Hyena, polar sans concession

sep article
93 € par an pour louer un vélo : et si c

BLOG CINÉMA – Adoubé par Nicolas Winding Refn, le réalisateur Gerard Johnson dévoile son deuxième long métrage. Thriller “descente aux enfers”, Hyena nous propulse au cœur de la jungle Londonienne, où trafic de drogue et prostitution vont bon train. Un polar sans concession.

 

 

 

Après avoir réalisé un film en 2011, Gerard Johnson revient sur le devant de la scène, adoubé par Nicolas Winding Refn. Je parlais déjà de ce dernier dans ma critique de Lost River pour les références faites à son cinéma. « J’ai vu le futur du polar et il crie Hyena », affirme le Danois qui, lui-même, essaie de révolutionner ce genre très populaire.

 

 

HyenaPoster

Un bout de l’affiche du film. DR

 

 

Deuxième collaboration entre l’acteur Peter Ferdinando et Gerard Johnson, tous deux britanniques, Hyena nous plonge au cœur de la jungle londonienne, sur fond de drogue et de prostitution. Sans concession, ce polar nous expose ce qu’est la descente aux enfers au cinéma.

 

 

 

Bas-fonds

 

 

Londres, 2014. Michael Logan, agent de la brigade des stups, connaît la ville comme sa poche. Ses relations y sont nombreuses, autant du bon que du mauvais côté de la loi. Ses supérieurs et collègues le considèrent comme un bon flic. Il est respecté et craint. Une hyène pour ses ennemis.

 

MichaelLoganHyena

Michael Logan (Peter Ferdinando) est un flic corrompu. DR

Alors qu’il vient d’engager 100 000 £ dans une transaction contrebandière, le malfrat l’ayant mis sur l’affaire est tué sous ses yeux. Dissimulé, il identifie les deux tueurs connu sous le nom des frères Kabashi, deux armoires à glace fraîchement débarqués d’Albanie. Ces derniers suppriment progressivement tous leurs concurrents sur les marché de la drogue et du proxénétisme. Logan va voir ses habitudes bouleversées.

 

Exit le jeu du bon et du mauvais flic. Place à la réalité d’un monde où rien n’est blanc ou noir. Les gardiens de la paix se révèlent en antihéros torturés et taiseux qui sillonnent l’Angleterre de la vieille école, espérant trouver la rédemption à chaque coin de rue. Ce n’est pas l’inspecteur David Knight, revenu travailler à la brigade des stups dix ans après avoir été inculpé pour corruption, qui dira le contraire.

 

 

KabashiHyena

Les frères Kabashi (Orli Shuka et Gjevat Kelmendi) avec, à droite, un autre malfrat albanais. DR

Si Hyena ne fait, certes, aucune concession, sa violence n’est pas aussi prononcée qu’on le dit. À mon sens, les scènes les plus graphiques se gardent bien de tomber dans l’écueil du gore, ce qui est fort rare en ces heures de cinéma grand spectacle.

 

Et les quelques effets de style mis en place (clairs-obscurs, stroboscopes, contre-jours…) restent discrets. L’on peut d’ailleurs porter ce constat à la globalité de la mise en scène dont la simplicité n’a d’égale que son efficacité. Non dénuée d’un certain charme, celle-ci se résume en trois gimmicks : caméra à l’épaule, longs travellings et ralentis.

 

 

 

Le présent du polar

 

 

 

J’ai toujours autant de plaisir à retrouver l’accent londonien, comme entendu chez Guy Ritchie, dans la bouche des personnages. Dès lors que Logan conversait avec ses contemporains, un sentiment familier m’envahissait. Un sentiment plaisant. J’avais la nette impression d’entendre parler ces acteurs répondant aux doux noms de Jason Statham, Dexter Fletcher ou encore le chanteur Steve Mariott (du groupe Small Faces) car, comme je l’ai déjà dit, j’écoute beaucoup de rock psychédélique.

 

ArianaHyena

Ariana (Elisa Lasowski) est retenue prisonnière par la mafia albanaise. DR

Les sujets de Sa Majesté (et notamment les cinéastes) sont pour moi à suivre de très près, tant ils débordent de créativité. En tout cas, assez pour couvrir l’humanité de cadeaux en 24 images par seconde.

 

Toutefois, force m’est d’admettre que Hyena ne fait pas honneur à l’inventivité britannique, se contentant de servir du réchauffé. Serpico de Sydnet Lumet ou Bullhead de Michael R. Roskam sont tant de longs métrages qui, bien que traitant d’autres sujets, semblent l’avoir inspiré. Est-ce une question d’ambiance ? De ton ? Je l’ignore. Toujours est-il qu’il est fréquent de ressentir une impression de “déjà-vu” au cinéma. Et j’en suis le premier navré.

 

Le futur du thriller ? Laissez-moi rire. Hyena appartient au présent. Il est fort à parier que c’est sa violence froide qui a séduit Nicolas Winding Refn au point de le dresser en exemple, en éclaireur de la grande marche cinématographique du XXIe siècle, mettant son image au service du septième art probablement pour flatter son ego surdimensionné.

 

FlammesHyena

La descente aux enfers de Michael Logan se fait dans le sang et les flammes. DR

 

De surcroît, la fin, c’est sûr, en décevra plus d’un, bien qu’elle ne m’ait, personnellement, pas dérangé. Ce qui m’amène à la conclusion de cette critique, dans laquelle je tenterai de rester objectif : pour un deuxième essai, Gerdard Johnson a signé une œuvre bien ficelée et agréable à parcourir pour peu que l’on aime s’immiscer dans le quotidien d’individus malhonnêtes, mais pas une œuvre nouvelle, marquante, inoubliable… Rendez-vous au cinéma pour un avis contraire.

 

 

 Maxime Ducret

 

 

 

HyenaPoster2Hyena

 

Un film de Gerard Johnson, avec Peter Ferdinando, Stephen Graham, Richard Dormer, MyAnna Buring, Elisa Lasowski, Neil Maskell, Thomas Craig et Gordon Brown (Royaume-Uni)

Genre : thriller

Durée : 1 heure 52 min

 

 

 

commentez lire les commentaires
1571 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.