Film Victoria de Sebastian Schipper

Victoria se perd dans la nuit berlinoise

Victoria se perd dans la nuit berlinoise

BLOG CINÉMA – La tra­di­tion du plan-séquence, pro­cédé ne datant pour­tant pas d’hier, se pour­suit en 2015 à tra­vers un nou­veau cru : Victoria de Sebastian Schipper. Réponse à Birdman, ce long-métrage alle­mand a pour lui de n’u­ser d’au­cun rac­cord numé­rique. Toutefois, c’est seule­ment pour sa réa­li­sa­tion bluf­fante que l’on ira le décou­vrir en salle, son intrigue sui­vant un schéma somme toute classique.

Dans le sep­tième art, le plan-séquence met à l’é­preuve le talent des acteurs, la minu­tie des tech­ni­ciens, la créa­ti­vité du réa­li­sa­teur et de ses assis­tants… ainsi que la syn­chro­ni­sa­tion de tout ce beau monde. Représentant un tour de force tech­nique, ce type de plan fait sou­vent office de money shot dans le diver­tis­se­ment hol­ly­woo­dien, inves­tis­se­ment néces­saire à la réus­site finan­cière de ce der­nier. C’est pour­quoi il va de pair avec le numé­rique per­met­tant divers tru­cages (rac­cords, reca­drages…), comme dans l’Irréversible de Noé et le Birdman d’Iñárritu (déjà cri­ti­qué ici).

Cependant, la tra­di­tion du film en plan-séquence ne date pas d’hier puis­qu’en 1948 Hitchock tour­nait déjà La Corde, huis-clos don­nant l’im­pres­sion d’un unique plan-séquence, pour accen­tuer la proxi­mité avec le théâtre. Pour des res­tric­tions inhé­rentes au maté­riel de l’é­poque (camé­ras, pel­li­cule…), le maître du sus­pense n’a pas pu effec­tuer un mon­tage sans coupes mais telle était bien son ambition.

Comme L’Arche russe (par Alexandre Sokourov) avant lui, Victoria de Sebastian Schipper s’im­pose car il a pour lui d’être un variable plan-séquence de 140 minutes, sans arti­fice aucun. Stupéfiant, n’est-ce pas ?

VictoriaAffiche

Zoom sur l’af­fiche de Victoria. DR

Mais au-delà de l’as­pect tech­nique, que vaut vrai­ment Victoria ?

Nuit ber­li­noise

VictoriaRue

Victoria (Laia Costa) déam­bule dans les rues de Berlin. DR

Victoria, jeune et jolie jeune femme espa­gnole inter­pré­tée par Laia Costa, est venue s’ins­tal­ler à Berlin pour y ouvrir un café. Passionnée de musique, elle s’entraîne au piano le jour et fré­quente une dis­co­thèque, à la nuit tom­bée, spé­cia­le­ment construite en sous-sol pour le film.

Au dehors, sur les coups de 4 heures du matin, un qua­tuor ber­li­nois ère sans but, par­lant fort et buvant de l’al­cool. Par un concours de cir­cons­tances, Sonne (Frederick Lau), Boxer (Franz Rogowski), Blinker (Burak Yigit) et Fuss (Max Mauff) vont être ame­nés à ren­con­trer Victoria qui va prendre la déci­sion de les accom­pa­gner à tra­vers la nuit. S’ensuit une pro­me­nade noc­turne, donc, fil­mée de manière sobre et fluide, tra­his­sant à quelques moments la pré­sence du cadreur par tout un tas de trem­ble­ments (d’au­tant qu’au­cun reca­drage ne semble avoir été effec­tué) mais rien d’alarmant.

VictoriaCrime

Le qua­tuor ber­li­nois entraîne Victoria dans ses crimes. DR

Schipper a ponc­tué son œuvre de mélo­dies éthé­rées et lan­ci­nantes pour sou­li­gner, ou plu­tôt sur­li­gner, l’in­ten­sité émo­tion­nelle de cer­taines séquences. N’ayant eu aucune rela­tion jusque-là, Victoria semble ravie de faire la connais­sance de jeunes Berlinois. En un sens, un nou­veau monde s’offre à elle. Nouveau monde qui ne tar­dera pas à bas­cu­ler dans une noir­ceur plus pro­non­cée. Vous l’au­rez com­pris : le métrage dépeint une des­cente aux enfers, un thème qui m’est très cher.

Aussi, la volonté de faire de Victoria une œuvre très réa­liste émane de cha­cun de ses pixels : les acteurs impro­visent très sou­vent, la mise en scène est sans fio­ri­tures et l’ac­tion demeure cré­dible autant que vrai­sem­blable… Toutefois, jamais le cinéma n’a pré­tendu fil­mer le réel. Et ça ne risque pas de se pro­duire. Outre l’ou­til numé­rique, pou­vant à lui seul étayer mes pro­pos, rien que le choix d’un sujet et d’un angle pour abor­der ce sujet tra­hissent la fic­tion – ceci étant éga­le­ment valable pour les documentaires.

Esbroufe

Pour illus­trer une situa­tion qui dégé­nère, enchaî­ner des évé­ne­ments de plus en plus tra­giques sans aucune sen­sa­tion de rup­ture, le plan-séquence est l’ou­til idéal. Et, d’une appli­ca­tion redou­table, celui de Victoria fonc­tionne très bien. Cependant, et c’est là le pre­mier reproche que je ferai au film, il est dom­mage que son intrigue s’a­ven­ture dans le thril­ler, avec ce que le genre com­porte de cli­chés : des méchants en cos­tumes, une dette à payer, de la drogue, un bra­quage, une course-pour­suite avec les forces de l’ordre, etc.

VictoriaAmis

Victoria et Sonne (Frederick Lau) font connais­sance. DR

Si je recon­nais le cinéma comme étant un art prin­ci­pa­le­ment visuel, force est d’ad­mettre que l’as­pect nar­ra­tif de ce der­nier s’a­vère pri­mor­dial. De tous temps, le cinéma (et l’au­dio­vi­suel, plus géné­ra­le­ment) a essayé de faire pas­ser des mes­sages à tra­vers l’i­mage ; « voir, c’est com­prendre », disait Paul Eluard. Ce pro­cédé a un nom : la nar­ra­tion visuelle.

Dans Victoria, que faut-il com­prendre ? Quid du mes­sage véhiculé ?

À mon sens, il s’a­git d’une pos­sible invi­ta­tion à l’a­ven­ture qui vire tout sim­ple­ment au cau­che­mar par la faute d’une héroïne quelque peu naïve. L’expérience tend à explo­rer l’au-delà d’un voyage, ses drames, ses embûches ; au vu de la masse de films, par­tant de ce même pos­tu­lat, qui ter­minent là où ils devraient com­men­cer, ce peut être légi­ti­me­ment porté à son cré­dit. Mais le tout est creux, sopo­ri­fique, dénué d’intérêt si ce n’est d’illus­trer une énième fois la pente du crime, le sol qui se dérobe sous les pieds des hon­nêtes gens.

VictoriaAmour

Victoria tombe amou­reuse de Sonne. DR

Toujours est-il que je n’ad­mets pas la manière dont Victoria se retrouve de l’autre côté de la loi. Sachant ce qu’elle risque, pour­quoi accepte-t-elle d’ai­der le qua­tuor ? Par ami­tié ? Cela fait seule­ment vingt minutes qu’elle côtoie ces jeunes gens ! Bien sûr, l’er­reur est humaine. Mais j’ai besoin de croire un mini­mum à ce que je regarde pour me pro­je­ter au-delà de l’écran.

C’est d’ailleurs pour ces mêmes rai­sons que je déteste les romances fil­miques : elles forcent tou­jours les pro­ta­go­nistes à per­pé­trer des actions insen­sées qui me font sys­té­ma­ti­que­ment sor­tir des films. Par chance, la romance entre Victoria et Sonne reste secon­daire, se conten­tant d’a­jou­ter du carac­tère aux personnages.

Finalement, Victoria consiste en un défi tech­nique réussi, offrant des per­for­mances bluf­fantes en terme de réa­li­sa­tion. Dommage que ce soit au détri­ment d’une audace scé­na­ris­tique très atten­due sur un film de ce genre. Dans l’i­ma­gi­naire col­lec­tif, Birdman res­tera donc la réfé­rence plan-séquen­tielle de 2015. Mais cette année je suis sûr que d’autres œuvres uti­li­se­ront cet outil, comme Maintenant de Michael Castellanet, pour ser­vir une his­toire plus pro­fonde et plus belle.

Bref. Rendez-vous au cinéma pour vous faire votre propre avis sur Victoria et, sur­tout, n’hé­si­tez pas à le par­ta­ger avec moi dans les com­men­taires. Ils sont faits pour ça.

Maxime Ducret

VictoriaAfficheVictoria

Un film de Sebastian Schipper, avec Laia Costa, Frederick Lau, Franz Rogowski, Burak Yigit et Max Mauff (Allemagne)

Genre : drame, thriller

Durée : 2 heures 20 minutes
Sortie en salles le 15 juillet 2015

Séances : cinéma Le Club, 9 bis rue du Phalanstère à Grenoble.

Tél. : 04 76 87 46 21

M. Ducret

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Seconde édi­tion de la Bolly Night, orga­ni­sée par Bollyciné Grenoble, samedi 26 novembre à la Crique Sud

ÉVÉNEMENT - Après une première édition en 2021, l'association Bollyciné Grenoble organise une nouvelle "Bolly Night" le samedi 26 novembre 2022 à 20 heures au Lire plus

Pénélope, mon amour fait partie des films projetés dans le cadre de l'édition 2022 du festival Vues de familles, organisé par l'Udaf 38.
Nouvelle édi­tion du fes­ti­val isé­rois de ciné-débats Vues de familles, du 14 au 26 novembre 2022

ÉVÉNEMENT - C'est parti pour la cinquième édition du festival de ciné-débats Vues de familles, organisé par l'Udaf de l'Isère (Union départementale des associations familiales). Lire plus

L'édition 2022 du festival grenoblois propose un large choix de films inédits en compétition, de reprises et de courts-métrages. DR.
Le fes­ti­val Dolce Cinema 2022 replace l’Italie comme force vive du sep­tième art

EN BREF - Le festival Dolce Cinema rappelle que l'Italie n'a pas grand-chose à envier à la France en matière de tradition cinématographique. Du 12 Lire plus

Émilie Frèche, cinéaste engagée, invitée du cinéma Le Club
Avant-pre­mière au cinéma Le Club du film Les Engagés, en pré­sence de sa réa­li­sa­trice Émilie Frèche

ÉVÈNEMENT - Le cinéma grenoblois Le Club présente en avant-première, ce jeudi 27 octobre 2022, le film Les Engagés, trois semaines avant sa sortie en salle. Lire plus

Une affiche haute en couleurs pour fêter les 10 ans du festival Voir Ensemble © Le Méliès
Cinéma jeune public : le fes­ti­val Voir Ensemble s’ins­talle au Méliès pour ses dix ans, du 22 octobre au 1er novembre 2022

ÉVÈNEMENT - Le festival grenoblois de cinéma jeune public Voir Ensemble revient pendant les vacances de la Toussaint au Méliès, du 22 octobre au 1er Lire plus

Le festival international de cinéma LGBTQI+ de Grenoble Vues d'en face de retour du 6 au 22 octobre 2022
Le fes­ti­val inter­na­tio­nal de cinéma LGBTQI+ de Grenoble Vues d’en face de retour du 6 au 22 octobre 2022

ÉVÉNEMENT - C'est reparti pour une nouvelle édition du "festival international du film LGBTI+ de Grenoble" Vues d'en face, du 6 au 22 octobre. Rendez-vous Lire plus

Flash Info

|

26/11

9h37

|

|

25/11

19h40

|

|

24/11

14h16

|

|

24/11

10h16

|

|

23/11

10h07

|

|

22/11

19h39

|

|

22/11

19h30

|

|

22/11

15h46

|

|

22/11

10h23

|

|

21/11

11h31

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 47 : « La mise en place de la ZFE en question »

Culture| Art contem­po­rain : le Magasin rouvre (enfin) ses portes au public à Grenoble

Environnement| Le Smmag, la Métropole et le Grésivaudan annoncent la mise en place de primes (cumu­lables) pour l’a­chat d’un vélo neuf ou d’occasion

Agenda

Je partage !