Inherent Vice

Inherent Vice, polar confus des seventies

Inherent Vice, polar confus des seventies

BLOG CINÉMA – Inherent Vice, der­nier né du cinéaste ange­lin Paul Thomas Anderson, nous pro­pulse dans le Los Angeles des seven­ties. Le privé Larry « Doc » Sportello se voit confier une affaire aux nom­breux acteurs. Le cas­ting est impres­sion­nant et le psy­ché­dé­lisme au ren­dez-vous. Ce qui n’empêche pas une intrigue confuse et d’une len­teur soporifique.

Né à Studio City dans la val­lée de San Fernando, Paul Thomas Anderson n’é­tu­die pas le cinéma. Il apprend sur le tas en débu­tant dans la pro­duc­tion télé­vi­suelle. De répu­ta­tion, on le dit impé­tueux et égo­cen­trique. Sharon Waxman le confirme dans sa bio­gra­phie Les Six Samouraïs : Hollywood som­no­lait, ils l’ont réveillé !. Lorsqu’il se concentre sur son tra­vail de réa­li­sa­tion, il lui arrive d’être colé­rique, abu­sif et d’in­sul­ter copieu­se­ment tout le monde. Toutefois, cela ne l’empêche aucu­ne­ment de jouir d’une ima­gi­na­tion débor­dante, d’une ori­gi­na­lité folle et d’une assu­rance incroyable. Bien au contraire.

Aujourd’hui consi­déré en esthète, il a obtenu la recon­nais­sance de ses pairs grâce à des œuvres telles que Magnolia, Boogie Nights ou encore There Will Be Blood. La plu­part d’entre elles se déroulent dans l’État de Californie, plus pré­ci­sé­ment à Los Angeles, la cité des anges et du cinéma.

AfficheInherentVice

Adaptation du roman homo­nyme de Thomas Pynchon, Inherent Vice est son sep­tième long métrage. C’est celui-là même qui va nous intéresser.

Sous l’emprise de substances

JoaquinPhoenixInherentVice

Larry « Doc » Sportello (Joaquin Phoenix)

Los Angeles. 1970. Inherent Vice démarre sur les cha­peaux de roues. Le privé Larry “Doc” Sportello, inter­prété par Joaquin Phoenix, est visité par son ex-petite amie, la char­mante Shasta Fay Hepworth (Katherine Waterston). Cette der­nière n’est pas venue pour le recon­qué­rir mais pour lui confier une enquête d’ap­pa­rence clas­sique. Son nou­vel amant, le magnat de l’im­mo­bi­lier Mickey Wolfmann (Eric Roberts), a mys­té­rieu­se­ment dis­paru. Son épouse (Serena Scott Thomas), est accu­sée de l’a­voir fait kid­nap­per et inter­ner dans un asile psy­chia­trique afin de l’é­loi­gner de son immense for­tune. Mais la vérité est autre­ment plus complexe.

Dans ce polar vin­tage, est jouée la carte des intrigues paral­lèles et des des­tins croi­sés. Le détec­tive mène plu­sieurs enquêtes à la fois, enquêtes qui, inévi­ta­ble­ment, fini­ront par se croi­ser et se recroi­ser, s’en­tre­cho­quer dans un vacarme assour­dis­sant. Les lieux et les situa­tions s’en­chaînent. Les per­son­nages se mul­ti­plient. Paul Thomas Anderson avait déjà offi­cié dans le film cho­ral en 1999, avec son Magnolia.

JoshBrolinInherentVice

À droite, Christian « Bigfoot » Bjornsen (Josh Brolin)

La cri­tique n’a pas man­qué de saluer la per­for­mance de Joaquin Phoenix. Surprenante, elle pro­voque le rire autant qu’elle impres­sionne, sans trop effa­cer celle de ses cama­rades. En effet, tous les pro­ta­go­nistes ont leur impor­tance et sont inter­pré­tés avec beau­coup de jus­tesse. Parmi eux, cha­cun aura son petit chou­chou. Moi-même, j’a­voue avoir un faible pour le lieu­te­nant Christian « Bigfoot » Bjornsen, campé par le grin­cheux Josh Brolin. Ses fureurs éner­gu­mènes envers Sportello sont jubilatoires.

Mais Bigfoot ne sera pas l’u­nique adver­saire de Sportello. Ce der­nier se frot­tera aux truands, aux nar­co­tra­fi­quants de Los Angeles, ainsi qu’aux membres d’une secte dont la cou­ver­ture se trouve être un syn­di­cat de den­tistes. Sentez d’ici les effluves amères des drogues douces et les relents âpres des alcools forts qui ont, sans doute, ins­piré l’é­cri­ture du roman d’o­ri­gine et son adap­ta­tion sur grand écran.

Faux-sem­blants

OwenWilsonInherentVice

À gauche, Coy Harlingen (Owen Wilson)

Je n’ai pas le mar­ke­ting en hor­reur mais force est de consta­ter que der­rière sa dis­tri­bu­tion féroce, Inherent Vice cache bien son jeu. Tombez son esthé­tique vin­tage et son humour déca­pant, il ne lui res­tera que dia­logues inuti­le­ment longs et intrigue sibyl­line. Avec ça, j’ai la nette impres­sion qu’Anderson cherche à enfu­mer le spec­ta­teur. Adapter le roman touffu de Pynchon est pour lui pré­texte à déployer son impres­sion­nant cas­ting dans un Los Angeles poly­chrome, sans réelle ambi­tion, si ce n’est d’y perdre le spec­ta­teur. Vertige ? Esbroufe. Le polar se désa­grège aux bat­te­ments des cœurs hallucinés.

Jonhatan Lambert (à l’af­fiche de Réalité par Quentin Dupieux) disait : « Plus c’est fou, plus c’est ori­gi­nal, plus c’est dingue… plus il faut que ce soit construit ». Le grand mal dont souffre Inherent Vice c’est jus­te­ment de ne pas l’être. À mon sens, il est un genre de laby­rinthe chan­geant, un dédale mau­dit dans lequel qui­conque n’a pas le sens de l’o­rien­ta­tion est voué à se perdre. Un kaléi­do­scope désen­chanté de l’Amérique post-psy­ché­dé­lique, porté par ses acteurs au détri­ment de son scénario.

KatherineWaterstonInherentVice

Shasta Fay Hepworth (Katherine Waterston)

De plus, la réa­li­sa­tion ne vient pas rele­ver le niveau. Quelques plans-séquences par-ci, quelques ralen­tis par-là. Seule cette pel­li­cule cha­mar­rée donne du relief aux sub­ver­sions d’un autre âge : la drogue, le sexe et l’al­cool. Dieu sait qu’en ces heures sombres, le cœur de l’Homme a besoin de cou­leur, de cha­leur et de joie. Devant le petit ou le grand écran, il y a tou­jours un film à voir. Qu’il prenne sim­ple­ment garde à ne pas s’en­dor­mir devant.

Au final, j’at­ten­dais beau­coup de cet Inherent Vice. Déjà parce que c’est mon pre­mier Paul Thomas Anderson. Mais aussi parce que j’ai ten­dance à fan­tas­mer la vieille Amérique et ses lubies idéa­listes. En lieu et place d’un bon vieux thril­ler des seven­ties, j’ai visionné un polar mal ficelé, ennuyeux, déce­vant. Un point noir dans la car­rière d’Anderson. À évi­ter si l’on pré­fère les his­toires claires aux hal­lu­ci­na­tions filmées.

Maxime Ducret

PosterInherentViceInherent Vice

Un film de Paul Thomas Anderson, avec Joaquin Phoenix, Josh Brolin, Owen Wilson, Katherine Waterston, Reese Witherspoon et Benicio Del Toro (États-Unis)

Genre : policier

Durée : 2 h 28 min
Sortie en salles le 4 mars 2015

Séances : cinéma Le Club, 9 bis rue du Phalanstère à Grenoble.

Tél. : 04 76 87 46 21

M. Ducret

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Seconde édi­tion de la Bolly Night, orga­ni­sée par Bollyciné Grenoble, samedi 26 novembre à la Crique Sud

ÉVÉNEMENT - Après une première édition en 2021, l'association Bollyciné Grenoble organise une nouvelle "Bolly Night" le samedi 26 novembre 2022 à 20 heures au Lire plus

Pénélope, mon amour fait partie des films projetés dans le cadre de l'édition 2022 du festival Vues de familles, organisé par l'Udaf 38.
Nouvelle édi­tion du fes­ti­val isé­rois de ciné-débats Vues de familles, du 14 au 26 novembre 2022

ÉVÉNEMENT - C'est parti pour la cinquième édition du festival de ciné-débats Vues de familles, organisé par l'Udaf de l'Isère (Union départementale des associations familiales). Lire plus

L'édition 2022 du festival grenoblois propose un large choix de films inédits en compétition, de reprises et de courts-métrages. DR.
Le fes­ti­val Dolce Cinema 2022 replace l’Italie comme force vive du sep­tième art

EN BREF - Le festival Dolce Cinema rappelle que l'Italie n'a pas grand-chose à envier à la France en matière de tradition cinématographique. Du 12 Lire plus

Émilie Frèche, cinéaste engagée, invitée du cinéma Le Club
Avant-pre­mière au cinéma Le Club du film Les Engagés, en pré­sence de sa réa­li­sa­trice Émilie Frèche

ÉVÈNEMENT - Le cinéma grenoblois Le Club présente en avant-première, ce jeudi 27 octobre 2022, le film Les Engagés, trois semaines avant sa sortie en salle. Lire plus

Une affiche haute en couleurs pour fêter les 10 ans du festival Voir Ensemble © Le Méliès
Cinéma jeune public : le fes­ti­val Voir Ensemble s’ins­talle au Méliès pour ses dix ans, du 22 octobre au 1er novembre 2022

ÉVÈNEMENT - Le festival grenoblois de cinéma jeune public Voir Ensemble revient pendant les vacances de la Toussaint au Méliès, du 22 octobre au 1er Lire plus

Le festival international de cinéma LGBTQI+ de Grenoble Vues d'en face de retour du 6 au 22 octobre 2022
Le fes­ti­val inter­na­tio­nal de cinéma LGBTQI+ de Grenoble Vues d’en face de retour du 6 au 22 octobre 2022

ÉVÉNEMENT - C'est reparti pour une nouvelle édition du "festival international du film LGBTI+ de Grenoble" Vues d'en face, du 6 au 22 octobre. Rendez-vous Lire plus

Flash Info

|

26/11

9h37

|

|

25/11

19h40

|

|

24/11

14h16

|

|

24/11

10h16

|

|

23/11

10h07

|

|

22/11

19h39

|

|

22/11

19h30

|

|

22/11

15h46

|

|

22/11

10h23

|

|

21/11

11h31

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 47 : « La mise en place de la ZFE en question »

Culture| Art contem­po­rain : le Magasin rouvre (enfin) ses portes au public à Grenoble

Environnement| Le Smmag, la Métropole et le Grésivaudan annoncent la mise en place de primes (cumu­lables) pour l’a­chat d’un vélo neuf ou d’occasion

Agenda

Je partage !