Des buses anti corneilles dans le parc Paul Mistral

sep article
2,50 € par mois pour prendre le bus et le tram : et si c

REPORTAGE – Grenoble-Alpes Métropole a demandé à l’association Harris 73 de faire voler ses rapaces dans le parc Paul Mistral afin d’éloigner les corneilles environnantes, sources de dégradations dans le Stade des Alpes. 

 

 

 

Tahar Méguirèche et sa buse parc Paul Mistral à Grenoble © Arnaud Chastagner - placegrenet.fr

Tahar Méguirèche et sa buse. © Arnaud Chastagner – placegrenet.fr

Perchée sur son gant en cuir, Maya observe la foule qui s’agglutine autour d’elle. Xéna, curieuse elle aussi, n’est pas très loin. Les deux buses au regard noir et profond jettent de rapides coups d’œil. Elles sont vives et n’hésitent pas à découvrir les environs en quelques battements d’ailes.

 

 

Les corneilles, source de dégradation

 

 

Que viennent faire ces rapaces au cœur de la ville ? Effrayer les corneilles. Les employés du Stade des Alpes se sont, en effet, aperçus dernièrement que les joints d’étanchéité de la verrière étaient parsemés de trous. L’origine de ces désordres, selon eux ? Les corneilles qui viendraient manger des insectes ou boire dans des petites poches d’eau. Leur bec percerait ces bandes imperméables, entraînant ainsi des fuites au niveau des tribunes et donc sur les spectateurs.

 

 

buse de Tahar Méguirèche au parc Paul Mistral à Grenoble © Arnaud Chastagner - placegrenet.fr

Une buse de Harris perchée dans le parc Paul Mistral. © Arnaud Chastagner – placegrenet.fr

 

 

Trois buses de Harris dans le parc

 

 

Pour remédier à ce problème, Grenoble-Alpes Métropole a demandé à Tahar Méguirèche et à son association Harris 73 de faire voler, bénévolement, trois buses de Harris dans le parc Paul Mistral. Les corvidés et les rapaces ne s’appréciant guère, l’objectif est que les buses fassent fuir les corneilles par leur simple présence. Bref, chasser les sources de dégradations que sont les corneilles, sans leur faire de mal.

 

Tahar Méguirèche, passionné depuis huit ans par la fauconnerie, a accepté cette demande dans le seul but d’entraîner ses rapaces dans un nouvel environnement. « Ce geste de ma part est motivé par l’amour que je porte à mes oiseaux. En aucun cas, il n’y a une rémunération dans ma démarche. Je reste bénévole »souligne-t-il.

 

Buses de Tahar Méguirèche - Parc Paul Mistral  © Arnaud Chastagner

© Arnaud Chastagner – placegrenet.fr

 

 

Expérimentation jusqu’en février, puis en août

 

 

Pour obtenir des résultats positifs, cette expérience-test se déroulera ponctuellement, à raison de deux à trois fois par semaine jusqu’au mois de février, puis reprendra au mois d’août. Cette pause s’explique par la mue des oiseaux, période durant laquelle la gent ailée renouvelle son plumage.

 

Hervé Coffre, chargé d’études faune à la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), en Isère, explique l’initiative adoptée :

 

 

 

La prochaine fois que vous vous promènerez dans le parc Paul Mistral, levez les yeux. Vous apercevrez peut-être les deux femelles Xéna et Maya, ainsi qu’un tiercelet, leur congénère mâle, plus petit d’un tiers !

 

 

Arnaud Chastagner

 

 

commentez lire les commentaires
3038 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. George Orwell avait raison quand il écrivait dans Animal Farm « Tous les animaux sont égaux, mais certains le sont plus que d’autres ». Les loups et les vautours ont droit à plus de sollicitude que les corneilles. Faut-il en conclure qu’il vaut mieux s’attaquer à des moutons dans les alpages qu’à un stade grenoblois inutile et coûteux?
    Et pourtant, quand on a vu des corneilles attaquer en piqué une buse pour l’éloigner de leurs nids, on éprouve une certaine sympathie pour ces oiseaux…

    sep article