Clientélisme : quand les citoyens s’en mêlent

sep article



ÉPISODE 9 – Quid des subventions versées aux associations par le conseil général de l’Isère ? Simples aides, clientélisme ou moyens de pressions ? Autre sujet d’interrogations : la réserve parlementaire de 130 000 à 150 000 euros, voire bien plus, dont disposent les députés et sénateurs… avec tous les risques de clientélisme et de conflits d’intérêts que cela comporte. Même si, depuis 2013, le voile est enfin levé sur l’utilisation qui est faite de cette manne. Décryptage.

 

 

© Véronique Magnin - placegrenet.fr

© Véronique Magnin – placegrenet.fr

 

 

 

« Le clientélisme ? Dans le Midi, peut-être… En Isère, non ! »

 

 

En 2014, le conseil géné­ral de l’Isère a versé 27,9 mil­lions d’eu­ros de sub­ven­tions à 2 679 asso­cia­tions. Un mon­tant sen­si­ble­ment en hausse par rap­port à 2013 : 2 512 asso­cia­tions s’é­taient alors par­tagé 23,15 mil­lions d’euros.

 

Alors que cer­taines asso­cia­tions peuvent rece­voir jusqu’à 600 000 euros du conseil géné­ral, nous avons posé, une nou­velle fois, la ques­tion (qui fâche un peu, c’est vrai) au pré­sident du conseil géné­ral de l’Isère, Alain Cottalorda : peut-il y avoir du clien­té­lisme en direc­tion des asso­cia­tions, à quelque niveau que ce soit, au conseil géné­ral ?

 

Alain Cottalorda © CG38 Fred Pattou

Alain Cottalorda, pré­sident du conseil géné­ral de l’Isère.               © Frédéric Pattou – CG38

Réponse aga­cée de l’in­té­ressé : « Je trouve votre ques­tion très orien­tée, très sus­pi­cieuse… Elle cor­res­pond à l’i­mage de ce que véhi­culent de plus en plus les médias sur les élus et leur nombre trop élevé, notam­ment. Ce type de ques­tion me choque. Les élus dépendent du suf­frage uni­ver­sel. La réponse est non ! ».

 

Le clien­té­lisme ne serait donc que pure fic­tion ? « Le clien­té­lisme… peut-être dans le Midi de la France… Je sais que, là-bas, de ce côté, il y en a », affirme Alain Cottalorda, sans vou­loir citer de noms. « Mais ici, en Isère, on sub­ven­tionne même ceux qui nous tapent des­sus à lon­gueur d’an­née. Donc, si on fai­sait du clien­té­lisme, cer­tains choix seraient faits depuis long­temps… »

 

Ce n’est pour­tant pas tout à fait l’a­vis de cer­taines asso­cia­tions. A com­men­cer par la Fédération Rhône-Alpes de pro­tec­tion de la nature (Frapna) Isère.

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

MC2 - Saison 2020-21
commentez lire les commentaires
3671 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. C’est sur­tout l’at­ti­tude de notre député-ex-maire qui est « limite ». Ne pas se rendre compte de toutes les dérives que peuvent engen­drer ce fait du prince est incroyable. Mr Destot devrait se retour­ner sur la liste de ses sou­tiens offi­ciels aux élec­tions pas­sées et se deman­der en son ame et son conscience si ces sou­tiens étaient réel­le­ment dés­in­té­res­sées.
    Il pour­rait aussi s’ins­pi­rer de la démarche de son voi­sin (PS éga­le­ment) de la 1ere cir­cons­crip­tion, qui réunit les béné­fi­ciaires de l’an­née pré­cé­dente pour dési­gner ceux de l’an­née à venir (avec inter­dic­tion de rean­di­da­ter évi­dem­ment): http://www.olivier-veran.fr/reunion-de-la-commission-dattribution-de-la-reserve-parlementaire/
    C’est un pis aller en atten­dant la sup­pres­sion défi­ni­tive de cette anor­ma­lité géné­ra­trice de dérive baron­nisque (baron­nesque?)…

    sep article