Course de la résistance : courir pour se souvenir

sep article

Notre indépendance c

REPORTAGE VIDÉO – Pas moins d’un millier de participants se sont alignés au départ de la course de la Résistance, organisée par le Conseil départemental de l’Isère ce 8 mai 2015. Une manière de fédérer la population autour de la commémoration d’une date historique, résumée pour l’occasion en un slogan : « Le 8 mai n’est pas qu’un jour férié ! »

 

 

 

Le plan du parcours de la course

Le plan du par­cours de la course. © Conseil dépar­te­men­tal de l’Isère

À l’o­ri­gine, ce devait être une course à pied de 10 kilo­mètres mais la toute récente crue de l’Isère a contraint les orga­ni­sa­teurs à en modi­fier le par­cours, cer­taines por­tions du tracé ori­gi­nal, notam­ment la voie de Corato, n’é­tant pas pra­ti­cables.

 

C’est donc sur une dis­tance de 8 km que les cou­reurs se sont élan­cés au départ donné rue Bizanet, juste devant la mai­son du fon­da­teur du Centre de docu­men­ta­tion juive contem­po­raine (CDJC), Isaac Schneersohn.

 

Au final, un beau suc­cès popu­laire. Et la pluie, qui s’est invi­tée à la fête alors que les plus rapides par­ve­naient sur la ligne d’ar­ri­vée parc Paul Mistral, n’a pas réussi à gâcher la fête.

 

 

 

Un ticket de tram gratuit

 

 

Pour reti­rer son dos­sard et un ticket de tram gra­tuit pour se rendre sur la ligne de départ, il suf­fi­sait de s’ac­quit­ter de quatre euros si l’on s’ins­cri­vait avant le 23 avril, puis de huit euros si l’on s’ins­cri­vait avant le 6 mai. Pour les retar­da­taires, il était tou­jours pos­sible de les reti­rer sur place mais cette fois-ci au tarif de dix euros.

 

Les compétiteurs au départ

Les com­pé­ti­teurs au départ. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Une par­ti­ci­pa­tion des­ti­née à cou­vrir notam­ment les frais d’ins­crip­tion et de dos­sards, la sécu­rité, le chro­no­mé­trage et le ravi­taille­ment.

 

Pour une pre­mière, l’é­vé­ne­ment a fait car­ton plein ! L’organisation s’é­tait fixé l’ob­jec­tif de 1000 dos­sards mais l’af­fluence a été telle que, très vite, ils ont été atteints. Les orga­ni­sa­teurs n’ont donc eu d’autres choix, à leur cœur défen­dant, que de refu­ser du monde. La ran­çon du suc­cès ?

 

 

 

Éviter la surchauffe !

 

 

Deux départs étaient pré­vus à l’is­sue des céré­mo­nies offi­cielles célé­brant le 70e anni­ver­saire de la fin de la Seconde guerre mon­diale. Le pre­mier par­cours, chro­no­mé­tré, des­tiné aux cou­reurs, emprun­tait les quais et les berges de l’Isère et, plus urbain, cer­taines rues de Grenoble jus­qu’à l’ar­ri­vée au parc Paul Mistral.

 

En plein effort !

En plein effort ! © Joël Kermabon – Place Gre’net

À mi-course, un poste de ravi­taille­ment, situé dans le parc des berges de l’Isère, per­met­tait aux com­pé­ti­teurs de se ravi­tailler en bois­son et nour­ri­ture et ainsi évi­ter toute sur­chauffe, déshy­dra­ta­tion ou encore hypo­gly­cé­mie.

 

Le second par­cours, gra­tuit, était plus par­ti­cu­liè­re­ment des­tiné aux familles et aux pro­me­neurs se dépla­çant à pied, en vélo ou encore en trot­ti­nettes. Une seule contrainte : n’u­ti­li­ser que des moyens de trans­port non pol­luants, démarche éco-res­pon­sable oblige.

 

 

Réalisation JK Production

 

 

 

Un parcours d’histoire

 

 

Pour ces pro­me­neurs, les orga­ni­sa­teurs avaient jalonné le tracé de pan­neaux infor­ma­tifs illus­trant dif­fé­rents lieux emblé­ma­tiques de cette période his­to­rique leur per­met­tant ainsi d’ap­pro­fon­dir leurs connais­sances.

 

Exposition parc Paul Mistral

Exposition parc Paul Mistral. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Au nombre de ces lieux, outre la mai­son d’Isaac Schneersohn, le public a pu s’in­té­res­ser, entre autres sites de mémoire, à l’es­pla­nade des com­munes Compagnons de la libé­ra­tion, au musée de la Résistance et de la dépor­ta­tion et l’al­lée des Justes.

 

Enfin, tout le long de ce par­cours d’his­toire, des por­traits de héros de la Résistance gre­no­bloise légen­dés ont rap­pelé aux qui­dams que « Le 8 mai n’est pas qu’un jour férié ! ».

 

 

 

« Une méconnaissance des lieux emblématiques »

 

 

Éric Piolle remet son prix à la gagnante de la catégorie féminin

Éric Piolle remet son prix à la gagnante de la caté­go­rie fémi­nine. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Cette toute pre­mière course de la Résistance a été orga­ni­sée par le conseil dépar­te­men­tal, la ville de Grenoble, les ser­vices de l’État et des acteurs locaux à par­tir d’une ini­tia­tive du direc­teur du musée de la Résistance.

 

L’objectif ? « Donner un éclat tout par­ti­cu­lier aux com­mé­mo­ra­tions du 8 mai 1945 à Grenoble, en fédé­rant le plus lar­ge­ment pos­sible la popu­la­tion autour de cet anni­ver­saire pour en rap­pe­ler la por­tée his­to­rique et en inter­ro­ger le sens ». À la base, une consta­ta­tion :

« La mécon­nais­sance des lieux emblé­ma­tiques de la Seconde guerre mon­diale à Grenoble, dans une ville et un dépar­te­ment qui pour­tant ont été mar­qués par l’opposition au nazisme et au régime de Vichy ».

 

Bien que les orga­ni­sa­teurs et les repré­sen­tants du conseil dépar­te­men­tal se soient féli­ci­tés du beau suc­cès de cet évé­ne­ment lors de la remise des prix, rien ne per­met de confir­mer sa recon­duite l’an­née pro­chaine. Pour autant, le spea­ker lèvera tout de même un coin du voile : « On ne peut pas vous annon­cer qu’il y en aura une deuxième [course, ndlr], même si le pré­sident Jean-Pierre Barbier en a parlé lors de la confé­rence de pré­sen­ta­tion ». L’avenir le dira…

 

 

Joël Kermabon

 

 

Voir aussi :  les résul­tats de la course sur le site du chro­no­mé­treur

 

 

 

commentez lire les commentaires
4469 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. sep article
  2. L’art de prio­ri­ser du nou­veau conseil Départemental : « rien ne garan­tit qu’il y aura une édi­tion numéro 2 à cet évè­ne­ment »…prio­ri­sa­tion poli­tique ou puni­tion col­lec­tive ? Parfois ne pas som­brer dans la déma­go­gie fait du bien.

    sep article