“Je suis Charlie, je suis… Anonyme”

sep article



Des milliers, des millions d’anonymes se sont sentis Charlie ces dernières semaines. Mais certains anonymes le sont encore plus que d’autres. Le si mystérieux – et tout autant moqué que redouté – groupe des Anonymous a, en effet, jugé avoir son mot à dire.

 

 

 

Chacun pos­sé­dant un compte sur un ou plu­sieurs réseaux sociaux aura pu s’en rendre compte : la vague de mes­sages fai­sant suite à la tue­rie de Charlie Hebdo n’a res­sem­blé à rien de connu dans notre pays. À l’i­mage de l’ex­tra­or­di­naire mobi­li­sa­tion citoyenne qui a réuni près de quatre mil­lions de per­sonnes dans les rues, le samedi et dimanche fai­sant suite aux atten­tats.

 

Impossible de dénombrer combien de fois l'image et le slogan « Je suis Charlie » auront été utilisées de par le monde...

Impossible de dénom­brer com­bien de fois l’i­mage et le slo­gan “Je suis Charlie” auront été uti­li­sés de par le monde… DR

Sur Twitter comme sur Facebook, le désor­mais célèbre « Je suis Charlie » a peu­plé les posts et les ava­tars, ainsi que ses nom­breuses décli­nai­sons et une myriade de des­sins, réa­li­sés par des pro­fes­sion­nels comme des ama­teurs.

 

S’il est encore bien trop tôt pour le qua­li­fier d’his­to­rique, ce for­mi­dable écho n’en a pas moins été excep­tion­nel.

 

Et les médias tra­di­tion­nels ont eu, à l’i­mage des inter­nautes eux-mêmes, toutes les peines du monde à suivre la masse d’in­for­ma­tions véhi­cu­lée sur la Toile.

 

C’est pro­ba­ble­ment la rai­son pour laquelle cer­tains d’entre eux ont choisi de retom­ber dans leurs vieilles habi­tudes de “faits-diver­siers”, quitte à prendre le risque de mettre en péril la vie d’o­tages ou de repré­sen­tants des forces de l’ordre.

 

 

 

 

Le désordre nouveau

 

 

 

Mais qu’en est-il des « forces du désordre » ? Pareil embal­le­ment sur l’Internet ne pou­vait lais­ser insen­sibles ses gar­diens offi­cieux, sa galaxie d’Anonymous. D’une part, parce que les hack­ti­vistes mas­qués sont des citoyens comme les autres. D’autre part, parce qu’Anonymous a tou­jours déclaré se battre au nom de la liberté d’ex­pres­sion, menant une guerre sans merci contre toute ten­ta­tive de cen­sure sur le web.

 

« Peuples du monde, l'instant est grave... » La vidéo des Anonymous l'est aussi. Au point hélas de nuire à son message en frôlant le ridicule.

« Peuples du monde, l’ins­tant est grave… » La vidéo des Anonymous l’est aussi. Au point de sem­bler gro­tesque à cer­tains ?

 

Rappelons tou­te­fois qu’Anonymous ne désigne pas un grou­pe­ment de per­sonnes iden­ti­fiées ou iden­ti­fiables. Ce qui fait la force du mou­ve­ment fait aussi sa fai­blesse : cha­cun peut se reven­di­quer Anonymous, cha­cun peut pré­tendre adhé­rer aux valeurs du mou­ve­ment, tout en y appor­tant les siennes propres, au risque de pro­duire des contra­dic­tions for­cé­ment dom­ma­geables.

 

Les affaires Dieudonné illus­trent volon­tiers le para­doxe : cer­tains Anonymous le sou­tiennent au nom de valeurs anti­sio­nistes, quand d’autres le condamnent en le dési­gnant comme anti­sé­mite.

 

En somme, on retrou­vera au sein d’Anonymous les mêmes débats qui par­courent la société dans son ensemble. Le désac­cord peut, par ailleurs, tout autant por­ter sur les méthodes. Lorsque le site de L’Express sera vic­time, en 2012, d’at­taques reven­di­quées par des Anonymous, elles seront condam­nées dans la fou­lée par d’autres. Le crime du site d’in­for­ma­tion ? Un édito où l’i­né­nar­rable Christophe Barbier se per­met­tait de cri­ti­quer les hack­ti­vistes mas­qués.

 

 

 

 

Unanimous

 

 

 

V pour Vendetta, qui a inspiré aux Anonymous leur fameux masque impassible.

V pour Vendetta, qui a ins­piré aux Anonymous leur fameux masque impas­sible. DR

Dans le cas qui nous pré­oc­cupe aujourd’­hui, l’u­na­ni­mité est de mise. Anonymous condamne les atten­tats et annonce la guerre contre le « e‑Djihad ». Une annonce qui, dans un pre­mier temps, ras­sure et sou­lage.

 

Aussi cari­ca­tu­rales soient les mises en scène des Anonymous, leur capa­cité de nui­sance est dif­fi­ci­le­ment contes­table. Si le monde des hackers liber­taires choi­sit de s’en prendre aux sites et aux inté­rêts des isla­mistes en ligne, com­ment ne pas s’en réjouir ?

 

D’autant plus que les Anonymous ne sont pas les seuls hack­ti­vistes à sévir sur la Toile. Le ter­ro­risme isla­miste mène éga­le­ment sa guerre sur Internet, atta­quant des sites ins­ti­tu­tion­nels ou jour­na­lis­tiques pour les immo­bi­li­ser et, au pas­sage, affi­cher leur mes­sage hai­neux.

 

La confron­ta­tion avec les Anonymous ne peut, dès lors, que pas­sion­ner l’a­ma­teur de duels épiques. Un air, toutes pro­por­tions gar­dées, de King Kong ver­sus Godzilla.

 

Pour autant, notre vieil esprit car­té­sien reprend vite le des­sus. Les pre­mières inquié­tudes sont venues des ser­vices de ren­sei­gne­ment, qui ne sont certes pas les meilleures amies des Anonymous mais qui, pour le coup, déve­loppent des argu­ments rece­vables.

 

En effet, en s’at­ta­quant aux sites des dji­ha­distes et en pro­vo­quant quel­que­fois leur dis­pa­ri­tion, les Anonymous risquent de réduire à néant des mois de sur­veillance et d’en­quête, ces sites appa­rais­sant comme les vitrines du ter­ro­risme isla­miste inter­na­tio­nal.

 

 

 

 

Hackers ouverts

 

 

 

Le soutien des Anonymous à Charlie a connu nombre de déclinaisons.

Le sou­tien des Anonymous à Charlie a connu nombre de décli­nai­sons.

 

De plus, il serait naïf de pen­ser que les isla­mistes radi­caux ou les appren­tis-ter­ro­ristes ne com­mu­niquent qu’à tra­vers ces sites, aussi confi­den­tiels soient-ils. On sait que les forums de dis­cus­sion de jeux en ligne – à com­men­cer par World of Warcraft, le plus célèbre d’entre eux – ont hébergé, bien mal­gré eux, des per­son­nages peu recom­man­dables qui échan­geaient à tra­vers ce média.

 

Quant à la décou­verte de pho­to­gra­phies pédo­por­no­gra­phiques sur les ordi­na­teurs d’Amedy Coulibaly et de Chérif Kouachi, elle inter­roge les spé­cia­listes. Soit les deux hommes, en plus d’être des extré­mistes reli­gieux et des assas­sins san­gui­naires, étaient pédo­philes. Ce qui en ferait déci­dé­ment des êtres humains pro­fon­dé­ment ado­rables. Soit les sites pédo­por­no­gra­phiques – par défi­ni­tion extrê­me­ment confi­den­tiels – sont deve­nus des lieux d’é­changes entre ter­ro­ristes, lais­sant néces­sai­re­ment des traces dans les caches de leurs navi­ga­teurs.

 

Autant dire que les Anonymous, s’ils veulent réel­le­ment éra­di­quer le dji­ha­disme sur la Toile, vont devoir déployer des tré­sors de patience autant que de créa­ti­vité. Nous les savons nom­breux, mais par­vien­dront-ils à venir à bout de cette hydre dont les têtes, comme le veulent le cli­ché et la mytho­lo­gie, repoussent par deux lors­qu’une est cou­pée ? – Sans comp­ter que le rayon d’ac­tion des Anonymous se limite à la Toile. Qui n’est pas, loin s’en faut, le seul ter­rain d’embrigadement des isla­mistes.

 

 

 

 

Le royaume des aveugles

 

 

 

Pour mieux ins­tal­ler leur ter­reur ven­ge­resse sur l’Internet, les Anonymous se sont éga­le­ment tour­nés vers les sites offi­ciels des pays ayant refusé la publi­ca­tion du der­nier numéro de Charlie Hebdo sur leur ter­ri­toire.

 

Macky Sall, président du Sénégal, présent à la marche de Paris le dimanche, il interdit Charlie Hebdo de diffusion le mercredi suivant. Les Anonymous ne comptent pas le lui pardonner.

Macky Sall, pré­sident du Sénégal. Présent à la marche de Paris le dimanche 11 jan­vier, il inter­dit Charlie Hebdo de dif­fu­sion le mer­credi. Les Anonymous ne comptent pas le lui par­don­ner. DR

Ainsi, le site de l’Agence de l’in­for­ma­tique de l’État séné­ga­lais a été blo­qué pen­dant quelques heures et sa page d’ac­cueil rem­pla­cée par un écran affi­chant : « Vous avez inter­dit la cari­ca­ture de la une de Charlie Hebdo ? Mauvais choix ! » Mais bonne cible ?

 

Aux der­nières nou­velles, le site en ques­tion se porte très bien, de même que les auto­ri­tés séné­ga­laises qui en ont connu d’autres en matière de piqûres de mous­tiques.

 

En défi­ni­tive, aussi sym­pa­thiques puissent sem­bler les actions et les valeurs reven­di­quées par Anonymous, leur poids réel laisse per­plexe. Avec son uni­vers sur­chargé de réfé­rences cultu­relles et ses mises en scène qui oscil­lent entre le mys­tique et le ridi­cule, la galaxie Anonymous fait autant la démons­tra­tion de sa bonne volonté que d’une cer­taine imma­tu­rité.

 

On ne sau­rait lui repro­cher ses com­bats. On peut lui repro­cher ses méthodes.

 

Lui repro­cher aussi les limites de son ana­lyse de la réa­lité, ce qui pose souci lors­qu’on adopte la pos­ture du héros ven­geur. Mais enfin, et sur­tout, on a envie de repro­cher aux Anonymous cette manière – tel­le­ment pénible et trop sou­vent ridi­cule – qu’ils ont de se prendre, à ce point, au sérieux.

 

 

 

Florent Mathieu

 

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
1625 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.