­çue couvre l’en­semble des four­ni­tures néces­saires à mes trois enfants pour toute l’an­née sco­laire. Mais je me limite stric­te­ment aux seules four­ni­tures. Ça ne me sert pas pour l’a­chat de vête­ments. Pour ça, nous avons les allo­ca­tions fami­liales qui nous sont ver­sées men­suel­le­ment tout au long de l’an­née. »

 

Les avis sont plus miti­gés dans les foyers où les enfants intègrent le col­lège ou le lycée. Bon nombre de parents concer­nés estiment ainsi que les paliers ne sont pas cohé­rents. « La dif­fé­rence des mon­tants attri­bués à chaque tranche d’âge devrait être recal­cu­lée. On dépense beau­coup plus pour un élève entrant en sixième que pour un enfant ren­trant en cours pré­pa­ra­toire », sou­ligne un parent d’é­lève.

 

 

 

« Ça me permettra de payer sa licence de foot »

 

 

Quid de l’af­fec­ta­tion de la pres­ta­tion per­çue des­ti­née aux « frais liés à la sco­la­rité » ? La plu­part des béné­fi­ciaires pri­vi­lé­gient les four­ni­tures. Certains les vête­ments car « c’est plus cher ». D’autres encore étendent les frais de ren­trée aux acti­vi­tés péri­sco­laires, voire extra-sco­laires. « Il faut être hon­nête, je n’ai besoin que de la moi­tié de l’al­lo­ca­tion. Cette année, la part de la somme qui n’est pas employée pour les four­ni­tures sco­laires me per­met­tra de payer la licence de foot de mon gar­çon », confie un parent.

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
2540 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.