Film The voices

The Voices : humour et mort par Marjane Satrapi

The Voices : humour et mort par Marjane Satrapi

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

BLOG CINÉMA - The Voices, gâte­rie déca­lée pour fans de comé­dies noires, est le qua­trième film de Marjane Satrapi. Loin des charmes de l’Orient, il se déroule aux États-Unis, ter­ri­toire d’un anti­hé­ros psy­cho­tique qui entend des voix. Ryan Reynolds y étonne dans un rôle à contre-emploi.

Péjorativement, on dira des esthètes qu’ils affectent le culte raf­finé du beau for­mel, au détri­ment de toute autre valeur. Ou plus sim­ple­ment qu’ils pri­vi­lé­gient la forme au fond. Ce n’est pas le cas de Marjane Satrapi. Son nom ne vous dit rien ? Mais si ! Vous devez cer­tai­ne­ment bien connaître cette Iranienne fran­co­phone qui peut se van­ter de cumu­ler bon nombre de cordes à son arc. Entre la bande des­si­née – scé­na­rio et des­sin –, le cinéma et la pein­ture en pas­sant par la musique, dif­fi­cile de lui attri­buer une autre case que celle d’ar­tiste polyvalente.

Révélée grâce à l’a­dap­ta­tion fil­mique de Persepolis, je l’ai, pour ma part, décou­verte sur le divin Poulet aux prunes, coréa­lisé avec Vincent Paronnaud. Ce long métrage a su appor­ter un peu de diver­sité dans ma culture ciné­ma­to­gra­phique qui avait gran­de­ment besoin de sa poé­sie, de sa musi­ca­lité envoû­tante. Marjane Satrapi arbore un style raf­finé où l’i­mage s’ac­corde avec le son. Son écri­ture est ana­logue à celle du conte, à la fois moderne et emprunte de clas­si­cisme. Ce qui libère une poé­sie baroque, bien­ve­nue dans le sep­tième art.

TheVoicesPoster

Après Persepolis, Poulet aux prunes et La Bande des Jotas (que je n’ai mal­heu­reu­se­ment pas vu), elle signe The Voices, une comé­die à l’hu­mour déran­geant. Critique.

Distorsion de la réalité

TheVoicesRyanReynolds

De gauche à droite : Bosco, Jerry (Ryan Reynolds) et M. Moustache. DR

Milton, États-Unis. Jerry Hickfang (Ryan Reynolds) mène une exis­tence pai­sible au-des­sus d’un bow­ling désaf­fecté avec son chien, Bosco, et son chat, M. Moustache.

Employé dans une entre­prise de bai­gnoires pros­père, il est convié à une petite fête orga­ni­sée entre col­lègues. Lors des pré­pa­ra­tifs, il fait la connais­sance de Fiona (Gemma Arterton), déli­cieuse jeune femme aux lèvres pul­peuses et aux che­veux char­bons, dont il tombe immé­dia­te­ment amou­reux. Mais, contrai­re­ment à lui, cette der­nière ne vit pas une idylle, pré­fé­rant décli­ner ses avances au pro­fit d’a­mu­se­ments plus tra­di­tion­nels tels que le karaoké, si cher à ses amies de tou­jours. Cette situa­tion est pro­pice à l’ins­tal­la­tion d’un fort contraste qui s’avère moteur d’une intrigue ahurissante.

En effet, der­rière ses airs constam­ment ahu­ris et son atti­tude quasi-infan­tile (qui, soit dit en pas­sant, ins­pirent une cer­taine sym­pa­thie), Jerry cache un lourd secret. Schizophrène para­noïaque depuis l’en­fance, trait pro­ba­ble­ment hérité de sa mère, Jerry tue. Ou plu­tôt son double tue. En pleine rue, chez lui ou dans la forêt. Au cou­teau, la plu­part du temps. Parfois sans même s’en rendre compte. Mais il tue. L’originalité étant que le com­man­di­taire de tous les meurtres est son chat, M. Moustache, qui jure comme un char­re­tier, s’op­po­sant à la bonne conscience de Bosco, chien fidèle, pen­dant 1 h 43.

TheVoicesJerryEtSonPatron

Jerry et son patron (Paul Chahidi). DR

Régulièrement, Jerry a ren­dez-vous chez sa psy­cha­na­lyste (Jacki Weaver), laquelle lui pres­crit des com­pri­més cen­sés sta­bi­li­ser son état. Si par mal­heur Jerry refuse de les prendre, la réa­lité lui appa­raît comme biai­sée, dénaturée.

Par exemple, il ne voit pas ses col­lègues en bleu de tra­vail mais en rose de tra­vail, selon l’ex­pres­sion « voir la vie en rose ». De même, son appar­te­ment semble impec­ca­ble­ment rangé alors que des cœurs et autres vis­cères jonchent le sol et recouvrent les murs. Vous l’au­rez com­pris, dans The Voices, tout n’est qu’op­po­si­tion, contraste et appa­rences trom­peuses. D’autant que durant les pre­mières minutes, le spec­ta­teur ne se doute de rien.

Pour être hon­nête, je n’i­ma­gi­nais clai­re­ment pas Ryan Reynolds dans le rôle titre. Du moins jus­qu’à ce que je visionne ce film. La pro­fes­sion n’a pas pour habi­tude de lais­ser s’ex­pri­mer son talent, l’as­so­ciant notam­ment à de gigan­tesques navets tels que Green Lantern ou X‑Men Origins : Wolverine. Mais force est de consta­ter que sa pres­ta­tion est ici assez rafraî­chis­sante et tout à fait juste. Entre l’im­bé­cile heu­reux et le tueur névro­tique, il par­vient à pro­vo­quer le rire autant que la peur. S’il est une rai­son d’al­ler voir The Voices, c’est bien celle de décou­vrir le Canadien sous un nou­veau jour.

Résultat en demi-teinte

TheVoicesJerryTue

Jerry tue. DR

Au résumé du scé­na­rio, vient peut-être à l’es­prit le terme de des­cente aux enfers. Le film traite effec­ti­ve­ment la dégé­né­res­cence d’un homme perdu, tiraillé entre rêve et réalité.

2015 serait-elle l’an­née de l’Entre deux mondes ? Assurément. Mais The Voices c’est aussi la des­cente aux enfers du cinéma de Marjane Satrapi. Alors que l’Iranienne s’es­saye au genre, celui-ci dévoile ses pre­mières limites. Mais alors, le résul­tat est-il mau­vais ? Non. Seulement en demi-teinte.

Si tout va bien ques­tion réa­li­sa­tion – plans et mou­ve­ments de caméra soi­gnés, cou­leurs cha­toyantes, beau­coup d’élé­ments emprun­tés au cinéma du look… –, l’é­cri­ture de Michael R. Perry affiche quelques lacunes. Le scé­na­riste, qui a scripté son incur­sion dans l’in­dus­trie du cinéma en même temps que Paranormal Activity 2, a choisi l’hu­mour noir pour por­ter le récit, choix judi­cieux puisque atté­nuant le gore au pro­fit d’une lou­fo­que­rie dis­tan­ciée. Dommage que cette der­nière soit un poil trop envahissante.

TheVoicesJerryetFiona

Jerry et Fiona (Gemma Arterton). DR

Aussi, ama­teurs de sus­pense hale­tant s’abs­te­nir. Car c’est aux meurtres san­glants et aux conver­sa­tions sur­réa­listes que The Voices doit ses meilleurs moments. Beaucoup de cri­tiques lui reprochent l’ab­sence d’une véri­table enquête et ce légi­ti­me­ment. Personne ne sus­pecte Jerry ni même le menace. Il faut attendre une der­nière ligne droite enguir­lan­dée pour que l’an­ti­hé­ros encourt un risque : une poi­gnée de per­son­nages secon­daires peu inté­res­sants et absents jusque-là qui resur­gissent façon série poli­cière un peu Z. Autant vous dire que la conclu­sion désappointe.

En conclu­sion et mal­gré tout ce que j’ai pu lui repro­cher, The Voices se laisse regar­der. Il est un diver­tis­se­ment qui veut bien faire, serti d’i­ro­nie et d’hu­mour noir, de folie rafraî­chis­sante. L’absence d’une his­toire aux intrigues et per­son­nages déve­lop­pés mais aussi et sur­tout d’une vraie fin est évi­dem­ment à déplo­rer. Mais il n’y a rien de plus plai­sant que de contem­pler son absur­dité qui s’épanouit dans une vio­lence lou­foque. L’absurde, c’est un art à part entière. L’essence de la vie et du cinéma. Le sang de l’exis­tence. Le même sang que fait cou­ler l’at­ta­chant anti­hé­ros pen­dant 1 h 43. C’est pour­quoi les admi­ra­teurs de Satrapi seront com­blés. Ceux de Reynolds enchan­tés. Quant à Perry, je doute qu’il puisse se van­ter d’en avoir. Bref. Fans de comé­dies noires, ren­dez-vous au cinéma !

Maxime Ducret

TheVoicesPosterThe Voices

Un film de Marjane Satrapi, avec Ryan Reynolds, Gemma Arterton, Anna Kendrick et Jacki Weaver (Allemagne, États-Unis)

Genre : comédie

Durée : 1 heure 43 min
Sortie en salles le 11 mars 2015

Séances : cinéma Le Club, 9 bis rue du Phalanstère à Grenoble.

Tél. : 04 76 87 46 21

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

M. Ducret

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

François Ruffin à Grenoble : « J’aurais été un des porte-parole des gilets jaunes si je n’a­vais pas été député »

REPORTAGE VIDÉO - François Ruffin, député La France insoumise de la Somme, a choisi la ville de Grenoble pour débuter, ce vendredi 15 février, une Lire plus

L'affiche du film Les invisibles au cinéma Le Club de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
« Les invi­sibles » à Grenoble : un film sen­sible et lumi­neux sur l’ac­cueil de jour des femmes sans-abri

FOCUS - Louis-Julien Petit, réalisateur du long métrage Les Invisibles était à Grenoble le 27 novembre dernier pour présenter son film sur l'accueil de jour de femmes Lire plus

Film Victoria de Sebastian Schipper
Victoria se perd dans la nuit berlinoise

BLOG CINÉMA - La tradition du plan-séquence, procédé ne datant pourtant pas d'hier, se poursuit en 2015 à travers un nouveau cru : Victoria de Sebastian Schipper. Réponse Lire plus

Affiche du film Ex Machina - intelligence artificielle
Alex Garland déve­loppe son I.A. dans Ex Machina

BLOG CINÉMA - Film de science-fiction ayant pour thème l'intelligence artificielle (I.A), Ex Machina se déroule comme un huis-clos réfléchi et anxiogène. Il s'agit de la Lire plus

Deuxième collaboration entre l'acteur Peter Ferdinando et Gerard Johnson, tous deux britanniques, Hyena nous plonge au cœur de la jungle londonienne, sur fond de drogue et de prostitution. Sans concession, ce polar nous expose ce qu'est la descente aux enfers au cinéma.
Hyena, polar sans concession

BLOG CINÉMA - Adoubé par Nicolas Winding Refn, le réalisateur Gerard Johnson dévoile son deuxième long métrage. Thriller “descente aux enfers”, Hyena nous propulse au cœur de la jungle Lire plus

UNE Lost river poster
Lost River : dans l’antre lugubre de Ryan Gosling

BLOG CINÉMA - La toute première fois de Ryan Gosling s'appelle Lost River. Thriller fantastique aux néons sombres et nourris de nombreuses inspirations, un essai concluant pour l'acteur qui, derrière la Lire plus

Flash Info

|

17/08

11h57

|

|

17/08

11h17

|

|

16/08

18h38

|

|

16/08

17h06

|

|

16/08

10h10

|

|

13/08

8h35

|

|

13/08

1h08

|

|

12/08

20h21

|

|

12/08

17h28

|

Les plus lus

Environnement| L’Isère de nou­veau pla­cée en vigi­lance jaune cani­cule à comp­ter du mer­credi 10 août

Abonnement| Îlots de cha­leur : Grenoble, mau­vaise élève et sous les cri­tiques de l’op­po­si­tion, veut faire mieux

Flash info| L’incendie qui a ravagé 100 hec­tares de végé­ta­tion entre La Buisse et Voreppe est « maî­trisé mais pas éteint » selon la pré­fec­ture de l’Isère

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin