Retrogaming : la nuit enchantée de la Casemate

sep article



BLOG – On ne va pas se mentir : il n’y avait hélas pas vraiment foule dans la soirée, au « week-end du retrogaming », qui se tenait à la Casemate samedi 29 novembre. Un ou deux couples, une poignée d’enfants, quelques gamers endiablés, et votre serviteur tout de même qui était bien content de ne pas avoir à se battre pour pouvoir essayer chaque machine.

 

 

 

Du passé, faisons table pleine !

Du passé, fai­sons table pleine !

 

 

Votre ser­vi­teur, qui était bien content éga­le­ment de pou­voir suivre une courte mais pas­sion­nante confé­rence sur le thème de la dis­ci­pline du joueur, et d’é­chan­ger quelques mots avec des pas­sion­nés. Des vrais, sou­cieux de par­ler avec res­pect de ce loi­sir sans tom­ber dans les outrances ou les pro­vo­ca­tions de bas étage.

 

 

Tellement belle, la Time Machine de la Casemate... DR

Tellement belle, la Time Machine de la Casemate… DR

Votre ser­vi­teur, qui était bien content encore de pou­voir revi­si­ter l’ex­po­si­tion « À quoi tu joues ? », où se dérou­lait cette jour­née retro­ga­ming. Un vrai coup de cœur que cette réflexion sur l’é­vo­lu­tion des tech­no­lo­gies vue à tra­vers le jeu vidéo, volon­tiers ludique, inven­tive et inter­ac­tive.

Vous avez tou­jours rêvé de pou­voir jouer à Pac-Man tout en péda­lant ? La Casemate vous le pro­pose, et vient de repor­ter au 26 juillet 2015 la clô­ture de l’ex­po­si­tion. Juste pour être sûre que vous n’ayez plus d’ex­cuses.

 

 

King Pong

 

 

En atten­dant, les lieux étaient éga­le­ment pris d’as­saut par des machines d’un autre temps, aux gros pixels qui tachent, sur des télé­vi­sions antiques, nan­ties de joy­pads ou de joys­ticks archaïques et déli­rants. L’occasion pour moi de voir en vrai des consoles dont je n’a­vais jamais qu’en­tendu par­ler, et dont cer­taines me fai­saient rêver lorsque j’é­tais enfant.

 

Ici impudiquement posé sur mes genoux, l'énorme - mais très léger - pad Neo-Geo. DR

Ici impu­di­que­ment posé sur mes genoux, l’é­norme – mais très léger – pad Neo-Geo. DR

Par exemple ? La Nec PC Engine, qui connut une dif­fu­sion plu­tôt confi­den­tielle en France mais dont les qua­li­tés pré­fi­gu­raient la géné­ra­tion des consoles 16 bits, autre­ment dit la Megadrive et la Super Nintendo, qui allaient chan­ger le monde vidéo­lu­dique. Ou encore la Neo-Geo, une console haut de gamme au prix par­fai­te­ment inabor­dable, au sein d’un mar­ché pour­tant déjà lar­ge­ment oné­reux.

 

Ce n’est cepen­dant pas là que j’ai trouvé mon plus grand bon­heur. La preuve encore une fois que l’a­mu­se­ment ne dépend pas des seules per­for­mances d’une machine.

 

Un téléphone Old-Gen ? Non : la manette de jeu de la Colecovision. DR

Un télé­phone Old-Gen ? Non : la manette de jeu de la Colecovision. DR

Je ne dis pas que je n’ai pas pris plai­sir à jouer Metal Slug sur Neo-Geo ou Parodius sur la Nec. Ce sont deux jeux par­fai­te­ment hila­rants et très agréables à manier. Mais je me suis sur­pris à bien plus m’a­char­ner sur une par­tie de Donkey Kong sur Colecovision, un véri­table dino­saure au pad impro­bable.

 

Quant à la Vectrex, autre anti­quité s’il en est, elle nous offrait la pos­si­bi­lité de jouer à Mine Storm, un clone d’Asteroids au game­play fas­ci­nant : votre vais­seau tourne sur lui-même, un bou­ton vous per­met de tirer, un autre de vous télé­por­ter au hasard, et le troi­sième de vous pro­pul­ser en avant. Le jeu est mini­ma­liste au pos­sible avec ses gra­phismes en fil de fer, mais sa prise en main est par­faite et son inté­rêt tou­jours intact.

 

 

Une conférence sur la discipline du joueur. Parce que le jeu a aussi du sens. DR

Une confé­rence sur la dis­ci­pline du joueur. Parce que le jeu a aussi du sens. DR

 

Rétro, c’est trop

 

 

Parce que c’est aussi – et sur­tout – cela qui est en jeu dans le retro­ga­ming : prendre contact avec un temps qui, aussi passé soit-il, n’est pas néces­sai­re­ment révolu. Le fait est que le jeu vidéo est encore trop sou­vent perçu comme une pro­duit de seconde zone, et uni­que­ment ana­lysé sous l’angle de sa ren­ta­bi­lité éco­no­mique. Dans un cas comme dans l’autre, on ne s’at­tar­dera pas sur son Histoire, comme si les jeux d’hier avaient pour voca­tion d’être jetés à la pou­belle dès que leurs suc­ces­seurs arrivent sur le mar­ché.

 

La Vectrex, qui ressemble beaucoup à un Minitel. DR

La Vectrex, qui res­semble beau­coup à un Minitel. DR

Certes, la ques­tion de savoir si le jeu vidéo est ou non le « dixième art » fait rage, y com­pris au sein de la com­mu­nauté des joueurs, mais une chose est cer­taine : il est au mini­mum une dis­ci­pline dont les évo­lu­tions n’in­va­lident ni ses racines, ni ses fon­de­ments. Et c’est un fait dont l’in­dus­trie du jeu vidéo elle-même s’est bien moquée durant des années : fidèle à la logique consu­mé­riste qui fonde son modèle éco­no­mique, elle se sou­ciait bien peu de la conser­va­tion dans le temps de ses propres créa­tions.

 

Il suf­fit cepen­dant de jouer quelques minutes à des jeux aussi “pri­mi­tifs” qu’un Pac-Man pour se rendre compte que nous sommes en pré­sence d’une réa­li­sa­tion impli­quant une volonté nar­ra­tive, un agen­ce­ment tech­nique, une concep­tion gra­phique et une condi­tion d’in­te­rac­ti­vité pour éta­blir son prin­cipe ludique. Une œuvre, en somme. Tellement réus­sie que l’on s’y aban­donne tou­jours, presque par réflexe, trente ans plus tard.

 

Seb ne vend pas que des grille-pains : en 1977, le groupe lance la Telescore, sa seule incursion dans le monde du jeu vidéo de salon. DR

Seb n’a pas vendu que des grille-pains : en 1977, le groupe lance la Telescore, sa seule incur­sion dans le monde du jeu vidéo. DR

Que les gra­phismes soient moins beaux, les pixels plus gros qu’au­jourd’­hui, les ani­ma­tions plus sac­ca­dées ou les brui­tages quel­que­fois approxi­ma­tifs n’en­lève rien au plai­sir de jouer à des jeux qui ont quinze, vingt ou trente ans. Pas plus que l’ar­ri­vée de la cou­leur et du par­lant n’a réduit à néant la beauté et la force des chefs‑d’œuvre du cinéma muet. Ces jeux nous parlent de leur époque, sont une contex­tua­li­sa­tion immé­diate de leurs décen­nies, et témoignent de l’in­ven­ti­vité de leur concep­teurs.

 

 

 

Les Neiges d’antan

 

 

L’Histoire du jeu vidéo reste à être écrite, me disait à rai­son Yace de l’as­so­cia­tion RetroGame Alpes, avec qui j’ai eu la chance de dis­cu­ter quelques minutes. Pour le moment, elle s’é­crit elle-même dans un désordre aussi réjouis­sant que confus, grâce à la pas­sion de quelques-uns, col­lec­tion­neurs aguer­ris qui redoublent d’in­gé­nio­sité pour main­te­nir en vie des machines sou­vent fati­guées, ou pro­gram­meurs aver­tis qui émulent ces modèles d’un autre temps pour les res­sus­ci­ter sur nos PC d’au­jourd’­hui.

 

Car aussi décriés furent-ils, sus­pec­tés d’être vio­lents, demeu­rés, dro­gués voire

D'étranges « bébés console » dont je n'avais jamais entendu parler auparavant. DR

Étranges « bébés console » dont je n’a­vais jamais entendu par­ler aupa­ra­vant. DR

épi­lep­tiques, ce sont des joueurs des pre­mières géné­ra­tions qui se sont mobi­li­sés pour recueillir la mémoire de leur loi­sir favori et lui per­mettre de per­du­rer. Qui ont com­pris que le jeu vidéo n’est pas un pro­duit de consom­ma­tion comme un autre. En ouvrant à son tour ses portes au video­game en 2013, le MoMA de New-York leur a fina­le­ment donné rai­son.

 

Une belle revanche ? Même pas : ce n’est pas en quête de res­pec­ta­bi­lité que ces joueurs ont pris leurs res­pon­sa­bi­li­tés et agissent acti­ve­ment à la pré­ser­va­tion de l’Histoire du jeu vidéo. C’est par pas­sion et par amour. La même pas­sion et le même amour qui vous ani­mera, l’es­pace de quelques minutes, quand vous appuie­rez sur le bou­ton start de votre manette Super Nintendo pour lan­cer une par­tie de Tetris à l’an­cienne.

 

Pardonnez-moi, prince (of Persia), si je

suis fou­tre­ment moyen­âgeux…

 

 

Florent Mathieu

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
1968 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.